Livre reçu: Tommaso Pincio, Cinacitta, mémoires de mon crime horrible


 Couverture

Paris, Asphalte, 2011, 322 p.

Depuis qu’une canicule extrême s’est abattue sur Rome, la ville a été désertée par les Romains et n’est plus habitée que par les Chinois. L’unique Romain a être resté sur place se retrouve rapidement mêlé au meurtre d’une prostituée chinoise dont il était tombé amoureux.