Livres reçus: avril 2017

De La Martinière

Ragnar Jonasson
Mörk

Paris, De La Martinière (Fiction), 2017, 336  p.

« À Siglufjördur, à l’approche de l’hiver, le soleil disparaît derrière les montagnes pour ne réapparaître que deux mois plus tard. Ce village perdu au nord de l’Islande plonge alors dans une obscurité totale… Le jeune policier Ari Thor veille sur la petite communauté sans histoires. Mais son collègue, l’inspecteur Herjolfur, est assassiné alors qu’il enquêtait aux abords d’une vieille maison abandonnée. L’illusion d’innocence tombe. Tous les habitants n’avaient-ils pas, au fond, une bonne raison de semer le chaos? Elin, qui fuit un passé violent. Gunnar, maire du village, qui cache d’étranges secrets… Pour reconstituer le puzzle, il faudra aussi écouter cette voix qui murmure, enfermée derrière les cloisons d’un hôpital psychiatrique, et qui tient peut-être la clé de l’énigme. »

De l’Homme

Steve Laflamme
Le Chercheur d’âme

Montréal, De l’Homme (Policier), 2017, 464 p.

« À force de lui faire montrer les dents, la colère transforme l’homme en animal… On l’appelle le Chercheur d’âme. Chacune de ses victimes, retrouvée le visage ouvert, est porteuse d’un message qui semble narguer les policiers de l’Unité des crimes majeurs de la Sûreté du Québec. En présence d’un motif obscur, de références cryptiques et d’un mode opératoire aussi systématique qu’incompréhensible, le sergent-détective Xavier Martel ne ménage aucun effort pour mettre fin au cycle sanglant. Prédateur de prédateurs, celui qui a déjà goûté à la violence crue fait de cette enquête une affaire personnelle. La seule chose qu’il ne peut se permettre de perdre, c’est du temps. C’était sans prévoir que la folie du tueur et le goût âpre d’une possible défaite le précipiteraient, lui aussi, dans ses derniers retranchements. »

Des deux terres

Patricia Cornwell
Chaos (Kay Scarpetta – 24)

Paris, Des deux terres, 2017, 427  p.

« Le Dr Kay Scarpetta est appelée sur la scène du décès d’une cycliste, par une chaude soirée d’été. Il semblerait que la jeune femme ait été agressée mais les indices sont étranges : de petits éclats de verre sur le corps de la victime et une forte odeur de brûlé. Avant même que le Centre de sciences légales de Cambridge n’ait été officiellement averti de cette affaire, le détective Pete Marino et Benton Wesley, le mari de Scarpetta, agent du FBI, reçoivent des appels d’un enquêteur d’Interpol. Mais Scarpetta est convaincue que ces appels sont suspects et sa brillante nièce Lucy soupçonne vite l’œuvre d’un cyber tyran. Lorsqu’un proche de Scarpetta est assassiné à des centaines de kilomètres au sud, tout suggère qu’il s’agit du même tueur. Confrontée à un danger invisible et redoutable, Scarpetta arrivera-t-elle à surmonter le chaos qui règne? »

Du Masque

Nicolas Perge et François Rivière
Agatha, es-tu là?

Paris, Du Masque, 2017, 280 p.

«  Le 3 décembre 1926, Agatha Christie disparaît mystérieusement. Ni vivante… ni morte… Ces quelques mots d’un ami médium résonnent dans l’esprit d’un Conan Doyle fatigué. Le vieil auteur de Sherlock Holmes s’est juré de tout mettre en œuvre pour retrouver sa jeune consoeur, volatilisée alors que la gloire commençait à poindre avec son dernier roman, Le Meurtre de Roger Ackroyd. Enlèvement? Assassinat? Fugue? Conan Doyle est déterminé à découvrir la vérité, quitte à y laisser quelques plumes. Mais il n’est pas le seul à s’intéresser de près à l’affaire. Loin de là, réfugiée dans l’hôtel d’une ville thermale du Yorkshire sous une fausse identité, Agatha Christie cherche un peu de paix. Elle ignore que les chiens sont déjà à ses trousses… »

Fleuve

Fiona Barton
La Veuve

Paris, Fleuve (Noir), 2017, 410  p.

« La vie de Jane Taylor a toujours été ordinaire. Un travail sans histoire, une jolie maison, un mari attentionné, en somme tout ce dont elle pouvait rêver, ou presque. Jusqu’au jour où une petite fille disparaît et où les médias désignent Glen, son époux, comme LE suspect principal de cet acte. Depuis, plus rien n’a été pareil. Jane devient l’épouse d’un criminel aux yeux de tous. Les quatre années suivantes ressemblent à une descente aux enfers : accusée par la justice, assaillie par les médias, abandonnée par les amis, elle ne connaît plus le bonheur ni la tranquillité, même après un acquittement. Mais aujourd’hui, Glen est mort. Fauché par un bus. Ne reste que Jane, celle qui a tout subi, qui pourtant n’est jamais partie. Traquée par un policier en quête de vérité et d’une journaliste sans scrupule, la veuve va-t-elle enfin livrer sa version de l’histoire? »

Kero

Alexandra Oliva
Jusqu’au bout

Paris, Kero (Thriller), 2017, 412  p.

