Le Roman policier en Amérique française 2019

Une publication annuelle de
Norbert Spehner

L’ANNÉE 2019 DU POLAR QUÉBÉCOIS
Romans – BD – Essais – Films/TV

Voici un bref panorama bibliographique, aussi complet que possible, des romans policiers (incluant les thrillers, récits à suspense, d’espionnage et de politique-fiction) écrits par des auteurs canadiens de langue française et publiés au cours de l’année 2019, principalement au Québec mais aussi à l’étranger et dans le reste du Canada. Les textes de présentation entre guillemets reprennent (dans une version parfois légèrement remaniée) les informations fournies par les éditeurs. Comme c’est souvent le cas, plusieurs titres, n’ont eu droit à aucune recension critique ou présentation d’aucune sorte dans la presse écrite. Les critiques des blogues mentionnées ici sont sélectives. Ont aussi été retenues quelques recensions parues en 2018 et omises dans la compilation annuelle précédente.
La mention « Marginalia » à la fin de certains titres signifie que ce sont des œuvres qui flirtent avec le genre, sans se réclamer ouvertement de lui.
Sauf rares exceptions, les polars publiés à compte d’auteurs ou auto-édités sont listés à part.
Les éditions numériques ne sont pas répertoriées. La mention « Recommandé » que l’on trouve à la fin de certaines notices est une appréciation personnelle des romans que j’ai lus et bien aimés. Elle n’engage que moi et cela ne signifie nullement que d’autres livres, que je n’ai pas lus, ne sont pas recommandables.

Norbert Spehner

Statistiques 2019 :

Polars adultes (excluant ceux auto-édités ou publiés à compte d’auteur) : 40
Polars adultes auto-édités ou à compte d’auteur : 23
Polars pour adultes « borderline » [Marginalia] : 6
Total des polars pour adultes : 88
Polars jeunesse : 5

ROMANS POUR ADULTES

BERGERON, Pierre (1951 -)
Le Graveur, Varennes, AdA (Corbeau), 2019, 394 pages.
« Un avocat opposé au crime organisé, un directeur de la protection de la jeunesse et un pédophile sont abattus dans diverses régions du Québec. Rien ne les relie, mis à part la signature sur leurs cadavres : les lettres T et C ont été gravées dans la chair de leurs fronts. Que signifient ces lettres ? Qui peut bien se cacher derrière ces homicides ? » [éditeur]

BIZ (pseudo. de Sébastien Fréchette, 1972 -)
Les Abysses, Montréal, Leméac, 2019, 144 pages.
« Catherine se noie. Son père, son unique parent à qui elle tient plus que tout au monde, son « père-mère », son ami, son confident… son père est enfermé dans une cellule de la prison à sécurité maximale de Port-Cartier.
Michel Métivier, surnommé le « boucher de Baie-Comeau », ne doit pas en sortir avant une dizaine d’années.
Roman policier ? Oui. Roman psychologique aussi, et roman noir, ou plutôt roman en nuances de gris foncé. » [éditeur]

BEAUCHEMIN, Gabriel, « La beauté dans les profondeurs », dans Le Journal de Montréal, mardi 29 octobre 2019.
BORNAIS, Marie-France, « Histoire de meurtre sur la Côte-Nord », dans Le Journal de Québec, 13 octobre 2019.
HÉBERT-DOLBEC, Anne-Frédérique, « C’est par les failles que jaillit la lumière », dans Le Devoir, le 23 novembre 2019.
MORAIS, Valérie, c. r. dans Les Libraires, no 116, décembre 2019 – janvier 2020.
SAINT-GERMAIN, Claudine, « Biz, du rap aux Abysses », dans L’Actualité, 9 octobre 2019.
WYSOCKA, Natalia, « Écrire en profondeur », dans La Presse +, jeudi 30 octobre 2019.

BOISJOLI, Jean
Moi, Sam, elle, Janis, Ottawa, David (Indociles), 2019, 270 pages.
Toute l’action de cet intrigant roman noir de Jean Boisjoli se déroule à huis clos, dans le cabinet du psychiatre Jean-Paul Leduc, alias Doc. Il doit déterminer si son patient, un jeune homme qui se prénomme Sam, accusé du meurtre de son beau-père adoptif, est atteint de troubles mentaux ou si au contraire, il était en mesure de juger de la nature et de la qualité de l’acte qu’il a commis. Le roman prend donc la forme d’une longue confession de Sam qui nous raconte sa jeunesse misérable passée dans un sous-sol de Vanier, avec un père violent et une mère paumée, son adoption par un couple d’universitaires guindés d’Ottawa, et sa rencontre mémorable avec Janis, une autre poquée de la vie. Originaire d’un bled perdu du Manitoba, victime d’inceste, Janis a fui son village natal pour refaire sa vie dans la région d’Ottawa, avant de périr assassinée dans des circonstances troubles dans un bois près d’Ottawa. Mais avant cette fin tragique, sa rencontre avec Sam, qui devient follement amoureux d’elle, va faire basculer la vie des deux jeunes gens, leur donner un peu d’espoir d’une vie meilleure ! [N. S.]

CÔTÉ-DUPUIS, Alice, « Jouer avec les cartes que l’on a reçues », dans Regroupement des éditeurs franco-canadiens, 4 septembre 2019 [site web]
GRATTON, Denis, « Le long détour de l’auteur Jean Boisjoli », dans Le Droit, le 30 août 2019.
SYLVESTRE, Paul-François, « Blessures à l’âme, au corps et au cœur », dans L’Express.ca, le 3 novembre 2019.

BOURQUE, Guillaume (1980 – )
Lockdown, Montréal, Leméac, 2019, 224 pages.
« Une famille québécoise se « lâche lousse » à l’occasion d’un voyage dans un tout-inclus dominicain jusqu’à ce qu’elle soit prise dans les filets d’une enquête policière à la suite d’une agression violente survenue tard dans la nuit alcoolisée. On découvre alors que presque tous ont quelque chose à cacher ; ils seront suspects jusqu’à preuve du contraire. » [éditeur]

BOILEAU, Josée, « Petits secrets et gros mensonges », dans Journal de Montréal, dimanche, 1er septembre 2019. « Sous le couvert d’une enquête policière, c’est en fait le portrait de la condition masculine qui nous est révélée. C’est à la fois cru, cynique et tendre. »
ROBINSON, Billy, c. r. dans Les Libraires, 2019. « Un roman noir remarquable dont l’intrigue qui, au début se déploie aux frontières de l’humour, berne par la suite le lecteur vers une aventure plus près du polar et ébranle nos convictions sur ce qui est bien ou mal… »
WYSOCKA, Natalia, « Au Sud, bien du nouveau », dans La Presse +, 10 octobre 2019

BROUILLET, Chrystine (1958 -)
Dans son ombre : une enquête de Maud Graham, Montréal, Druide, 2019, 368 pages.
« Alors qu’une adolescente est en fugue, deux coéquipiers de l’enquêtrice Maud Graham en rencontrent la famille. À l’issue de cet entretien, les policiers sont convaincus d’une seule chose : on ne leur a pas tout dit… Pourtant, Graham ne peut concevoir que des parents ne fassent pas absolument tout pour que leur enfant soit retrouvé au plus vite. » [éditeur].

BÉLAIR, Michel, « Des placards bien remplis », dans Le Devoir, 9 juin 2019.
BOILEAU, Josée, « Maud Graham et les liaisons dangereuses », dans le Journal de Montréal, 10 août 2019.
BORNAIS, Marie-France, « Maud Graham reprend du service », dans Le Journal de Québec, dimanche 9 juin 2019.
DUFOUR, Michel, c. r. sur le blogue franco-québécois Sang d’encre/Polars, juillet 2019.
GAGNON-PARADIS, Iris, « Les nouveaux défis de Maud Graham », dans La Presse +, le 17 juin 2019.

CARMAIN, Louis (1983 -)
Les Offrandes, Montréal, VLB, 2019, 470 pages.
« Maude a quitté la Côte-Nord pour le Mexique à dix-huit ans. Après des études en criminologie, elle est devenue détective privée, spécialisée dans les affaires de disparition d’animaux domestiques. Quand son ex-belle-mère l’invite dans un restaurant chic, elle présume qu’on aura kidnappé son épagneul tibétain, mais la vérité est bien plus noire. Deux jeunes femmes de ménage ont été retrouvées pendues dans la cour d’un immeuble de luxe. Voilà comment s’amorce l’implacable mécanique d’un « roman noir initiatique », plongée dans le Mexico des bas-fonds et de la haute, des artistes et des crapules, des monstres et des merveilles. » [éditeur].

DESMEULES, Christian, « Écrire contre le néant », dans Le Devoir, samedi 21 et dimanche 22 septembre 2019. « Les Offrandes, troisième roman de Louis Carmain est une plongée en apnée dans le ventre noir du Mexique ». [Entrevue]
DUFOUR, Michel, c. r. sur le blogue franco-québécois Sang d’encre Polars, le 31 octobre 2019.
MAALOUF, Leila, « Drôle d’enquête », dans La Presse +, le 26 septembre 2019.

CHABOT, Marc-André (1965 -)
Dis-moi qui doit mourir, Montréal, Libre Expression, 2019, 392 pages.
Premier polar. Antoine Aubin, jeune publicitaire sans histoire, est un homme en colère qui ne supporte plus les injustices. Il est particulièrement révolté par les dysfonctionnements de la justice qui font que parfois, les pires ordures (pédophiles assassins, batteurs de femmes, chauffards ivres, escrocs en tous genres et autres canailles) s’en sortent impunis ou avec des peines ridicules. Un jour, par hasard, il sauve la vie du plus gros caïd de Montréal. Pour rembourser sa « dette d’honneur » le mafieux fait un cadeau empoisonné à Antoine : il doit nommer cinq personnes dont il souhaiterait la mort ! Interloqué, Aubin ne veut rien savoir, mais selon la formule consacrée « c’est une offre qu’il ne peut pas refuser » ! Le voilà bien embêté, ce cher Antoine ! Jusqu’à ce qu’il se rende compte que les salauds à éliminer ne manquent pas… Il désigne alors une première victime, puis une autre… Et les tueurs à la solde du caïd passent à l’action. Au grand plaisir de la population qui applaudit un « justicier », mais au grand dam des enquêteurs de la police aux prises avec des crimes inédits ! Que se passera-t-il une fois le « contrat » terminé ? La finale est subtilement géniale ! [N. S.]
BÉLAIR, Michel, « Une lourde dette à porter », dans Le Devoir, samedi 18 – dimanche 19 mai 2019. « Un premier roman fort réussi qui joue sur la fibre de la conscience sociale ».
BERNIER, André. bref c. r. élogieux dans Les Libraires, no 115, novembre-décembre 2019.
DUFOUR, Michel, c. r. sur le blogue franco-québécois Sang d’encre/Polars, 7 juin 2019.
RIENDEAU, David, « Liste noire » dans Le Journal de Montréal, 28 juillet 2019.
RODRIGUEZ, Christophe, c. r. sur le blogue Polar, noir et blanc, 28 mai 2019.
SPEHNER, Norbert, « Cette offre empoisonnée qu’on ne peut refuser », dans Le Placoteux, 29 mai 2019.

