Critique: Joy Fielding, Blind Date


 Couverture

Neuilly-sur-Seine, Michel Lafon, 2019, 348 p.

Méfiez-vous des inconnus

Joy Fielding est une auteure canadienne très populaire, qui s’est imposée au fil des années comme une spécialiste du thriller psychologique bien au-delà des frontières du Canada. Elle reprend, dans son plus récent roman, Blind Date, une formule qui lui réussit bien : une galerie de personnages féminins intéressants, un quotidien tranquille qui bascule, une situation de départ fort inquiétante.

En effet, le roman s’ouvre sur une prémisse pour le moins porteuse ! Un homme multiplie les approches sur les applications de rencontres virtuelles sous le pseudonyme « Monsieur Maintenant ou Jamais ». Il est beau, charmant, habile… et surtout cruel. Après les premiers messages électroniques, il donne rendez-vous à sa future conquête, sa proie, dans un endroit bien achalandé et bruyant, histoire de la mettre en confiance. Une fois sur place, elle ne tarde pas à tomber sous son charme et il prétexte le bruit pour quitter l’endroit et l’inviter chez lui. La plupart des filles invitées ne résistent pas… Il les tue en prenant un malin plaisir à les torturer d’abord, et sa feuille de route est longue, puisqu’il déménage régulièrement, rendant tout lien entre les victimes difficile à établir. Surtout que plusieurs d’entre elles ne parlent pas à leur entourage du fait qu’elles s’en vont à un rendez-vous avec un inconnu rencontré en ligne, se sentant en confiance parce que le contact s’est fait dans le cadre d’une application officielle. Le sujet est pour le moins dans l’air du temps !

L’une des utilisatrices de ces applications est Paige, et c’est sous son angle que sera raconté Blind Date. Paige a été trompée par son amoureux, elle a perdu son emploi et est retournée vivre auprès de sa mère… Elle est dans une période de grande vulnérabilité, en plus d’être jolie et intelligente. La victime idéale pour Monsieur Maintenant ou Jamais, qui ne déteste pas avoir un peu de défi. On suit donc le quotidien de Paige et de son entourage : sa meilleure amie Chloé, sa mère Joan, sa cousine Heather… On s’attache à Paige, inévitablement, et on voit bien la toile que Monsieur Maintenant ou Jamais est en train de tisser autour d’elle.

Pas de doute, Joy Fielding est habile pour raconter : le récit est bien construit, elle donne assez de détails pour laisser le lecteur appréhender le pire, ses personnages ne sont pas qu’esquissés en surface, chacun d’eux est bien précis, bien défini. On ne peut s’empêcher de remarquer que le thriller repose sur plusieurs coïncidences heureuses (en fait, le terme « malheureuses » serait plus juste ici, vu le sort des victimes !), on note au passage que certaines ficelles sont un peu grosses, mais il n’en demeure pas moins que le roman comporte plusieurs scènes fort efficaces et qu’on le lit avec plaisir.

Martine Latulippe