Livres reçus: août 2018

Albin Michel

Jussi Adler Olsen
L’Unité Alphabet

Paris, Albin Michel, 2018, 635 p.

« L’Unité Alphabet est le service psychiatrique d’un hôpital militaire où, pendant la Seconde Guerre mondiale, les médecins allemands infligeaient d’horribles traitements à leurs cobayes, pour la plupart des officiers SS blessés sur le front de l’Est.

Bryan, pilote de la RAF, y a survécu sous une identité allemande en simulant la folie. Trente ans ont passé mais, chaque jour, il revit ce cauchemar et repense à James, son ami et copilote, qu’il a abandonné à l’Unité Alphabet et qu’il n’a jamais retrouvé. En 1972, à l’occasion des Jeux olympiques de Munich, Bryan décide de repartir sur ses traces. Sans imaginer que sa quête va réveiller les démons d’un passé plus présent que jamais. »

Alire

Wayne Arthurson
Les Traîtres du Camp 133

Lévis, Alire (GF), 2018, 335 p.

« Lethbridge, Alberta – juin 1944

Dans les camps des prisonniers de guerre des Prairies, ce sont les détenus eux-mêmes qui, sous la surveillance des gardes canadiens, gèrent les lieux dans le calme et le respect de la hiérarchie allemande. C’est ainsi que le sergent Neumann, chef de la Sécurité civile, est chargé d’éclaircir le meurtre – malhabilement camouflé en suicide – du capitaine Mueller qu’on a retrouvé pendu.

Accompagné de son adjoint, le caporal Aachen, Neumann constate rapidement que la mort de Mueller attriste bien peu de ses compatriotes, car le capitaine était un fieffé communiste qui, en dispensant des cours de mathématiques aux jeunes soldats, en profitait pour remettre en question les stratégies militaires du Führer.

Or, si le sergent croit avoir trouvé le mobile du crime, du diable s’il sait où débusquer le meurtrier. Dans le groupe des SS, dont il reconnaît les méthodes ? Dans celui de la Légion étrangère, dont un des gars a été surpris à espionner la scène de crime ? Ou peut-être devrait-il s’intéresser plutôt à la rivalité qui s’envenime entre la Wehrmacht et les sous-mariniers de la Kriegsmarine ?

Mais quand le caporal Aachen est sauvagement attaqué par des hommes masqués, Neumann comprend que son enquête dérange… et donc qu’il tient enfin sa première piste sérieuse ! »

Du masque

John Fairfax
Reconnu coupable

Paris, Du masque, 2018, 390 p.

« William Benson est un avocat pénaliste pas comme les autres. Il a lui-même été condamné pour meurtre…

La dernière fois que Tess de Vere a vu William Benson, elle était étudiante en droit et il s’apprêtait à purger une peine à perpétuité pour le meurtre de Paul Harbeton. Il avait clamé son innocence. Elle l’avait cru. Seize ans plus tard, Tess découvre que Benson dirige son propre cabinet à Londres. Le prix de sa réhabilitation et de son accès au barreau? Avouer sa culpabilité. Sa première cliente est une jeune mère, accusée d’avoir tué son riche amant. Les preuves sont accablantes mais, comme Benson autrefois, elle jure qu’elle est innocente. Tess se joint à l’équipe de défense et se lance, en parallèle, dans une enquête sur Benson, bien décidée à découvrir la vérité sur la mort de Paul Harbeton. »

Grasset

Clive Cussler et Russell Blake
L’Œil du paradis

Paris, Grasset (Thriller), 2018, 351 p.

« L’île de Baffin, aux confins du Canada. Sam et Remi Fargo étudient la fonte des glaciers dans l’Arctique lorsqu’ils découvrent, émerveillés, un navire viking parfaitement conservé dans la glace et rempli de trésors précolombiens… De mystérieux indices semblent établir un lien entre les Vikings et le divin serpent à plumes des Aztèques, Quetzacoal, ainsi qu’avec un mythique objet connu sous le nom d’Œil du paradis. Les Fargo vont bientôt se retrouver à fuir à travers jungles, temples et tombes secrètes, poursuivis par des chasseurs de trésors, des cartels et des individus plus dangereux encore. À l’issue de cette quête se trouve la solution à une énigme vieille de plus d’un millénaire… »

Hugo

Sandrine Destombes
Les Jumeaux de Piolenc

Paris, Hugo (Thriller), 2018, 400 p.

« Août 1989. Solène et Raphaël, des jumeaux de onze ans originaires du village de Piolenc, dans le Vaucluse, disparaissent lors de la fête de l’ail. Trois mois plus tard, seul l’un d’eux est retrouvé. Mort.

Juin 2018. De nouveaux enfants sont portés disparus à Piolenc. L’histoire recommence, comme en macabre écho aux événements survenus presque trente ans plus tôt, et la psychose s’installe. Le seul espoir de les retrouver vivants, c’est de comprendre enfin ce qui est arrivé à Solène et Raphaël. Au risque de réveiller de terribles souvenirs. »

L’Archipel

Arno Strobel
Souvenirs effacés

Paris, L’Archipel (Suspense), 2018, 322 p.

« L’enlèvement de son fils… Sa fuite nocturne à travers le parc… Le coup sur la tête… À son réveil d’un coma de deux mois, Sibylle a l’impression de se souvenir de tout. Elle a 34 ans, vit avec son mari dans une ville voisine. Étrangement, le médecin à son chevet lui assure qu’elle n’a jamais eu d’enfant. Sibylle décide alors de fuir l’hôpital en pleine nuit pour rentrer chez elle. Une automobiliste stoppe et la raccompagne jusqu’à son domicile. Mais, lorsque son mari ouvre la porte, il ne la reconnaît pas, malgré les détails intimes qu’elle lui livre. À qui Sibylle peut-elle faire encore confiance ? Et qui est-elle vraiment ? »

Sonatine

Jacques Expert
Sauvez-moi

Paris, Sonatine, 2018, 400 p.

« Après trente ans d’incarcération, Nicolas Thomas passe les portes de la centrale de Clairvaux. Il est enfin libre. Personne ne l’attend. Tout le monde l’a abandonné le jour où il a été reconnu coupable de l’assassinat de quatre jeunes femmes dans des conditions terribles. Quelques jours plus tard, il disparaît. Et un nouveau meurtre est commis, en tout point semblable à ceux dont il a été accusé. Sophie Ponchartrain, commissaire divisionnaire à Paris, reçoit alors un étrange message. Il ne comporte que deux mots : « Sauvez-moi. » Deux mots qui vont marquer pour la brillante commissaire le début d’une plongée dans un passé plus que trouble. »