CHARLAND, Jean-Pierre (1954)
Impudique point ne seras : une enquête d’Eugène Dolan, Montréal, Hurtubise, 2019.
Polar historique (Montréal, 1907) : 3e volet des enquêtes de Dolan. « Derrière de hauts murs de pierre, des prêtres voient à la formation d’adolescents âgés de douze à vingt ans. Quel curieux endroit pour trouver, un jour au petit matin, le corps d’un homme d’Église affreusement mutilé. Ce mystère permettra cependant d’en élucider un autre : pourquoi, quelques années plus tôt, le maître de l’archevêché de Montréal a-t-il placé au service de police un jeune homme devenu indésirable au Grand Séminaire ? » [éditeur]

CHARTRAND, Sébastien (1983 -)
Geist – Les Héritiers de Nikola Tesla, Lévis, Alire (GF), 2019, 452 pages.
Mélange de science-fiction et de roman policier. « À Paris, soixante-quatre ans après l’Instauration de la Régence, tous les arrondissements sont éclairés par la singulière lumière cyan des réverbères teslaïques, le temps est rigoureusement contrôlé et les autorités s’apprêtent à inaugurer la tour du Perikardia qui, entre autres prouesses technologiques, générera un dôme inviolable de particules au-dessus de la capitale afin de la protéger des attaques de la Russie trotskiste. Pourtant, le Mal du Siècle – ce que les poètes nommaient anciennement le spleen – frappe maintenant plus de dix pour cent de la population parisienne, qui sombre lentement mais sûrement dans la folie… Quand Danijel Tesla, le fils du célèbre Nikola, est assassiné, le lieutenant-Geist Georges Parent, chargé de l’enquête, constate que les indices démontrent que l’ingénieur a été tué par un séculaire, un de ces fous atteints du Mal du Siècle. » [éditeur]

DUFOUR, Michel, c. r. sur le blogue franco-québécois Sang d’encre/Polars, le 14 octobre 2019.

COLLARD, Gabrielle Lisa
La Mort de Roi : roman, Montréal, Le Cheval d’Août, 2019, 132 pages.
Traumatisée par la mort de Roi, son fidèle berger allemand, Max, une jeune femme perturbée se transforme en tueuse en série. [Marginalia]

BOILEAU, Josée, « Vengeances meurtrières », dans Le Journal de Montréal, samedi 16 novembre. « C’est l’histoire d’une tueuse, un assassin au féminin, un monstre comme elle le dit d’elle-même. Mais un monstre terriblement humain. »
WYSOCKA, Natalia « Pendant que tout brûle autour », dans La Presse +, 20 octobre 2019.

CUSSON, Pierre (1951 -)
Le Copieur, Varennes, AdA, 2019, 397 pages.
Une croisière sur le Saint-Laurent est organisée pour réaliser le rêve de Martin Jutras, un vieil éditeur de roman policier. Le but : réunir un grand nombre d’écrivaines et d’écrivains pour participer à l’élaboration d’une nouvelle littéraire. Mais le Prédateur du fleuve est de retour. D’horribles meurtres sont commis. Paul Trottier, un détective aguerri, se joint aux policiers pour tenter de découvrir qui est l’énigmatique meurtrier. [éditeur]

DAVID, Sylvain (1972 -)
Requiem en punk mineur, Montréal, XYZ (Quai no 5), 2019, 400 pages.
« Günter Mensch est à l’affiche du TroubleFest. Une bonne nouvelle pour de nombreux fans qui se délectent du retour sur scène de cette figure punk à la gloire passée, mais pas pour le mystérieux Collectif Anonyme, dont les manifestes dénoncent la récupération commerciale du punk et incitent à la violence. Julie-Pier Dubois, analyste de la SQ et mère de famille récemment séparée, se voit confier le dossier. Son enquête lui fera découvrir un milieu et une musique qui la rebutent et la fascinent tout à la fois. » [éditeur]

HÉBERT-DOLBEC, Anne-Frédérique, « Le juke-box de la nostalgie », dans Le Devoir, samedi 2 et dimanche 3 mars 2019. « Sylvain David offre un polar autour de l’univers fascinant du mouvement punk ».

DESROCHERS, Jean-Simon (1976 -)
Les Limbes, Montréal, Les Herbes rouges, 2019, 328 pages. [Marginalia]
« Né dans les toilettes d’un bordel en plein âge d’or du Red Light, Michel Best, dit Ti-Best, était promis à un avenir radieux. […] Montréal change vite ces années-là, et à l’orée de l’âge adulte, désorienté, Best assistera à la destruction du quartier de son enfance… L’enquêteur Best poursuit désormais une chimère, une tueuse en série qui le connaît si bien qu’elle semble destinée à lui échapper. » [éditeur]

DESMEULES, Christian, « L’enfance d’un chef », dans Le Devoir, samedi 8 – dimanche 9 septembre 2019.
ROBINSON, Billy, bref c. r. dans Les Libraires, no 115, novembre-décembre 2019. « Une autre œuvre marquante dans le sillage quasi parfait de cet écrivain ».

DIONNE, Bernard (1951 -)
Les Grandes Noirceurs, Anjou, Fidès, 2019, 242 pages.
« 1942 : en pleine crise de la conscription, Esther et David, deux jeunes Juifs montréalais, s’enrôlent dans le mystérieux Special Operations Executive (SOE) pour aider la Résistance en France. Leurs destins croiseront ceux de Klaus Barbie, le « boucher de Lyon », de Noor Inayat Khan, princesse et opératrice radio pourchassée par la Gestapo, et de Guy d’Artois, officier du Royal 22e régiment parachuté dans le maquis. Montréal, Londres, Paris, Lyon, Dachau, Saint-Pacôme de Kamouraska : le théâtre des grandes noirceurs qui s’abattent sur le monde est vaste et complexe. » [éditeur].

VINCENT, Sébastien, « Entretien avec Bernard Dionne », dans Le Québec et les guerres mondiales, le 3 juillet 2019. [site web]

DIONNE, Valérie (1981 -)
À l’ombres des villages, Varennes, AdA (Corbeau), 2018, 300 pages.
Polar et fantastique. « Des disparitions insolites secouent un village en apparence sans histoire. En s’y rendant pour raviver sa carrière de journaliste, Corinne découvre les fragments d’une vérité que plus d’un cherche à étouffer ; une vérité qui l’entraînera dans un monde inconnu qui, bien qu’elle l’ignore, fait pourtant partie du quotidien de son fiancé, le détective Bergevin. » [éditeur]

Et tombent les morts, Varennes, AdA (Corbeau), 2019, 320 pages.
Polar et fantastique. « Une statuette de Kali, déesse qui aurait le pouvoir de vie et mort, est découverte sur le site de fouilles d’un temple hindou. Corinne Dulac, journaliste spécialiste de l’occulte, mène l’enquête, mais découvre que la sculpture a été volée. La progression de ses recherches est marquée par les morts qui s’accumulent sur les traces de la déité ensorcelée. Le fiancé de Corinne, le détective James Bergevin, et Alex Labonté, un ami et collègue, mènent alors une investigation, au risque d’empiéter sur les plates-bandes d’un autre enquêteur, qui ne comprend rien aux dangers semés sur son parcours. » [éditeur]

DRAPER, Michael (1942 -)
Le Retour, Lanoraie, L’Apothéose, 2019, 282 pages.
On retrouve l’ex-agente secrète Lara O’Malley (Le 489, 2017, & Colibri, 2018) et le tireur d’élite, contrebassiste de jazz, Réal Beauregard, dans Le Retour dont l’action dramatique se passe dans le Sud-Est asiatique. Les deux complices reçoivent un message de leur vieille amie madame Liang les informant que la vie de son fils adoptif, Sammy Chow, est en danger ! Cadre intermédiaire au sein d’une organisation criminelle, il est aussi indicateur de la police de Singapour. Réal et Lana décident de se lancer au secours du jeune homme et leur périple mouvementé commence à Hong Kong, bastion des plus puissantes triades chinoises. C’est aussi l’occasion pour les deux aventuriers de confronter à nouveau la mystérieuse et dangereuse, Léo, alias la Tête de Dragon qui leur a échappé de justesse dans un épisode précédent. La Tête du dragon sera-t-elle enfin coupée ? Cette fois, Réal et Lara sont bien décidés à abattre leur cible. [N. S.]

FAUCON, Benjamin (1983)
Le Code Khéops, Varennes, AdA (Corbeau), 2019, 424 pages.
« Enquêteur du NYPD puis mercenaire, Ryan Fall ne pouvait se douter que sa retraite anticipée et sa carrière naissante d’écrivain lui feraient vivre les plus obscurs moments de son existence. Pendant un braquage sanglant en plein cœur de New York, une tablette égyptienne antique est dérobée. Ryan enquête sur l’affaire en compagnie de l’intrépide et séduisante agente du FBI Kayla Lyons, avec qui il entretient une relation très ambiguë. » [éditeur]

GAGNON, Hervé (1963 -)
La légende de Jack, Paris, 10/18 (Grand détectives), 2019, 428 pages.
Réédition de Jack, Montréal, Libre Expression, 2014.

Jeremiah : une enquête de Joseph Laflamme, Paris, 10/18 (Grands détectives), 2019, 357 pages.
Réédition de Jérémiah, Montréal, Libre Expression, 2015.

Vérité 2 : La Terre promise, Paris, Hugo (Roman), 2019, 400 pages.
Thriller ésotérique. Deuxième volet des aventures de Roland Sentenac aux prises avec diverses factions (dont les Nazis et les sages de Sion) qui convoitent les Tables de la loi. Recommandé.

ARSENEAULT, Myriam, « Hervé Gagnon conclut la Terre promise », dans Le Quotidien, le 16 avril 2019.
BORNAIS, Marie-France, « À la recherche des Tables de la loi », dans Journal de Québec, dimanche, le 24 février 2019.

GAGNON, Pierre-Louis (1950 -)
La Disparition d’Ivan Bounine, Montréal, Lévesque, 2018, 218 pages.

