Livre reçu: Harald Gilbers, Derniers jours à Berlin


 Couverture

Paris, Calmann-Lévy (noir), 2018, 476 p.

« Berlin, fin avril 1945. Le Troisième Reich vit ses dernières heures. Le commissaire Oppenheimer et sa femme Lisa se terrent dans le sous-sol d’une brasserie en attendant la capitulation. C’est leur ami Ed le Mastard qui les y cache. Mais le chaos de la défaite ne les épargne pas : quand les troupes soviétiques envahissent la ville, le couple est séparé, et Lisa, violée. Quelque temps plus tard, alors qu’Oppenheimer traque un homme qui a floué Ed, il découvre par hasard l’identité du violeur de sa femme, un certain Grigoriev. Mu par la haine et le désir de la venger à tout prix, il comprend vite qu’il n’est pas le seul à en vouloir à cet homme. L’Armée rouge cherche elle aussi à arrêter ce déserteur russe, à la tête d’une redoutable bande de pillards. S’ensuit une traque sans merci. L’enjeu est de taille : il s’agit de mettre la main sur du matériel primordial aux projets nucléaires nazis… »