Livres reçus: avril 2018

ActuSF

Hervé Jubert
Blanche (J)

Chambéry, ActuSF (Naos), 2018, 880 p.

« Je m’appelle Blanche. J’ai 17 ans. Paris est assiégée par les Prussiens. Impossible de rejoindre ma famille. Mon oncle, commissaire de police, est sur la piste d’un tueur de tatoués. Je m’appelle Blanche. J’ai 17 ans. Les bombes tombent sur Paris. Et je traque le tueur, moi aussi. Auteur renommé, Hervé Jubert a beaucoup œuvré dans les littératures de l’imaginaire. Les enquêtes de Blanche sont réunies ici en intégrale avec une aventure inédite (Le Mystère de la femme sans bras) »

ADA

Simon Rousseau
La Bête originelle

Varennes, ADA (Corbeau), 2018, 330 p.

« Le cadavre d’une femme est découvert dans son appartement, sa tête remplacée par celle d’un grand chien noir. Parallèlement, une patiente souffrant de schizophrénie paranoïde dessine avec obstination des corps mutilés, munis parties animales. Des hybrides. Le lieutenant-détective Marc Vézina mène l’enquête, l’obligeant à s’égarer dans les méandres d’un esprit dément et méthodique : celui de la bête originelle. »

L.P. Sicard
Au nom de l’horreur

Varennes, ADA (Corbeau), 2018, 270 p.

« Philippe Durand et sept autres convives sont invités au luxueux Manoir des Cimes, fidèle reconstruction d’un bâtiment bicentenaire. Leur séjour ne tarde toutefois pas à devenir un effroyable cauchemar où rampe le mal et s’amuse l’horreur. Des cadavres retrouvés disparaissent, des marques inexplicables couvrent planchers et murs, des cris résonnent au-delà des portes closes… Complot, délire ou vulgaire jeu? Seuls les survivants trouveront la réponse, si survivants il y a… »

Albin Michel

Natacha Calestrémé
Les Blessures du silence

Paris, Albin Michel, 2018, 350 p.

« Une femme a disparu. Son mari évoque un possible suicide, ses parents affirment qu’elle a été tuée, ses collègues pensent qu’elle s’est enfuie avec un amant, et autant de témoignages contradictoires qui ne correspondent pas avec la description qui est faite de cette mère de trois petites filles. Qui croire? Qui manipule qui? Connaît-on vraiment la personne qui vit à nos côtés? Au fil d’une intrigue aussi poignante que déroutante, Natacha Calestrémé dépeint les effets de l’emprise et de la perversion, les silences qui accompagnent cette violence invisible, les pièges dans lesquels tombe l’entourage… et donne peut-être les clefs pour s’en libérer. »

Alire

Richard Ste-Marie
De ton fils charmant et clarinettiste

Lévis, Alire (GF), 2018, 272 p.

« Policier à la carrière peu exemplaire, Marcel Banville, un célibataire endurci qui ne s’est guère fait d’amis au fil des ans, a repoussé à l’extrême limite le moment de prendre sa retraite tant il appréhende l’ennui qui s’ensuivra. Or, c’est à quelques semaines de la date fatidique qu’il hérite de l’enquête sur les meurtres sordides de prêtres associés à des actes pédophiles, enquête qu’il sait ne pouvoir résoudre avant de remettre son insigne. C’est donc en toute illégalité que Marcel décide de reprendre son rôle quand, en feuilletant par désœuvrement les albums photos de sa mère – dont le suicide en pleine force de l’âge constitue le douloureux mystère de sa jeunesse –, il réalise que de nombreux religieux gravitaient à cette époque autour de sa mère. Avec un sentiment d’urgence qu’il n’avait pas ressenti depuis ses années folles de petit délinquant dans ce quartier Limoilou qu’il habite toujours, Banville s’associe avec des gens possédant un sens tout aussi personnel que lui de la justice, comme Charles McNicoll, un tueur à gages mélomane de son état. Et les voilà sur la piste d’un véritable panier de crabes de religieux sans scrupules… et d’un lugubre prédateur qui, étrangement, semble poursuivre les mêmes objectifs qu’eux ! »

Au-delà du raisonnable

François Thomazeau
La Fille au caoutchouc

Paris, Au-delà du raisonnable, 2018, 184 p.