PELLETIER, Laurence, « Et si l’Histoire était un polar ? », dans Lettres québécoises, no 173, printemps 2019.

GILBERT-DUMAS, Mylène (1967 -)
Le Livre de Judith, Montréal, VLB, 2019, 480 pages.
Dans ce grand thriller historique, Mylène Gilbert-Dumas met en lumière l’héroïsme des jeunes femmes d’exception qui ont combattu la barbarie nazie dans un épisode méconnu de la Deuxième Guerre mondiale. Comme toujours, la force et la vérité de ses personnages vont droit au cœur. [Espionnage]

BOILEAU, Josée, « La vie haletante d’espionnes oubliées », dans Le Journal de Montréal, samedi 22 juin 2019. « Mylène Gilbert-Dumas est une formidable conteuse : même dans un roman touffu, où quatre histoires se croisent, elle nous tient en haleine. »
BORNAIS, Marie-France, « Le Livre de Judith, de Mylène Gilbert-Dumas : grand roman d’espionnage », dans Le Journal de Montréal, samedi 11 mai 2019.
PRÉCOURT, Diane, « Profession : espionne », dans Le Devoir, samedi 29 et dimanche 30 juin 2019.

GIRARD, Dominique (1964 -)
Bonheur meurtrier, Anjou, Fidès, 2019, 240 pages.
« Richard Young est un conférencier et un auteur à succès dans l’univers de la croissance personnelle. Le matin où il est attendu pour une séance de signature de son nouveau livre, Bonheur illimité, il est retrouvé mort dans sa chambre d’hôtel en plein cœur de Montréal. L’enquêteuse Cathie Lebel soupçonne, dès la découverte du corps, qu’il s’agit d’une affaire criminelle. » [éditeur]

BOILEAU, Josée, « Meurtrier recherché », dans Journal de Montréal, 30 juin 2019.
MIGNEAULT, Richard, c. r. sur le blogue Polar, noir et blanc, 11 juin 2019.
RECLY, Mathilde, « Dans la peau… de Dominique Girard », dans La Bible urbaine, 28 juin 2019.
SYLVESTRE, Paul-François, « L’art de brouiller les pistes », dans L’Express.ca, 1er septembre 2019.

GRÉGOIRE, Isabelle (1957 -)
Fille de fer, Montréal, Québec Amérique, 2019, 236 pages.
L’aventure commence par le déraillement de son convoi entre Sept îles et Schefferville, un soir de tempête hivernale (l’accident a été provoqué par… un orignal blanc !). Blessée, Marie est miraculeusement sauvée par Jonas, un mystérieux ermite (d’abord perçu comme « un géant » !) qui habite un « manoir » perdu, soigneusement camouflé dans les grands espaces sauvages.
Aventures amoureuses aussi… D’abord, une relation charnelle torride avec un collègue marié, puis une véritable histoire de passion avec son mystérieux sauveur, Jonas Melville, grand lecteur de la Bête Humaine et de Moby Dick, dont elle découvre peu à peu la véritable et surprenante identité.
Dès lors, les choses se corsent et l’intrigue prend subitement des allures de thriller avec tensions entre Blancs et autochtones, préoccupations environnementales et… écoterrorisme. [N. S.] Recommandé]

BOILEAU, Josée, « Affronter le Nord », dans Le Journal de Montréal, dimanche 29 décembre 2019.
GAGNON-PARADIS, Iris, « Isabelle Grégoire : l’appel du Nord », dans La Presse +, 4 novembre 2019.
MARTIN, Éric, « Un récit de fiction à saveur nord-côtière », dans Le Nord-Côtier, le 23 novembre 2019.
MIGNEAULT, Richard, c. r. sur le blogue Polar, noir et blanc, 21 novembre 2019.
ROBINSON, Billy, « Héroine inoubliable », dans Les Libraires, 2019

HANSON, Elie (1965 -)
Disparition au Caire, Varennes, AdA (Corbeau), 2019, 394 pages.
« Pierre Dagenais, journaliste québécois, est envoyé en Égypte pour couvrir les événements du printemps arabe. Sans nouvelles de Pierre, son cousin conférencier Alain Thibault décide de partir à sa recherche. Véritable course effrénée dans les rues de la capitale égyptienne, Disparition au Caire est un thriller grisant qui nous fait revivre les révoltes de 2011. dont les répercussions sont toujours d’actualité. »
[éditeur]. (Réédition de L’Énigme du Caire, Wendover, L’Empire Desmarais Lavigne, 2016).

JOBIN, Bruno (1949 -)
Le Cri de l’enfantôme, Gatineau, Vents d’Ouest (Azimuts), 2019, 163 pages.
« Un gamin de sept ans séquestré dans une cage, une mère ado au look gothique, une copine star de cinéma, une cousine originaire de Mongolie, une sourde-muette adepte du vaudou. Au cœur du drame, un narrateur dans la vingtaine, bras rachitique, pied bot. En orbite, un trio de mousquetaires désœuvrés. Dans un bar de danseuses, une certaine Miss Nobody. Et au QG des flics, Hercule Poirot et Woody Allen sur la piste d’un tueur en série. » [éditeur]

JOHNSON, Sylvain (1973 -)
Sang de cochon, Varennes, AdA (Corbeau), 2019, 492 pages.
« Bruce Paris est policier à la Sûreté du Québec et chargé d’investiguer sur le sordide meurtre d’un agent de sécurité dans une porcherie, en Mauricie. L’enquête de routine prend une tournure inattendue. Une famille entière disparaît, des policiers sont soudainement animés d’une folie meurtrière, et un mystérieux enfant démon rôde dans la nuit… » [éditeur] Roman qui combine la science-fiction, le polar et l’horreur.

KOUDERO, Mickaïl (1982 -)
La Faim et la soif, Paris, Hugo (Thriller), 2019, 524 pages.
Raphaël Bertignac, un ancien journaliste d’investigation, enquête à Paris, à Prague et aux tréfonds de la Roumanie sur une série de meurtres atroces. Sur un des cadavres, un nom griffonné sur des liasses de feuilles froissées : Nosferatu !

LAFLAMME, Steve (1974 -)
Sous un ciel d’abîme : thriller, Montréal, de l’Homme, 2019, 342 pages.
Traumatisés psychologiquement et physiquement par les événements dramatiques qui ont marqué la traque du « Chercheur d’âme », Xavier Martel, et Zoé Savary, deux ex de la Sûreté du Québec, ont ouvert une agence de détectives privés. Leur première mission consiste à éclaircir les circonstances troubles de la mort insolite (euphémisme !) de Corine Quintal à Québec. Cette affaire les amène à enquêter sur une organisation plus que louche dirigée par un type très dangereux, un véritable monstre sans pitié aux multiples identités. Pendant ce temps, à Montréal-Nord, Donatien Deveau, un jeune Haïtien, n’a qu’une obsession : venger la mort de sa sœur, ce qui va le plonger dans une spirale meurtrière dont la finale explosive est une des scènes d’anthologie de ce roman. Selon un cas de figure éprouvé, les routes de Martel et de Donatien vont se croiser pour le meilleur et le pire ! [N. S.] Recommandé

BÉLAIR, Michel, « Qui trop embrasse… peut se casser les dents », dans Le Devoir, samedi 25 et dimanche 26 mai 2019. « Un roman ambitieux, trop sans doute, enfoui sous une écriture parfois étincelante ».
BORNAIS, Marie-France, « Sous un ciel d’abîme : mort insolite à Québec », dans Le Journal de Québec, samedi 3 août 2019.
DUMAIS, Éric, « Dans la peau de Steve Laflamme », dans Bible urbaine, le 7 juin 2019.
MIGNEAULT, Richard, c. r. sur la blogue Polar, noir et blanc, 30 avril 2019.

LAFORTUNE, Isabelle (1970 -)
Terminal Grand Nord, Montréal, XYZ, 2019, 352 pages.
Premier polar. L’action se passe à Schefferville où l’inspecteur Émile Morin est dépêché sur place depuis Montréal par le gouvernement, pour enquêter sur le meurtre brutal de deux sœurs amérindiennes. Il est accompagné par son ami, l’écrivain Giovanni Celani (narrateur du récit) qui a vécu sur place pendant plusieurs années et qui renoue avec son passé. Au cœur de cette intrigue palpitante, peuplée de nombreux personnages bien typés, l’auteure aborde (sans didactisme) de nombreux enjeux d’actualité comme le traitement abject des femmes autochtones, les intrigues politiques sordides autour de l’exploitation minière et le déclin d’un ancien eldorado minier ! Pour une fois, je suis d’accord avec le prospectus qui vante les mérites de ce récit : « un roman noir et captivant », dont le réalisateur François Bouvier a d’ores et déjà acquis les droits d’adaptation cinématographiques. [N. S.] Recommandé
Lauréat du Prix Jacques-Mayer 2019 de Saint-Pacôme pour un premier polar.

BÉLAIR, Michel, « Perdre le nord, encore », dans Le Devoir, samedi 26 et dimanche 27 janvier 2019.
BOILEAU, Josée, « Les secrets du Grand Nord », dans Le Journal de Montréal, dimanche 3 février 2019.
BORNAIS, Marie-France, « Enquête palpitante à Schefferville », dans Le Journal de Québec, dimanche 10 février 2019.
CLÉMENT, Éric, « Le roman policier de l’heure », dans La Presse +, dimanche, 10 mars 2019.
DUFOUR, Michel, c. r. sur le blogue Sang d’encre/Polars, mars 2019.
MIGNAULT, Alexandra, « Au cœur du froid : entrevue avec Isabelle Lafortune », dans Les Libraires, no 111, 2019, pp. 58-59.
MIGNEAULT, Richard, c. r. sur le blogue Polar, noir et blanc, 18 février 2019.
PICHER, Stéphane, « Printemps nordique », dans Lettres québécoises, no 173, printemps 2019. « Ce premier roman publié dans une maison d’édition littéraire qui pratique très peu le genre, est le meilleur polar qu’on a lu depuis longtemps »
SAVARD, Louise, « Schefferville au cœur d’un polar », dans le Nord-Côtier, le 24 mars 2019.
SPEHNER, Norbert, « Double meurtre dans le Grand Nord québécois », dans Le Placoteux, 6 février 2019.