« Ils sont douze à participer à un challenge de survie en pleine nature sauvage dans un coin reculé de la côte est des Etats-Unis. Tous ont été prévenus : ils seront mis à l’épreuve jusqu’aux limites du supportable. La faim, la solitude, l’épuisement physique et psychologique… Mais au fur et à mesure que Zoo, l’une des candidates, avance dans son périple, le doute s’insinue dans son esprit. Ces villages déserts, ces pièges de plus en plus vicieux, ces accessoires d’un réalisme déroutant : s’agit-il vraiment d’une mise en scène parfaite? Que se passe-t-il loin du regard des caméras? Découvrir la vérité ne sera que le début du défi qui attend Zoo… »

Léméac

Anna Raymonde Gazaille
Traces (R)

Montréal, Léméac (Nomades), 2017, 416  p.

« L’inspecteur Paul Morel et son équipe du Service de police de la ville de Montréal ont sur les bras un nouveau meurtre. Celui d’une femme de carrière, célibataire, retrouvée assassinée dans son luxueux condo de l’Île-des-Sœurs, le corps exposé dans une mise en scène choquante. Seule piste : la victime était inscrite à un site de rencontre pour femmes d’âge mûr, Dare a Cougar. Les coupables potentiels sont donc aussi nombreux qu’insaisissables, des prédateurs anonymes, disséminés sur la grande Toile. Bientôt, un meurtre au modus operandi semblable aura lieu. Puis, un troisième… Une sociologue étudiant l’impact des nouvelles technologies sur le quotidien des gens repose quand à elle entre la vie et la mort après un grave accident. Pendant que l’enquête piétine et que l’angoisse monte, un personnage inquiétant, voyeur impénitent, se retrouve aux premières loges, bien malgré lui. »

Les Presses de la cité

Jenny Rogneby
La Fin justifie les moyens (Leona -2)

Paris, Les Presses de la cité, 2017, 459  p.

« Six mois après la résolution de l’affaire des braquages, Leona Lindberg, l’inspectrice à la froideur implacable, est harcelée par un banquier à qui elle doit une somme astronomique. Pour s’acquitter de ses dettes, elle va faire ce pour quoi elle est le plus douée : organiser un nouveau hold-up. Mais au moment où elle constitue son équipe de malfrats, sa direction lui confie l’interrogatoire d’un kamikaze ayant survécu à ses blessures. Cette fois encore, Leona doit jouer un double jeu… et elle n’est pas la seule, car un indic s’est glissé dans son escouade. C’est alors que tout s’emballe : le banquier maître-chanteur menace de s’en prendre au seul enfant qui lui reste, sa fille Béatrice. »

L’Archipel

Sebastian Fitzek
Le Somnambule

Paris, L’Archipel (Thriller), 2017, 316  p.

« Enfant, Leo Nader était victime de crises de somnambulisme. Si intenses qu’on l’avait contraint à consulter un psychiatre, le docteur Volwarth. Bien des années plus tard, Leo se croit guéri. Mais, un matin, il découvre que son épouse a été agressée pendant la nuit et qu’elle s’apprête à le quitter. Il tente de la retenir, mais elle s’enfuit. Leo, qui se croit coupable, décide de retourner voir son psy. Ce qu’il va découvrir ira bien au-delà de tout ce qu’il pouvait imaginer… »

Métailié

Lilja Sigurdardottir
Piégée (Reykjavik noir -1)

Paris, Métailié (noir), 2017, 336 p.

« Sonja a été contrainte de devenir passeuse de cocaïne pour retrouver la garde de son petit garçon. Elle doit jouer au chat et à la souris avec des narcotrafiquants féroces, un ex-mari pervers, un avocat ambigu, une compagne envahissante. Elle doit se montrer de plus en plus inventive, de plus en plus audacieuse. Elle doit sortir du piège dans lequel elle s’est laissé enfermer. Seule certitude, Tomas son petit garçon, lui, ne vit que pour ses week-ends auprès de sa si jolie maman. Il y a aussi, à l’aéroport de Keflavik, Bragi, le vieux douanier, très intrigué par cette jeune femme élégante et décidée qui traverse régulièrement les salles d’embarquement. »

Seuil

Philip Kerr
Les Pièges de l’exil

Paris, Seuil (Roman et H.C.), 2017, 388  p.

« Au milieu des années 1950, Bernie Gunther est l’estimé concierge du Grand-Hôtel de Saint-Jean-Cap-Ferrat, sous une identité d’emprunt qui le met à l’abri des représailles et des poursuites (il figure sur les listes des criminels nazis recherchés). Mais son ancienne activité de détective et son pays lui manquent. Pour tromper son ennui, il joue au bridge avec un couple d’Anglais et le directeur italien du casino de Nice. Introduit à la Villa Mauresque où réside Somerset Maugham, l’auteur le plus célèbre de son temps, il trouve enfin l’occasion d’éprouver quelques frissons : Maugham, victime d’un maître chanteur qui détient des photos compromettantes où il figure en compagnie d’Anthony Blunt et de Guy Burgess, deux des traîtres de la bande de Cambridge, a besoin d’un coup de main… Très vite, la situation se corse, car Gunther est dangereusement rattrapé par son passé. » Il s’agit de la onzième aventure de Bernie Gunther.