« Les célibataires sans enfants sont la vache à lait du fisc français… Qu’à cela ne tienne! Statistiques en tête, notre héros va se livrer à une étude mathématique et psycho-florale des femmes qu’il imagine vivre dans l’immeuble en face du sien. Il observe les lumières aux fenêtres, les rideaux et les plantes posées sur les rebords. La fille au caoutchouc est la partenaire idéale, celle qu’on ne connaît pas encore, celle qui va lui offrir l’amour fou et une part fiscale. La rencontrer devient son activité principale. Mais un tueur de femmes sévit dans le quartier… C’était trop simple. »

Balland

Daniel Hervouët
Mission Albatros

Paris, Balland (Embrasure), 2018, 439 p.

« Kern, agent du service action de la DGSE, place son métier et ses compagnons d’armes au centre d’un univers dans lequel peu de ses semblables pourraient trouver leur place. Son ami de vingt ans, Zhang, est sa seule famille et son équipier le plus sûr. Lorsque Kern est engagé dans une mission visant à éliminer un dirigeant de la Mafia albanaise, Zhang est à ses côtés. Les deux amis n’ont pas d’état d’âme face à ce criminel qui associe, sous couvert d’une pseudo armée de libération, trafic d’armes et trafic d’êtres humains. Mais le crime organisé albanais a plus d’une corde à son arc. Kern devra prendre la mesure de son adversaire. L’action secrète, dont il a fait sa vie, va lui révéler des facettes qu’il n’aurait jamais voulu imaginer. Sur sur une terre brûlée, il lui est alors doux de sentir contre sa peau le froissement d’aile d’un oiseau en pensant au prix qu’il va faire payer à ceux qui l’ont trahi… »

Calmann-Lévy

Guillaume Musso
La Jeune Fille et la nuit

Paris, Calmann-Lévy, 2018, 430 p.

« Un campus prestigieux figé sous la neige. Trois amis liés par un secret tragique. Une jeune fille emportée par la nuit.

Côte d’Azur – Hiver 1992. Une nuit glaciale, alors que le campus de son lycée est paralysé par une tempête de neige, Vinca Rockwell, 19 ans, l’une des plus brillantes élèves de classes prépas, s’enfuit avec son professeur de philo avec qui elle entretenait une relation secrète. Pour la jeune fille, « l’amour est tout ou il n’est rien ». Personne ne la reverra jamais.

Côte d’Azur – Printemps 2017. Autrefois inséparables, Fanny, Thomas et Maxime – les meilleurs amis de Vinca – ne se sont plus parlé depuis la fin de leurs études. Ils se retrouvent lors d’une réunion d’anciens élèves. Vingt-cinq ans plus tôt, dans des circonstances terribles, ils ont tous les trois commis un meurtre et emmuré le cadavre dans le gymnase du lycée. Celui que l’on doit entièrement détruire aujourd’hui pour construire un autre bâtiment. Dès lors, plus rien ne s’oppose à ce qu’éclate la vérité »

Camilla Grebe
Le Journal de ma disparition

Paris, Calmann-Lévy (noir), 2018, 425 p.

« Il y a huit ans, la jeune Malin, alors adolescente, a découvert une fillette enterrée dans la forêt de Ormberg, une ville suédoise isolée. On n’a jamais pu identifier la petite victime. Devenue une jeune flic ambitieuse, Malin est affectée auprès de Hanne, la célèbre profileuse, et de l’inspecteur Peter Lindgren, qui reprennent l’affaire. Mais Peter disparaît du jour au lendemain, et Hanne est retrouvée blessée et hagarde dans la forêt. Le seul témoin est un adolescent qui aime errer dans les bois enneigés, la nuit. Sans le dire à personne, il récupère le journal que Hanne a laissé tomber et se met à le lire, fasciné… Désormais seule dans son enquête, Malin est appelée sur les lieux du tout premier crime : une nouvelle victime a été découverte. Et si tous ces faits étaient tragiquement liés? »

Du Masque

Cay Rademacher
L’Orphelin des docks

Paris, Du Masque, 2018, 331 p.