LANCTOT, Jacques (1945 -)
Don Giuliano, Montréal, Libre Expression, 2019, 403 pages. [Marginalia]
« À la suite de la prise de pouvoir de Castro à Cuba, la mafia américaine se retrouve privée d’un important terrain de jeu. Lino Mandolini, tueur à gages et fils d’un chef mafieux sicilien, se voit confier une mission de la plus haute importance : assassiner Fidel Castro. Mais c’était sans compter l’intervention d’un prêtre canadien, Julien Casavant, dit Don Giuliano, qui va déjouer les plans de Mandolini et l’amener à redéfinir sa vie. » [éditeur]

BERNARD, Michèle, c. r. dans Nuit blanche, le 17 octobre 2019.
DUCHESNE, André, « En panne de constance », dans La Presse +, le 25 juin 2019.
LANCTOT, Jacques, « Une île, un livre », dans Le Journal de Montréal, le 24 mai 2019.
RIENDEAU, David, « Rédemption sous les Tropiques », dans Le Journal de Montréal, le 29 juin 2019.
RODRIGUEZ, Christophe, c. r. sur le blogue Polar, noir et blanc, le 8 juin 2019.

LÉVESQUE, François (1978 -)
Neiges rouges, Lévis, Alire, 2018, 288 pages.

PELLETIER, Laurence, « Ce que recouvre la neige », dans Lettres québécoises, no 173, printemps 2019, p. 56.

MARCHAND, Alain Bernard (1958 -)
Complot à l’Unesco, Montréal, Les Herbes Rouges, 2019, 205 pages. [Marginalia]
« Tout allait bien avant qu’Émile Hébert entre au service de l’ambassadeur à l’Unesco et que Sophie Elytis déménage à Paris. Pendant qu’Émile s’échine de longues heures à rédiger les discours de l’ambassadeur, des meurtres surviennent et l’ordre du monde vole en éclats. Sophie mène-t-elle Émile en bateau, lui qui ne demande qu’à se noyer dans ses yeux de tragédienne ? En se jouant des codes du polar, Complot à l’Unesco brosse le portrait convaincant d’un jeune idéaliste en proie à la folie de notre époque. » [éditeur]

MASSIE, François (1963 -)
Sanglante Istanbul, Varennes, AdA, 2019, 482 pages.
Paul Smet, philologue enseignant à l’Université de Montréal, est invité par l’Université d’Istanbul à prononcer une conférence. Son arrivée sur le sol turc coïncide avec une série d’attentats non revendiqués. Erkan Çelik, chef de l’unité anti-terroriste, mène l’enquête.

MAVRIKAKIS, Catherine (1961 -)
L’Annexe, Montréal, Héliotrope, 2019, 248 pages. [Marginalia]
« Quand elle n’est pas en mission à Londres, Tripoli ou Tel Aviv, Anna aime retourner à Amsterdam, dans l’annexe secrète où la famille d’Anne Frank a tenté d’échapper à l’horreur nazie. Durant un de ses pèlerinages là-bas, l’espionne se rend compte qu’elle est suivie. Promptement, l’organisation se charge de l’exfiltrer dans une maison de protection, dont on lui cache à dessein le lieu. C’est là qu’Anna fait la connaissance de Celestino, un fou de littérature. L’homme fantasque veille sur elle et sur les huit autres membres qui forment l’insolite communauté de cette, nouvelle annexe. Entre Anna et lui s’amorce alors un dangereux pas de deux. » [éditeur]

BOILEAU, Josée, « L’espionne qui aimait les livres », dans Le Journal de Montréal, samedi 14 septembre 2019.
BORNAIS, Marie-France, « L’Annexe de Catherine Mavrikakis : pèlerinage dans l’univers d’Anne Frank », dans Le Journal de Québec, samedi 7 décembre 2019.
HÉBERT-DOLBEC, Anne-Frédérique, « Le ballet littéraire remarquable de L’Annexe », dans Le Devoir, 24 août 2019.
LANIEL, Jérémie, c. r. dans Voir.ca, 28 août 2019.
ST-GERMAIN, Claudine, « Les fantômes de Catherine Mavrikakis », dans L’Actualité, 7 août 2019.

MICHAUD, Andrée A. (1957 -)
Tempêtes, Montréal, Québec Amérique, 2019, 360 pages.
« Sur les deux versants du Massif bleu, la nature se déchaîne. D’un côté, Marie Saintonge. Isolée au cœur de la forêt, dans une maison secouée par le blizzard, elle doit faire face à l’hostilité des lieux, aux voix sourdes de la peur et aux ombres inquiétantes qui viennent tour à tour frapper à sa porte. De l’autre côté, Ric Dubois. Confronté lui aussi à la fureur de la montagne lorsque les orages de juillet éclatent, il doit lutter pour sauver sa peau pendant que les morts suspectes se multiplient autour de lui. Spectres et forces telluriques s’unissent pour une danse macabre dans Tempêtes, le roman plus noir, le plus fort d’Andrée A. Michaud. » [éditeur]

BERNIER, André, bref c.r. dans Les Libraires, no 116, décembre 2019 – janvier 2020.
BOILEAU, Josée, « Monstrueuse montagne », dans Le Journal de Montréal, samedi 9 novembre 2019. « Tempêtes a l’allure d’un thriller, mais il est bien davantage une mise à nu de notre psyché collective. »
BORNAIS, Marie-France, « Mystère sur la montagne », dans Le Journal de Montréal, samedi, 12 octobre 2019.
MAALOUF, Leila, « Peurs et folie à l’ombre de la montagne », dans La Presse +, vendredi 27 septembre 2019. Suivi de « Les monstres en nous », entrevue avec l’auteur, dans La Presse +, samedi 28 septembre 2019.
MALAURE, Julie, « La montagne, ça vous gagne ! », dans Le Point, no 2472, 9 janvier 2020, p. 85.
PELLETIER, Laurence, « En des temps étranges », dans Lettres québécoises, no 175, automne 2019, p. 52. « À l’heure où Bondrée (2014) connaît le succès en France, Andrée A. Michaud nous revient avec intrigue enlevante et sophistiquée au croisement du polar, du thriller psychologique et de l’horreur ».
TARDIF, Dominique, « Au cœur de cet enfer qu’enflamme la peur », dans Le Devoir, samedi 28 – dimanche 29 septembre 2019. »

MICHAUD, Martin (1970 – )
Ghetto X : une enquête de Victor Lessard, Montréal, Libre Expression, 2019, 552 pages.
5e volet des enquêtes de Victor Lessard. Il a quitté la police, mais quand Jacinthe, son ancienne partenaire, qui ne digère pas ce départ, sollicite son avis sur la scène du meurtre d’un journaliste d’enquête, son instinct de limier reprend le dessus. Il est loin de se douter que toute cette affaire va l’obliger à plonger dans son passé pour découvrir la vérité sur le massacre de sa famille et le rôle de son père dans cette tragédie qui l’a profondément marqué. Puis, il est pris pour cible et blessé dans un attentat, en même temps que sa compagne, Nadja… L’heure de la vengeance a sonné et le lion Lessard sort ses griffes !
L’intrigue est complexe alors que Michaud y mêle des séquences de guerre en Afghanistan, une cellule djihadiste, une sombre histoire de famille, et deux sujets d’actualité : l’immigration et la montée de l’extrême droite ! [N. S.]

BÉLAIR, Michel, « Entre l’image et le mot », dans Le Devoir, samedi 31 août et dimanche 1er septembre 2019. [Entrevue]. « Figure dominante de la rentrée polar, Martin Michaud raconte le défi d’écrire à la fois des livres et des scénarios pour la télévision ».
BERNIER, André, bref c.r. dans Les Libraires, no 116, décembre 2019 – janvier 2020.
BORNAIS, Marie-France, « Victor Lessard sur les traces d’une bande d’extrémistes », dans Le Journal de Québec, 24 août 2019.
DUFOUR, Michel, c. r. sur le blogue franco-québécois Sang d’encre/Polars, 12 septembre 2019.
LAROCHELLE, Samuel, « De romancier à scénariste », dans La Presse +, dimanche 27 juin 2019.
MAALOUF, Leila, « Retour en force de Victor Lessard », dans La Presse +, jeudi, le 5 septembre 2019.
MIGNAULT, Alexandra, « Martin Michaud : affronter ses démons », dans Les Libraires, no 114, septembre-octobre 2019, p. 65. [entrevue]
MIGNEAULT, Richard, c. r. sur le blogue Polar, noir et blanc, 10 septembre 2019.
NAULT, Sarah-Émilie, « Le grand retour de Victor Lessard », dans Huffington Post, 5 septembre 2019.
PICHÉ, Sébastien, « Qui embrasse beaucoup étreint plus que correctement », dans Lettres québécoises, no 176, hiver 2019.

MICHEL, Sébastien (1979 -)
Du sang pour la poupée maudite : une enquête paranormale de Thierry Lande, Varennes, AdA, 2019, 224 pages.
« Dans un village isolé du Québec, une série de suicides a lancé les forces policières sur la piste d’un pacte morbide. Les villageois parlent d’une malédiction et de fantômes… Thierry Landes, chroniqueur télé et blogueur du paranormal, est appelé à enquêter sur cette affaire mystérieuse de la bourgade de Damase. Face à des forces qui le dépassent, il devra résoudre l’énigme avant que sa propre vie ne soit menacée. » [ éditeur]

MORRISSETTE, Guillaume (1975 – )
Le Tribunal de la rue Quirion, Laval, Guy Saint Jean, 2019, 400 pages.
L’auteur nous refait le coup de l’originalité avec cette cinquième enquête de l’inspecteur Héroux, son polar le plus achevé d’une série que l’on suit toujours avec plaisir. En fait, et c’est là l’originalité de cette histoire, il y a une double enquête menée à la fois par des adultes et des enfants. En jouant à la guerre dans un boisé (souvenirs, souvenirs…) des gamins trouvent un os, un péroné humain ! Les analyses en labo et les archives permettent d’identifier son légitime « propriétaire » : un jeune homme de Thetford Mines, disparu en juin 1997. Bref, un « cold case », et tout un défi pour les enquêteurs ! C’est sans compter sur l’aide inattendue du groupe de gamins qui a découvert l’os en question. Parmi ces enfants, le jeune Baptiste, un petit futé, s’improvise détective ! [N. S.] Recommandé
Prix Coup de cœur, Saint-Pacôme 2019.

ALARIE, Marie-Eve B., « Les enfants mènent (aussi) l’enquête », dans L’Hebdo Journal de Trois-Rivières, le 4 avril 2019.
BÉLAIR, Michel, « Quand on bute sur un os », dans Le Devoir, samedi 23 et dimanche 24 mars 2019.
DUFOUR, Michel, c. r. sur le blogue franco-québécois Sang d’encre/polar, 17 mai 2019.
HOUDE, François, « Guillaume Morrissette : les enfants s’en mêlent », dans Le Nouvelliste, dimanche 20 mars 2019.

