Livre reçu: Christian Brissart, Beignets de salope


 Couverture

Eyjeaux, Black-Out, 2018, 115 p.

« Je rêve. Je rêve d’être ce grain de sable dans cette machinerie qui s’emballe et qui broie tout ce qui n’est pas calibré. Je rêve, et j’écris avec le rouge de mon sang des écrits que je veux révolutionnaires, je rêve qu’un jour on va se réveiller et refuser. Et refuser en bloc tout ce que ces messieurs, tout de gris vêtus et moulés dans le même moule, nous imposent simplement par qu’ils causent mieux que nous. Refuser. Tout en bloc. De gré ou de force. Je rêve que je grimpe sur la tour de l’inutile payée avec le sang des prolétaires et que j’écris avec le rouge de mon sang : « Il est temps de se réveiller! », je rêve qu’il existe encore une issue et qu’une poignée d’hommes et de femmes de bonne volonté, est prête à rebâtir. Je rêve qu’une poignée d’humains, tous différents, jaunes, verts, noirs, riches, miséreux, comme un bouquet d’hommes et de femmes, se lèveront comme lève le bon blé. »