« Hambourg, 1947, l’été est écrasant de chaleur. L’inspecteur principal de la police allemande, Frank Stave, vivote dans une ville régie par les privations et le rationnement. Il attend des nouvelles de son fils, disparu après la guerre dans la débâcle du front de l’Est, mais commence à perdre espoir. Dans un entrepôt en ruine, à deux pas du port désormais vide, le corps d’un enfant assassiné est découvert, étalé sur une bombe qui n’a jamais explosé. La scène est macabre et le crime odieux. L’enquête va conduire l’inspecteur sur les traces des enfants-loups, ces orphelins de guerre qui vivent à l’écart de la société, sauf lorsque la faim les pousse au trafic ou à la prostitution. »

Ian Rankin
The Beat goes on

Paris, Du Masque, 2018, 670 p.

« Le détective John Rebus ne ressemble à aucun autre. Brillant, irascible, excessif et alcoolique, il arpente Édimbourg depuis plus de vingt ans, obsédé par ses affaires en cours et par cette ville qu’il aime. Sa vie entière est contenue dans ces nouvelles. De sa jeunesse dans « Mort et enterré », où il apprend les ficelles du métier de policier, jusqu’à « La Toute Dernière Goutte », juste après sa retraite, où pointe le désoeuvrement d’un homme qui n’a rien résolu, malgré son incomparable talent pour les enquêtes. »

 

Ian Rankin
Le Diable rebat les cartes

Paris, Du Masque, 2018, 382 p.

« Il y a des affaires qu’on ne peut pas oublier. Quarante ans après, John Rebus est toujours hanté par la mort de la belle et volage Maria Turquand, étranglée dans sa chambre d’hôtel alors qu’une fête donnée par une rock star et son équipe résonnait dans la chambre d’à côté. Le tueur n’a jamais été retrouvé. Pendant ce temps, le cœur noir d’Édimbourg est toujours à prendre. Un jeune prétendant, Darryl Christie, semble en bonne position, mais subit une violente agression qui le rend vulnérable, d’autant plus qu’une enquête sur une affaire de blanchiment d’argent menace sa place de caïd. Quand à Big Ger Cafferty, est-il vraiment hors course ou attendait-il le bon moment pour reprendre le contrôle de l’envers de la ville? »

Hugo

Amy Lloyd
Innocente

Paris, Hugo (Thriller), 2018, 394 p.

« Il y a vingt ans, Dennis Danson était arrêté et emprisonné pour le meurtre d’une jeune fille à Red River, une petite ville de Floride. Alors qu’il est dans le couloir de la mort, Netflix prépare un documentaire sur son histoire pour obtenir la révision de son procès. Les nombreuses erreurs judiciaires commises en attestent : l’arrestation de Danson ressemble à un coup monté. À des milliers de kilomètres de là, en Angleterre, Samantha, une jeune enseignante, suit le dossier de Dennis avec obsession. Ils commencent une relation épistolaire puis, très vite, Samantha laisse sa vie et ses démons derrière elle pour rejoindre Dennis, l’épouser et œuvrer à sa libération. Lorsque Dennis est finalement libéré, leur retour à Red River va plonger Samantha dans les eaux troubles d’une communauté recluse, pétrifiée par la haine et hantée par les fantômes de son passé. Mais qui croire et vers qui se tourner, lorsque chacun semble mentir pour protéger ses propres secrets? »

Hervé Gagnon
Les Sages de Sion (Vérité -1)

Paris, Hugo (Roman), 2018, 377 p.