NOËL, Lionel (1961 -)
Halifax Express, Lévis, Alire, 2019, 450 pages.
À la fois roman historique, récit de guerre et thriller d’espionnage, ce roman a une action dont une partie se déroule en 1940 : face à la menace d’une invasion nazie, Winston Churchill fait expédier au Canada la totalité du Trésor national – plus de 800 millions de livres sterling – afin de le mettre à l’abri des Allemands. Or, l’un des trains réquisitionnés pour assurer son transport en sol canadien est détourné par un bande de voleurs dirigée par Sean Finnegan, un redoutable gangster que Francis Lemay, un officier le la GRC, traque depuis des mois. L’autre partie se déroule quelques années plus tard, en 1945. Ce même Lemay est envoyé au camp de concentration libéré de Ravensbrück pour rapatrier la belle Delphine Sauvée, l’amoureuse de Finnegan et en apprendre plus sur l’attaque du Halifax Express, et sur ce qu’est devenu Finnegan. Mais cette mission en cache une autre dont il ignore tout : exfiltrer le major russe Vassilevski, celui-là même dont l’unité à évacué le corps carbonisé d’Adolf Hitler lors de la chute de Berlin. Solidement documentée, l’intrigue de ce thriller captivant est menée à train d’enfer par un auteur au sommet de sa forme. [N. S.] Recommandé

BOILEAU, Josée, « Chasse à l’or et aux transfuges », dans Le Journal de Montréal, dimanche 3 novembre 2019.
DUFOUR, Michel, c. r. sur le blogue franco-québécois Sang d’encre/Polars, le 9 novembre 2019.
RODRIGUEZ, Christophe, c. r. sur le blogue Polar, noir et blanc, 8 octobre 2019.
SPEHNER, Norbert, « L’or volé du Halifax Express », dans Le Placoteux, 30 octobre 2019.

OUELLET, Pierre (1950 -)
Freux, Longueuil, L’Instant même, 2019, 300 pages.
Des crimes crapuleux assombrissent la tranquille ville de Savannah en Géorgie. Meurtres ou sacrifices ? Il paraîtrait qu’une statue, qui a longtemps trôné dans le cimetière Bonaventure, insufflerait ces désirs meurtriers aux habitants de la région… vérité ou superstition ? Chester Head, détective privé, part en quête d’un coupable mais surtout de la lumière sur cette affaire plus qu’étrange. [éditeur]

PICHER, Stéphane, « La mystérieuse affaire de style », dans Lettres québécoises, no 175, automne 2019, p. 53. « Roman policier, certes ; roman littéraire, bien davantage. Lecture « tous publics » ? Certainement pas. »
SYLVESTRE, Paul-François, « Roman enivrant et déstabilisant », dans L’Express.ca, 22 décembre 2019

PARENTEAU, Julie (1978)
Femme cherche homme aimant le meurtre, Varennes, AdA, 270 pages.
« Quand les cadavres de jeunes femmes innocentes s’accumulent, on découvre que tout le monde a quelque chose à cacher, mais certains plus que d’autres. » [éditeur]

PAYNE, Susan (1967 -)
Pour toi mon amour pour toujours 2 : Valérie, Moncton, Perce-Neige (Prose), 2019, 422 pages.

Pour toi mon amour pour toujours 3 : Joëlle, Moncton, Perce-Neige (Prose), 2019, 328 pages.
Traque de tueur en série.

PELLETIER, Jean-Jacques (1947 -)
Dix petits hommes blancs, Lévis, Alire, 2019, 640 pages.
Réédition : Montréal, Hurtubise, 2014.

On Tue…, Lévis, Alire, 2019, 650 pages.
Ce thriller, l’un des meilleurs de Pelletier, clôt la trilogie commencée avec Bain de sang (Hurtubise, 2016) et Deux balles, un sourire (Hurtubise, 2017), et mettant en scène l’inspecteur Henri Dufaux (l’homme qui parle à sa défunte femme), enquêteur d’expérience, et son équipe de jeunes marginaux. L’intrigue commence par la découverte, en succession rapide, d’une série de cadavres. Les victimes ont été torturées et exécutées selon les méthodes barbares (euphémisme des euphémismes !) que l’on emploie pour tuer certains animaux d’élevage (quelques scènes éprouvantes). Derrière ces meurtres atroces qui affolent la population et que leurs auteurs qualifient de « crimes pédagogiques », il y a un groupe de militants, les Ultravéganes, sauveurs autoproclamés de la planète. Pour ajouter au suspense, il se trouve que parmi ces tueurs, il y a quelqu’un qui entretient une vendetta personnelle contre Dufaux qui devient ainsi une cible privilégiée. [N. S.] Recommandé

BÉLAIR, Michel, « On tue… » Apocalypse now » », dans Le Devoir, 16 novembre 2019.
DUFOUR, Michel, c. r. sur le blogue franco-québécois Sang d’encre/Polars, décembre 2019.
HOUDE, Isabelle, « Jean-Jacques Pelletier, devin malgré lui », dans Le Soleil, Québec et La Voix de l’Est., 7 décembre 2019
MAALOUF, Leila, « On tue… Des meurtres pédagogiques » dans La Presse +, jeudi 5 décembre 2019. « Jean-Jacques Pelletier a construit une fois de plus une intrigue touffue et étoffée avec ce pavé ambitieux, tissé à partir d’un enchevêtrement de meurtres ingénieusement planifiés et mis en scène. »

RAVENELLE-ARCOUETTE, Félix (1981 -)
Le Cercle de cendres, Montréal, Héliotrope (noir), 2019, 286 pages.
Premier polar. L’action de ce roman noir se déroule dans les réserves amérindiennes De Kahnawake (en Montérégie) et de Kanasatake (enclavée dans la municipalité d’Oka). Dave Lahache est un jeune délinquant, un petit criminel aux mauvaises fréquentations, qui cherche sa voie. Encouragé par sa sœur Jenny (seul personnage vraiment sympa dans ce livre), il entreprend des études de droit qu’il délaisse rapidement au profit d’activités illégale lucratives qui le mettent en contact avec une bande de motards qui contrôle divers trafics sur la réserve. Très habile, il gravit rapidement les échelons du gang. Mais Dave et ses complices ignorent qu’il, y a une taupe dans le groupe alors qu’une opération policière d’envergure se prépare. Que se passera-t-il quand les forces de l’ordre passeront à l’action ? Dave a-t-il les moyens de ses ambitions ? Le dénouement ne laisse planer aucun doute sur son destin… [N. S.] Recommandé

MAALOUF, Leila, « Dans la spirale de la violence », dans La Presse +, jeudi le 7 novembre 2019.

RIVARD, Julie (1977 -)
L’Affaire Léane Cohen, Paris, Hugo (New Romance), 2019, 338 pages.
Deuxième polar d’une série mettant en scène le sergent-détective Henrik Hansen, ce thriller propose une intrigue policière solide (la traque d’un pyromane qui sévit à Montréal en tuant des jeunes femmes) et une histoire de passion amoureuse tout aussi prenante entre le séduisant Henrik et la belle et sensuelle Léane Cohen, enquêtrice spécialisée en incendies criminels. Oubliez la mièvrerie proverbiale des défunts Harlequin : l’enquête policière est réaliste et dramatique à souhait, alors que la relation mouvementée des deux amants est épicée de quelques scènes torrides qui ne tombent ni dans la vulgarité, ni dans la porno cheap, tout en restant… croustillantes. [N. S] Recommandé.
P.-S. Le premier roman de cette série, L’Affaire Eva Beck (Hugo, 2019) est une réédition de La Pieuvre, paru à Montréal, en 2013, chez VLB.

BORNAIS, Marie-France, « Un suspense féminin au rythme enlevant », dans Le Journal de Québec, samedi 11 janvier 2020.

SARFATI, Sonia, dir. (1960 -)
On tue la une, Montréal, Druide (Reliefs), 2019, 279 pages.
Un recueil de nouvelles noires très divertissant… Sonia Sarfati a demandé à treize reporters/journalistes/chroniqueurs sévissant dans la presse locale d’écrire une histoire ayant l’univers du journalisme comme toile de fond et dans laquelle serait commis un crime assez important pour la une. Bref, du sang à la une… !
Tous les auteurs font preuve d’une imagination débordante et nous proposent toute une gamme de récits souvent jouissifs, malgré leur petit côté morbide. Aucun texte n’est ennuyeux, mais j’ai particulièrement apprécié celui de Marie Charrel assaisonné d’une petite note surnaturelle, celui de Florence Meney qui s’inspire de l’actualité de l’orang-outan orange débile qui sévit au sud de la frontière, celui de Luc Chartrand aux accents tragiques, ou celui très « intestinal » de Sonia Sarfati qui m’a bien fait rigoler ! Bref, à déguster entre deux chapitres d’un thriller angoissant ! [N. S.] Recommandé.
Avec la participation de Marc Cassivi, Pierre Cayouette, Serge Chapleau et Yvon Landry, Marie Charrel, Luc Chartrand, Michel Jean, Catherine Lafrance, Robert Lamarche, Claudia Larochelle, François-Guillaume Lorrain, Isabelle, Massé, Florence Meney, Hugo Meunier, Michèle Ouimet et Sonia Sarfati.

SAVOIE, Jacques (1951 -)

Maria, Montréal, Boréal, 2019, 325 pages.

Mathias Fort, détenteur d’une maîtrise en littérature, ancien membre du Service canadien du renseignement de sécurité se retrouve dans le milieu cinéma comme réalisateur et producteur d’un film faisant écho au sulfureux Le Dernier Tango à Paris et sa tristement célèbre scène de viol. Dans ce roman touffu, inclassable, inspiré par le mouvement #MoiAussi, l’auteur jongle avec les codes du roman d’espionnage et du polar. [Marginalia]

BOILEAU, Josée, « Comment piéger un agresseur ». dans Le Journal de Montréal, Samedi le 18 janvier 2020.
DUMAIS, Manon, « Arrangé avec le gars des vues », dans Le Devoir, samedi 4 et dimanche 5 janvier 2020.
GAGNON-PARADIS, Iris, « Fiction ou réalité ? », dans La Presse +, le 28 novembre 2019.
MOUSSEAU, Sylvie, « Vérité ou mensonge ? », dans L’Acadie nouvelle, 1er novembre 2019.
RODRIGUEZ, Christophe, c.r. sur le blogue Polar, noir et blanc, 21 novembre 2019.

SEYMOUR, Johanne
Rinzen : la beauté intérieure, Montréal, Libre Expression, 2018, 272 pages.

SPEHNER, Norbert, « En quête de la fille laide », dans La Presse +, 20 janvier 2019.

THÉRIAULT, Denis (1959 -)
Manucure, Montréal, Leméac, 2019, 248 pages.
Emma, une manucure professionnelle de Montréal offre ses services à domicile. Sa sœur Amélie (manucure, elle aussi) est décédée dans des circonstances louches, la thèse officielle étant qu’il s’agit d’un suicide. Mais Emma n’accepte pas les conclusions de la police et décide d’enquêter discrètement sur cette mort suspecte. Pour ce faire, elle prend le pseudonyme de Laetitia pour entrer en contact avec les clients de sa sœur, espérant lever le voile sur le funeste destin d’Amélie. Jour après jour, elle fait la rencontre de personnages très différents, complexes, hauts en couleurs, issus de divers milieux, dont certains sont très peu recommandables. Plus son enquête avance, plus elle est persuadée qu’Amélie a été assassinée. Mais par qui ? Telle est la question… [N. S.]

BOILEAU, Josée, « Un polar de cinéma ! », dans Journal de Montréal, samedi 27 juillet 2019.
« Dans ce livre que l’on croit prévisible, il y a pourtant une surprise : le lecteur ne voit pas venir la fin. Ce qui est quand même un atout majeur pour un roman policier, encore plus quand la conclusion se tient ! »
DESMEULES, Christian, « Le doigt dans l’engrenage », dans Le Devoir, 4 mai 2019.
DUFOUR, Michel, c. r. sur le blogue franco-québécois Sang d’encre/Polars, 27 mai 2019.
SAVARD, Louise, « de l’international à la Côte-Nord », dans Le Nord-Côtier, 18 avril 2019

VILLERET, Graeme (1979 -)
Les Morts sont des cons, Varennes, AdA, 2019, 496 pages.
« On écrit souvent des histoires policières du point de vue de l’enquêteur, rarement de celui du tueur. Les morts sont des cons raconte la mission complexe d’un tueur à gages. Voyage autour du monde, bonne bouffe, filles, sexe et alcool, mais aussi trahisons et meurtres violents orchestrés savamment. » [éditeur]

COMPTES D’AUTEUR ET AUTO-ÉDITION
[Avec quelques titres omis dans la recension de 2018]

ARSENAULT, Marc (1957 -)
12 h 00, Québec, Marc Arsenault, 2018, 540 pages.
L’agente spéciale Jackie Wong, du bureau des Services Secrets Spéciaux sur la piste d’un terroriste qui opère à l’échelle mondiale.

AUBERT, Jacques (1947 -)
T’ai-je dit aujourd’hui que je t’aime ?, Saint-Norbert-d’Arthabaska, Les Carnets de Dame Plume, 2018, 194 pages

BARGONE, Michel (1964 -)
L’Affaire Minerva (Mauvais rêves -1), Saint-Augustin-de-Desmaures, 2018, 198 pages.
Thriller scientifique. Des bureaux d’une multinationale pharmaceutique à Paris jusqu’à de sombres locaux dans un parc industriel à l’ouest de Québec, suivez ce suspense qui vous transportera aux limites du subconscient et aux frontières de la technologie.

BARIL, Sébastien (1980 -)
La Tentation (E.D.N. -1), Saint-Boniface, Nolan, 2014, 337 pages.
Roman policier mâtiné de science-fiction avec comme personnage principal l’inspecteur Dave Bradley.

L’Origine du mal (E.D.N. -2), Saint-Boniface, Nolan, 2018, 352 pages.
Deuxième volet de cette série dont l’action se situe en 1974.

BÉLIL, Michel (1951 -)
L’Hiver qui n’aimait pas comme les autres (Les Cinq Saisons de l’avenir -2), Lanoraie, de l’Apothéose, 2019.

BÉRUBÉ, Gaétan (1959 -)
Le Retour de Laurianne : énigme policière, Rimouski, du Tullinois, 2018, 180 pages.
Roman d’enquête dont l’action se passe à Rimouski.

BRASSARD, Julie (1977 -) & Mélissa MALBOEUF
Confrontation, Boucherville, Béliveau, 2019, 396 pages.
Polar mâtiné de fantastique (vampires).

BUGEAUD, Guy (1951 -)
La Nouvelle Rançon, Lanoraie, Essor-Livres, 2019, 319 pages.
Le président de la plus grande banque canadienne est interpellé et kidnappé en plein centre-ville de Montréal. Le lieutenant Vaillancourt de la Sûreté du Québec est affecté à l’enquête.

CAISSY, René
L’Aviateur irlandais, Lévis, Fondation littéraire Fleur de Lys, 2018, 257 pages.
Au cours d’un voyage aérien entre la Colombie britannique et l’île du Prince Édouard, un pilote irlandais Abraham O’Neill enquête sur une vieille affaire de meurtre.

CARTHY CORBIN, Francine (1942 -)
Les Promesses oubliées, Saint-jean-sur Richelieu, Les Éditeurs réunis, 2019, 438 pages.
Polar historique (années 60) dont l’action se passe à Limoilou.

CHAMBERLAND, Aline (1946 -)
Disparition, Saint-Pascal, Aline Chamberland, 2019, 220 pages.

CLÉMENT, Philippe-Daniel (1951 -)
Le Mortréalais (sic)
Saint-Narcisse, Éditions du Wampum (Roman), 2019, 251 pages. (AutoEd)

COSSETTE, Louis M. (1950 -)
L’Étonnante Constance de l’âme, Lanoraie, de l’Apothéose, 2019, 702 pages.

CÔTÉ, Réjean (1957 -)
Le Manoir de nulle part, Lanoraie, de l’Apothéose, 2018, 365 pages.
Roman noir dont l’action se déroule en 2021.

DÉCARIE, Andrée (1960 -)
L’Affaire Nostradamus, Saint-Anicet, Révolte, 2019, 330 pages.
Gatineau. Une enquête de l’inspecteur Tintin, sur la piste d’un tueur en série.

DÉLISLE, Myriam (1981 -)
On ne se lâche jamais (Itinéraire alternatif -1), Laval, Myriam Délisle, 2019.

DUCHESNE, Gratien
Le Consortium, Alma, Gratien Duchesne, 2019.

DUQUET, Sylvie (1962 -)
Intrigue et soupçons, Bécancour, Sylvie Duquet, 2019, 254 pages.

EDGAR, Marc
Le Chant des Mésanges, Librinova, 2019, 882 pages.
Roman noir. Rouyn-Noranda.

EMMANUEL, William (1999 -)
Jupons longs, Sainte-Agathe-des-Monts, William Emmanuel Doyon, 2019, 138 pages.

FILION, Diane
Quiétude perturbée, Québec, Diane Filion, 2018, 374 pages
Les mésaventures d’un couple qui vient d’emménager dans une nouvelle maison… avec un passé.

FISHER, Marc (1953 -). Pseudo. de Marc-André Poissant
Héritage suspect, Saint-Bruno-de-Montarville, Coup d’Œil, 2019, 332 pages. Réédition de Miami, Montréal, Québec-Amérique (Tous Continents), 2000.

FRÉCHETTE, Lise (1951 -)
Faux-semblants, Manseau, Les Carnets de Dame Plume, 2019, 160 pages.

G. Sylvie (1972 -)
Les Narco-chicks, Saint-Jean-sur-Richelieu, Les Éditeurs réunis, 2019, 376 pages.
Colombie. La journaliste Amélia da Costa et Ruby qui écrit des romans humoristiques, aux prises avec les cartels en guerre.

GAGNÉ, Jean-Pierre (1969 -)
Tuer pour régner, Rimouski, du Tullinois, 2019, 348 pages.
Thriller médical mettant en scène le chirurgien Jacques Poirier et son ami, Marvin Sark, un avocat peu scrupuleux.

GILBERT, Sylvain (1973 -)
Le Sauveur d’âme, Québec, Spiritus tremens, 2018, 323 pages.
Québec. Tueur en série.

GONZALEZ, J. A. (1984 -)
Le Réveil de l’assassin (Le Fils des diamants -1), Candiac, EdiLigne, 2019, 310 pages.

HUOT, Gilles (1948 -)
Kidnapping, Lanoraie, Première Chance, 2019, 380 pages.

JEAN, Maurice (1960 -)
Mes amis Facebook, Montréal, La Plume d’or, 2019, 263 pages.
Une enquête d’Henri Patenaude.

JOLI, Margot (1948 -)
Le Fruit de la haine, Regina (Saskatchewan), La Nouvelle Plume, 2019, 288 pages.
L’action se déroule en 1968 dans le petit village manitobain de Rochelle. Une résidente du village est retrouvée morte sur le sentier qui mène à l’épicerie. Le caporal Sylvain Trudel de la GRC est appelé pour enquêter.

LAHAIE, Xavier (1965 -)
Les Damnés de la côte de sable, Montréal, Richard Lahaie, 2018.

LAPOINTE, Steeve (1968 -)
Sans rançon : suspense, Vaudreuil-Dorion, Steeve Lapointe, 2019, 469 pages.

LEBLANC, Raymond (1936 -)
Bien mal acquis…, Lévis, Fondation littéraire Fleur de Lys, 2017, 484 pages.
Série Jacques Audet, 1.

La Poudre aux yeux, Lévis, Fondation littéraire Fleur de Lys, 2017, 484 pages.
Série Jacques Audet, 2.

LECAVALIER, Raynald (1955 -)
Le Serment de Nelin, Lanoraie, de l’Apothéose, 2019, 685 pages.
Une enquête de Christophe Marceau.

MARSOLAIS, Lucile (1941 -)
L’Homme exemplaire : Mylène Solet enquête, Montréal, Noir Marais, 2018, 302 pages.

MOREAU, Nancie (1975 -)
La Guerre des synapses (Christopher Soul -1), Saint-Augustin-de-Desmaures, Nancie Moreau, 2018, 302 pages.
Un jeune journaliste scientifique, Christopher Soul, découvrira à ses dépens la face cachée de la guerre : celle de la guerre de l’intelligence. Une rencontre avec Nikola Tesla changera sa vision et sa compréhension de l’univers.

MORRISSETTE, Maurice (1944 -)
On ne touche pas à mes dollars, Saint-Norbert d’Arthabaska, Les Carnets de Dame plume, 2018, 322 pages.

PAQUIN, Thérèse
Vague scélérate, Rimouski, du Tullinois, 2019, 424 pages.