« Mars 1939. La guerre est sur le point d’éclater et le Troisième Reich prépare la solution finale. Heinrich Himmler et ses SS rêvent de restaurer la mythique civilisation aryenne. Pour y arriver, ils suivent la piste d’une légende centenaire qui, l’espèrent-ils, leur permettra de détruire la chrétienté. Sur ses ruines, ils reconstruiront l’antique religion nordique. Dans un petit village du sud de la France, Roland Sentenac, né damné, est lancé bien malgré lui sur les traces de Gondemar de Rossal. Sa mission : protéger la Vérité jusqu’au jour de sa révélation. Mais la Vérité est encore plus sombre qu’on ne le croyait et les factions qui la convoitent ne reculeront devant rien pour s’en emparer. Au-delà du salut de son âme, c’est le cours de l’Histoire que Roland tient entre les mains. »

John Marrs
Âmes sœurs

Paris, Hugo (Thriller), 2018, 480 p.

« Un simple test d’ADN suffit désormais pour vous permettre de trouver celui ou celle qui partage avec vous « le » gène, celui qui indique que vous êtes faits l’un pour l’autre. Dans le monde entier, des millions d’individus passent le test. Parmi eux, Jade, Mandy, Nick, Christopher et Ellie. Chacun croit avoir enfin trouvé son Binôme, le grand amour qui l’accompagnera jusqu’à la fin de ses jours. Sans se douter qu’un piège vient de se refermer sur eux et que pour certains, la fin arrivera beaucoup plus vite que prévu. Car même les âmes sœurs ont leurs secrets. Et ils peuvent s’avérer mortels. »

JCLattès

Karen Dionne
La Fille du roi des marais

Paris, JCLattès (Thriller), 2018, 300 p.

« En devenant une épouse et une mère comblée, Helena pense avoir accédé à la vie à laquelle elle aspirait. Mais quand un détenu s’évade d’une prison de sa région, elle mesure son erreur : comment a-t-elle cru qu’elle pourrait tirer un trait sur son douloureux passé? Car Helena a un secret : elle est l’enfant du viol. Sa mère, kidnappée adolescente, a été retenue prisonnière dans une cabane cachée au fond des maraisdu Michigan, sans électricité, sans chauffage, sans eau courante. Née deux ans plus tard, Helena a adoré cette enfance de sauvageonne. Même si son père était parfois brutal, elle l’aimait… jusqu’à ce qu’elle découvre toute sa cruauté. Et malgré la chasse à l’homme lancée par les autorités, Helena sait que la police n’a aucune chance de l’arrêter. La seule personne capable de retrouver cet expert en survie, que la presse a surnommé le Roi des Marais, c’est sa fille. »

Le Livre de poche

Patricia Cornwell
Chaos (R)

Paris, Le Livre de poche, 2018, 559 p.

« Par une chaude soirée d’été, une cycliste est trouvée morte. Il semblerait que la jeune femme ait été agressée, mais les indices sont étranges : de petits éclats de verre sur le corps de la victime et une forte odeur de brûlé. Le Dr Kay Scarpetta est appellée sur les lieux. Avant même que l’affaire soit officialisée, le détective Pete Marino et Benton Wesley, agent du FBI et mari de Scarpetta, reçoivent des appels d’un enquêteur d’Interpol. Mais pour Scarpetta ceux-ci sont suspects, et sa brillante nièce Lucy soupçonne vite les agissements d’un cybercriminel. Lorsqu’un proche du médecin-expert est assassiné à des centaines de kilomètres, tout suggère qu’il s’agit du même tueur. Scarpetta est confrontée à un danger invisible et redoutable, et va être mise à l’épreuve comme jamais auparavant. »

L’Archipel

Sebastian Fitzek
Passager 23

Paris, L’Archipel (Suspense), 2018, 413 p.

« Imaginez un lieu isolé. Un lieu où disparaissent, année après année, des dizaines de personnes. Sans laisser de trace. Un lieu rêvé pour des crimes parfaits. Bienvenue à bord. La croisière ne fait que commencer… »