PAULIN, Rachel (1950 -)
Sous la griffe : les enquêtes d’Astride Sanschagrin, Lanoraie, L’Apothéose, 2019, 364 pages.
Gaspésie. Accompagnez Astride Sanschagrin, détective privée tout au long de son enquête et de sa découverte des villages de Rivière-au-Renard, l’Anse-au-Griffon et Cap-aux-Os.

PLOUFFE, Yves (1948 -)
Pendant le référendum, Lanoraie, de l’Apothéose, 2019, 175 pages.
Ce roman policier non partisan apporte un volet nouveau et inédit sur une page fort plausible qui a pu se produire dans ce pays.

POIRIER, Claude André (1949 -)
Le Stagiaire : polar intimiste, Claude André Poirier (Intrigues et amitiés), 2019, 405 pages.

POIRIER, Roger (1956 -)
Le Limier, Montréal, La Plume d’or, 2019, 230 pages.
Un meurtre ; pour tout témoin, un chien disparu ; aucun indice, aucun motif… Comment rendre justice ? L’enquêteur Clark est chargé de l’affaire.

ROBERGE, Pierre (1953 -)
Nous étions trente, Lanoraie, Essor-Livres, 2018, 178 pages.
Que se passerait-il si trente cinglés atteints de maladies incurables décidaient de punir ceux qui nous gouvernent…

ROUTHIER, Marc-André (1951 -)
Les Décideurs, Lanoraie, de l’Apothéose, 2019, 350 pages.
Suspense dans un hôpital où il y a des morts inexpliquées.

SAOULI, Mourad (1980 -)
Longueuilistan, Boucherville, Béliveau, 2018, 181 pages.
Longueuil. Thriller d’espionnage : terrorisme islamique.

SÉRANDOUR, Lucien (1932 -)
La Corrida chez le faux prêtre, Montréal, Société des écrivains, 2018, 241 pages.
Réédition de Où secte tu te crois, papa ?, Chomedey, Pen Kaled, 1999.

SNOW, Franck (1983 -)
L’Écho du mal : roman noir, Sainte-Adèle, KLEMT, 2018, 392 pages.
Fantastique et roman policier. Meurtres en série.

ST-ONGE, Roch (1949 -)
Disparition à Sainte-Ursule, Lanoraie, Essor-Livres, 2019, 308 pages.
Octave, sa chienne Belle et son épouse Finesse enquêtent sur des disparitions à Sainte-Ursule (Maskinongé).

TOCCO, Gil (1942 -)
Rêves sanglants, Lanoraie, de l’Apothéose, 2019, 218 pages.

VIGNEAULT, Alexandra (1988 -)
Méfiez-vous du R.I.S.C., Rimouski, du Tullinois, 2019, 260 pages.

POLARS JEUNESSE
(Énigmes, romans policiers et d’aventures pour jeunes lecteurs et ados)

ARCHAMBEAULT, Andrée (1987 -)
Le Théâtre hanté, Montréal, de la Bagnole, 2019, 242 pages.

MORIN, Julie, c. r. dans Lurelu, vol. 42, no 2, automne 2019, p. 39.

BEAUREGARD, Éric (1979 -)
Vachement sanglant, Saint-Lambert, Soulières (Graffiti), 2019, 156 pages. [Une enquête du détective Poulette]

VIGNEAULT SKELLING, Marie-Ève, c. r. dans Lurelu, vol 42, no 3, hiver 2020, p. 37.

BLAIS, François (1973 -)
Lac Adélard, Montréal, La Courte Échelle (Noire), 2019, 250 pages.

DAOUST LOISELLE, Kim, c. r. dans Lurelu, vol. 42, no 3, hiver 2020, p. 38.

BOUCHARD, Camille (1955 -)
Ce vide au-dessus de nos têtes, Montréal, Québec Amérique (Magellan), 2018, 232 pages.

DAOUST LOISELLE, Kim, c. r. dans Lurelu, vol. 42, no 1, printemps-été 2019, p. 44.

CHABIN, Laurent (1957 -)
Innocent !, Montréal, Hurtubise (Atout), 2019, 148 pages.

BÉLAIR, Michel, « Se méfier des apparences », dans Le Devoir, samedi 30 novembre-dimanche 1 décembre 2019, p. 32 (cahier Lire).

AUMONT, Violaine, c. r. dans Lurelu, vol. 42, no 3, hiver 2020, p. 40.

CHOUINARD, Carolyn
Le Détenu de Trois-Rivières, Saint-Lambert, Héritage (Mini Frissons), 2018, 110 pages.

MORIN, Julie, c. r. dans Lurelu, vol. 42, no 1, printemps-été 2019, p. 38.

CÔTÉ-FOURNIER, Alexandre
Les Disparitions de Babouche, Montréal, La Courte échelle (Noire), 2019, 174 pages. [L’agence Mysterium, 2]

TREMBLAY, Michèle, c. r. dans Lurelu, vol. 42, no 2, automne 2019, p. 48.

DESCAMPS, Olivier (1979 -)
Péril en mer, Saint-Lambert, Héritage (Frissons), 2019, 318 pages.

FORAND, Claude (1954 – )
Le pire vampire, Ottawa, David (14/18), 2019, 211 pages.

DESJARDINS POTVIN, Martine, bef c.r. dans Les Libraires, no 114, septembre-octobre 2019, p. 9
GAGNON, Natalie, c. r. dans Lurelu, volume 42, no 2, automne 2019, p. 53.

GAUTHIER, Évelyne (1977 -)
Martini et mitraillette (Ariel à l’école des espions -5), Laval, Guy Saint-Jean, 2019, 272 pages.

PÉRIÈS, Didier
Mystères à Natagamau : Sur la voie du sang
Ottawa, David (14/18), 2019, 248 pages.

ROUX, Paul (1959 -)
Le Secret enfoui, Saint-Lambert, Héritage (Frissons), 2019, 304 pages.

DAOUST LOISELLE, Kim, c. r. dans Lurelu, vol. 42, no 2, automne 2019, p. 65.

TREMBLAY, Carole (1959 -)
Sombre secret, Montréal, La Courte échelle (Noire), 2019, 240 pages.
[Suspense]. Illustrations de Delphie Cöté-Lacroix.

FRADETTE, Marie, « Au-delà du roman frisson », dans Le Devoir, samedi 15 et dimanche 16 juin 2019

BANDES DESSINÉES

ANTOINE, Frédéric & VoRo
L’Espion de trop, Montréal, Glénat Québec, 2019, 57 pages.
« Le 9 novembre 1942, vers 5 h du matin, le lieutenant de la marine allemande Von Janowski pénètre dans l’hôtel du petit village de New Carlisle dans la Baie des Chaleurs, au Québec. Il a pour mission d’enquêter sur la construction du nouveau bombardier Mosquito qui vient d’entrer en production en Gaspésie. » [éditeur]

LEMAY, François, « Le Débarquement de Gaspésie », dans Le Devoir, samedi 20 et dimanche 21 avril 2019. « Le tandem Antoine et VoRo relate un épisode local de la Seconde Guerre mondiale. »

DAIGLE, Roland
Alerte à Richibouctou, Moncton, Bouton d’or d’Acadie (Vélo de course), 2019, 44 pages.
BD d’espionnage se déroulant pendant la Seconde Guerre mondiale, au Nouveau Brunswick, dans un décor de glace où s’affrontent sous-marins allemands, corvettes canadiennes, marins, espions et héros locaux.

GODBOUT, Réal & Pierre FOURNIER
L’Intégrale de Red Ketchup, volume 3, Montréal, La Pastèque, 2019, 152 pages.
« La réédition intégrale d’une des œuvres majeures de la bande dessinée québécoise. Red Ketchup n’a pas pris une ride depuis ses premières aventures en 1982. Personnage phare d’un tandem légendaire de la bande dessinée québécoise, Red Ketchup casse la baraque depuis plus de 30 ans. Godbout et Fournier signent avec lui une satire percutante de l’Amérique plus-que-profonde, sur trame d’aventures de tous les excès. Ce troisième et dernier volume reprend les titres suivants : Échec au King, Red Ketchup en enfer et Élixir X. » [éditeur]

GODBOUT, Réal & Laurent CHABIN (1957 -)
Quand je serai mort, Montréal, La Pastèque, 80 pages.
« Que faire quand on sort de prison après 10 ans, victime d’une machination particulièrement sordide ? Revivre ? Difficile… Mourir, plutôt. Mais on ne voudrait pas partir seul. On voudrait entraîner avec soi l’amour, le Stade olympique ou la démocratie… Ou bien, à défaut, quelques ordures qui le méritent bien. Quand je serai mort, c’est la pitoyable revanche de ceux qui ont tout perdu et qui le savent. Et c’est Montréal, aussi, la ville merveilleuse qui craque de partout, avec son maquillage qui coule et ses dessous pas très propres… Un polar dur, campé dans Saint-Henri… » [éditeur]

CLOUTIER, François, « À trop essayer… », dans Lettres québécoises, no 175, automne 2019, p. 71.
CORMIER, Sylvain, « Le détail qui tue », dans Le Devoir, samedi 10 et dimanche 11 août 2019. « C’est le dessin magnifique de Réal Godbout qui occupe tout l’avant-plan de Quand je serai mort ».

LAMONTAGNE, Jacques (1961 -)
Billy Bowman a disparu (Shelton & Felter -3), Loverval, Kennes, 2019, 48 pages.
« Tout le monde compte sur Billy Bowman, recrue vedette du club de baseball des Red Sox de Boston, pour remettre l’équipe sur le chemin de la victoire. Mais le jeune prodige disparaît mystérieusement. Shelton et Felter mènent l’enquête pour le retrouver. » [éditeur]

MIKAEL
Bootblack, 1, Paris, Dargaud, 2019, 56 pages.
« New York City, 1935-1945. Sortir de sa condition et côtoyer les sommets de la ville, n’est-ce pas en fin de compte un rêve inaccessible pour celui qui est un simple cireur de chaussures ? Ou comme on dit dans la grande cité, un Bootblack. »

BOLDUC, Émilie, c. r. dans Les Libraires : « Excellente bande dessinée historique où le dessin et l’ambiance nous rappellent les films de gangster américains. »
SIAG, Jean, « Né pour cirer des bottines », dans La Presse +, 18 septembre 2019. « Ceux qui ont apprécié ses albums Giant seront ravis de retrouver l’esthétique de Mikaël, magicien de la lumière, qui excelle dans les pénombres et les scènes nocturnes. »

VIAU, Michel (1961 -) & Ghyslain DUGUAY (1965 -)
Opération Grande Zohra (MacGuffin et Alan Smithee -2), Shawinigan, Perro, 2019, 64 pages.
« Elle, c’est MacGuffin. Rien que MacGuffin. Lui, c’est Alan Smithee, mais ce n’est pas son vrai nom. Ensemble, ils forment un duo détonnant d’agents très spéciaux œuvrant au sein de la S6 (Section Spéciale de Sécurité et des Services Secrets Supranationaux), une organisation secrète qui veille au maintien de l’équilibre mondial. » [éditeur]

CORMIER, Sylvain, « Bagarre d’espions de Verdun à Outremont », dans Le Devoir, samedi 10 et dimanche 11 août 2019.

VIAU, Michel (1961 -) & Grégoire MABIT
L’Affaire Delorme, Montréal, Glénat Québec, 2019, 152 pages.
« La nature même de l’affaire est dramatique : le meurtre d’un jeune héritier par son demi-frère qui veut s’accaparer la fortune familiale. Mais ce qui en fait une affaire exceptionnelle est que le meurtrier est un prêtre catholique ! Et dans le Québec des années 1920, il est tout simplement inadmissible qu’un abbé puisse être accusé de fratricide. » [éditeur]

ESSAIS – ARTICLES – ENTREVUES

Essais

DUCHARME, Nathalie, Le Roman d’aventures au Québec 1837-1900, Québec, Presses de l’Université Laval (Approches), 2019, 260 pages

Articles

CHARTRAND, Sébastien, « Cadavres exquis », dans Lurelu, vol. 42, no 1, printemps-été 2019, p. 87-88 [à propos des polars pour jeunes de Robert Soulières]

FRADETTE, Marie, « Au-delà du divertissement : l’auteur André Marois explore des univers aussi hétéroclites que fascinants », dans Le Devoir, samedi 27 et dimanche 28 avril 2019 [à propos des romans jeunesse d’André Marois]

GÉLINAS, Ariane, « Noires forêts », dans Lettres québécoises, no 176, hiver 2019, p. 34-35. [le polar québécois investit la ruralité]

SÉRIE TÉLÉVISÉES

FUGUEUSE
Réalisation : Éric Tessier
Scénario : Michelle Allen
Distribution : Ludivine Reding, Claude Legault, Danielle Proulx, Jean-François Ruel, Lynda Johnson
Fanny Couture, une jeune adolescente de 16 ans, habitant la banlieue de la rive de Montréal rêve d’indépendance. Sa rencontre avec Natacha, une recruteuse et Damien Stone, un musicien, aura pour conséquence une plongée dans l’univers sordide de la prostitution, de la drogue et du trafic d’humains.

ALERTE AMBER
Réalisation : Stéphan Beaudoin
Scénario : Julie Hivon, 10 épisodes d’une heure, début : lundi 9 septembre
Distribution : Vincent Leclerc, Madeleine Péloquin, Mathieu Baron, Elijah Patrice-Baudelot, Lévi Doré
Entre drame familial et thriller policier, Alerte Amber raconte le cauchemar éveillé de Valérie (Madeleine Péloquin) et Jonathan (Vincent Leclerc), deux parents qui voient leur univers basculer quand leur fils aîné (Lévi Doré) kidnappe son petit frère autiste (Elijah Patrice-Baudelot).

EAUX TURBULENTES
Réalisation : Lyne Charlebois
Scénario : Marie-Thé Morin, 4 épisodes d’une heure
Distribution : Hélène Florent, Gabriel Sabourin, Patrick Drolet
Entièrement tournée en Ontario pendant six semaines l’été dernier (2019), la série suit l’histoire de Marianne Desbiens (Hélène Florent), une enquêteuse qui souffre d’acouphène à la suite d’une mystérieuse bavure policière. À peine a-t-elle fait connaissance avec ses nouveaux collègues qu’ils doivent faire équipe pour résoudre le meurtre d’une jeune autochtone de 19 ans, retrouvée assassinée sur le bord de la rivière Matagami, qui signifie « eaux turbulentes » en langue crie.

LA FAILLE
Réalisation : Patrice Sauvé
Scénario : Frédéric Ouellet, huit épisodes d’une heure, Début : 12 décembre
Distribution : Marie-Pier Morin, Isabel Richer, Marc Messier, Jean-Philippe Perras, Élise Guilbaut, Alexandre Landry, Patrick Hivon, Catherine Saint-Laurent
L’intrigue se déroule dans la ville minière de Fermont, reconnue pour son immense mur-écran. La découverte d’un cadavre à l’intérieur du mur amène l’enquêtrice Céline Trudeau (Isabel Richer) dans cette lointaine région en plein cœur de l’hiver. Une fois sur place, elle tombe nez à nez avec sa fille Sophie (Marie-Pier Morin) qu’elle n’a pas vue depuis des années. Jean-Philippe Perras interprète le conjoint de Sophie, mais également le fils du principal actionnaire de la mine de Fermont (Marc Messier) et de la mairesse de la municipalité (Élise Guilbault).

APPELLE-MOI SI TU MEURS
Scénario et réalisation : Pierre-Yves Bernard et Claude Legault, début : 28 février 2019
Distribution : Claude Legault, Denis Bernard, Elkhana Talbi, Louis Champagne, Paul Zinno, isabelle Vincent
« Policier de la Sûreté du Québec dépêché en Thaïlande, Jean-François est forcé de revenir au Québec pour traquer des criminels notoires. À Montréal contre son gré, les choses se corsent quand il apprend qu’il doit concentrer ses efforts sur le groupe auquel appartient Mario, un ami de longue date propriétaire d’un studio de danse devenu lieutenant de la mafia italienne. » (wikipédia)

CEREBRUM
Réalisation : Richard Blaimert & Guy Édoin
Scénario : Richard Blaimert, début : 8 août 2019
Distribution : Claude Legault, Christine Beaulieu, Évelyne de la Chenelière, Henri Picard, Marianne Verville, Olivier Gervais-Courchesne, Gabriel Sabourin, Jacynthe Renée, etc.
La nouvelle série Cerebrum vous transporte dans l’univers inexploré de la santé mentale où suspense psychologique et enquête policière sont habilement entremêlés.

LES HONORABLES
Réalisation : Louis Choquette
Scénario : Jacques Diamant, début : 10 janvier 2019.
Distribution : Patrick Huard, Macha Grenon, Mylène Mackay, Kevin Houle, Olivier Gervais-Courchesne, Sylvain Marcel.
Drame judiciaire. Gabrielle Dessureaux, fille cadette de Ludovic et de Lucie, qui sont juges de la cour supérieure du Québec, a été sauvagement assassinée. Le principal suspect du meurtre, Tristant Rabeau, un jeune homme au comportement dérangé est déclaré non-coupable à son procès, ce qui rendit la famille de la victime en furie.

Prix littéraires, festivals et autres activités criminelles

PRIX LITTÉRAIRES

PRIX ARTHUR ELLIS
(Crime Writers of Canada)

Le Prix Arthur Ellis 2019 a été décerné à Hervé Gagnon, Adolphus – Une enquête de Joseph Laflamme, Libre Expression

Les finalistes étaient :
Jean-Philippe Bernié, Un dernier baiser avant de te tuer, Libre Expression
André Jacques, Ces femmes aux yeux cernés, Druide
Guillaume Morissette, Deux coups de pied de trop, Guy Saint-Jean
Johanne Seymour, Rinzen la beauté intérieure, Expression noir

SAINT-PACÔME 2019

Président d’honneur du Gala du samedi 5 octobre 2019
Martin Michaud

Prix Saint-Pacôme du roman policier

Le Prix Saint-Pacôme 2018 du meilleur roman policier québécois a été remporté par André Jacques, Ces femmes aux yeux cernés (Druide).

Les deux autres finalistes étaient François Lévesque, Neige rouges (Alire) et Johanne Seymour, Rinzen (Libre Expression).

Le jury, présidé par Richard Migneault, se composait de Michel Bélair, journaliste à la retraite, et de Lise Audet-Lapointe, libraire à la retraite.

Prix Jacques-Mayer du meilleur premier roman policier

Le Prix a été remporté par Isabelle Lafortune, Terminal Nord (XYZ)

Prix jeunesse du meilleur roman policier

Non décerné en 2019

Prix Coup de cœur

Décerné par le grand public (vote sur internet) ce prix a été attribué à Guillaume Morrissette, Le Tribunal de la rue Quirion (Guy Saint-jean).

Prix international du roman policier

Décerné conjointement avec les Librairies indépendantes du Québec, ce prix est allé à Greg Isles, L’Arbre aux morts (Actes Sud).

Prix de la Rivière Ouelle (nouvelle policière)

Dans la catégorie Senior, le premier prix est allé à Huguette Guay, avec un texte intitulé « Du rose saumon au rouge vif ». Le deuxième prix est allé à Odette Delisle pour « Assassinat à Doyo ».

PRIX SNCF 2019

Andrée A. Michaud est la première Québécoise à remporter le Prix SNCF du polar 2019, pour son roman Bondrée, prix décerné à 100 % par le grand public.

LES AUTEURS DE POLARS QUÉBÉCOIS EN TRADUCTION

BOLDUC, Mario, The Tanzanian Conspiracy, Toronto, Dundurn, 2018, 401 pages. Traduction de La Nuit des albinos, Montréal, Libre Expression.

DIVERS

Les éditions Le Quartanier inaugurent « Parallèle » une nouvelle collection destinée aux littératures de genre à l’enseigne de laquelle paraîtra de deux ou quatre fois par an des polars, du fantastique, de la science-fiction et de l’horreur. À suivre…

Noir est une pièce qui a été présentée au Théâtre de Quat’Sous, du 22 janvier au 9 février 2019.
Québec, cœur du 20e siècle. Au fond d’une forêt, des êtres humains sont perdus dans une histoire qui les dépasse ; ils sont manifestement encombrés par un cadavre. À l’intersection hautement improbable du burlesque et de la mélancolie, Noir fouille et profane les mécanismes du polar.
Script-édition : Évelyne de la Chenelière
Scénario : Christian Bégin, Évelyne de la Chenelière, Justin Laramée et Jérémie Niel.
Mise en scène : Jérémie Niel
Avec : Christian Bégin, Évelyne de la Chenelière, Justin Laramée, Stefania Skoryna et les voix de Jeanne Chaumont-Goneau et de Loula Ospina-Kirouac

Le Club Polar est un segment mensuel de l’émission Plus on est de fous, plus on lit, présenté sur les ondes de Ici Radio Canada, avec les chroniqueur Norbert Spehner et Isabelle Richer. Deux polars québécois ont été présentés, soit Terminal Grand Nord, d’Isabelle Lafortune (XYZ), en février, et Les Offrandes, de Louis Carmain (VLB), en octobre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *