Le Polar au Canada-francais en 2017

Le Roman policier en Amérique française, Parutions 2017

 

Une publication annuelle de Norbert Spehner

 

INTRODUCTION

Sur les origines du polar québécois.

Quel est le premier détective de la littérature policière québécoise ? Jusqu’à tout récemment, il semblait acquis que cet honneur revenait à un dénommé Jules Laroche, héros du roman Le Trésor de Bigot, d’Alexandre Huot, publié par les Éditions Édouard Garand en 1926. Grâce aux découvertes récentes de Moïra Rendace, chercheuse infatigable, d’une redoutable efficacité, il va falloir réécrire cette page de l’histoire du polar québécois. En effet, Moïra a fait quelques découvertes intéressantes dont La Goélette mystérieuse, ou les prouesses d’un policier de seize ans (auteur anonyme) un court récit publié en 1886 dans La Bibliothèque à cinq cents (publication hebdomadaire destinée au grand public et se vendant 5 cents). Le héros de cette aventure (qui devance de quelques mois les premières aventures de Nick Carter et d’un an A Study in Scarlet, première enquête de Sherlock, par Arthur Conan Doyle) s’appelle Gédéon Lafortune et reçoit l’aide de son neveu Joe, âgé de 16 ans. On retrouve le même Lafortune dans La Femme au doigt coupé paru la même année chez le même éditeur, avec cette fois Wanda comme nom d’auteur. Voici quelques autres trouvailles intéressantes faites par Moïra Rendace qui nous a généreusement transmis cette information. Nous en profitons pour la remercier. Dans la liste bibliographique qui suit, on retrouvera des titres qui ne figurent pas dans ma compilation Le Roman policier en Amérique française (Alire, 2000).

 

ANONYME, La Goélette mystérieuse, ou les prouesses d’un policier de seize ans (Roman canadien contemporain), La Bibliothèque à cinq cents, Montréal, vol. 1, n˚ 1, 8 avril 1886, 27 pages (sur 2 colonnes). Republié dans Le Bavard, 16 janvier 1942, p. 12-15.

 

WANDA (pseudo.), La Femme au doigt coupé, Montréal, La Bibliothèque à cinq cents, vol. 1, n˚ 4, 29 avril 1886, 20 pages (sur 2 colonnes).

 

ANONYME, Le Crime des détectives, Montréal, La Vie populaire, n˚ 1, 1888, p. 259-332. [à propos de l’auteur : « un écrivain fort estimé du public canadien »]

 

ANONYME, La Folle Du Mont-Royal, [roman montréalais inédit inachevé], dans La Vie illustrée, Montréal, vol. 1, n˚ 10-12, 13-27 avril 1889. [l’auteur : Paul Larcher, 1843-1909]

 

 

ROBITAILLE, Jean (1910-1956) & Jacques (1908-1977), L’Alibi du 327, Montréal, Le Samedi, 17 août au 28 septembre 1935. Republié dans L’Illustration, Montréal, Le Samedi, 17 août au 28 septembre 1935. Illustrations de L. Lemarchand. Republié dans La Petite Revue, Montréal, 15 avril 1936. [les auteurs sont identifiés : J. J. R.]

 

JUSTEL, Ernest (pseudo.), Chantage funeste, roman policier et d’aventures, dans L’Œil, Montréal, vol. XI, n˚ 7, février 1951, p. 23-34. [auteur : Ubald Paquin, 1894-1962]

 

RIEL, Louis (pseudo.), Qui a tué Pierre Lauzon ?, Montréal, Édouard Garand, (Le Roman canadien), 1943, 49 pages. [auteur : Édouard Garand, 1901-1965]

 

ANONYME, Les Horreurs de Montréal, dans Le Charivari, Montréal, 23 mars – 28 décembre 1918.

 

ROLAND, Louis (pseudo.), Les Aventure du Québécquois (sic) Maxime Leblond, dans Le Samedi, 24 juillet-30 octobre 1915. [auteur : Fernand de Verneuil, 1880-1945]

 

FOURNIER, Jules (1884-1918), Le Crime de Lachine, dans Le Canada, Montréal, 23 décembre-18 janvier 1906.

 

ROULLAUD, Henri (1856-1910), Le Roman d’un garçon d’habitant, dans La Presse, Montréal, 23 décembre – 17 mars 1906.

 

PRÉVOST, Paul-Émile (1864-1908), L’Épreuve, Montréal, Alphonse Pelletier, Imprimeur-Éditeur, 1900, 142 pages.

 

BADREUX, Jean, (pseudo.), L’Affaire Demers, ou la valeur des preuves morales, Montréal, Imprimerie Pigeon, 1895, 71 pages. [auteur : Henri Roullaud, 1864-1908]

 

MORISSETTE, Joseph-Ferdinand (1857-1901), Pierre le maudit, dans Le Journal de Beauharnois, 1883, republié sous le titre Le Fratricide, Montréal, Eusèbe Sénéchal & Fils Imprimeurs, 1884, 190 pages.

 

PROULX, Jean-Baptiste (1846-1904), L’Enfant perdu et retrouvé, ou Pierre Cholet, Mile-End, Institution des Sourds-Muets, 1887, xiv, 204 pages.

 

Liens internet pour La Goélette mystérieuse & la Femme au doigt coupé :

http://www.canadiana.ca/?usrland=fr

 

Lien internet pour Le Crime des détectives :

http://online.canadiana.ca/view/oocihm.515055/6?r=0&=1

 

 

 

 

POLARS QUÉBÉCOIS 2017

BIBLIOGRAPHIE

 

 

Voici un bref panorama bibliographique, aussi complet que possible, des romans policiers (incluant les thrillers, récits à suspense, d’espionnage et de politique-fiction) écrits par des auteurs canadiens de langue française et publiés au cours de l’année 2017, principalement au Québec mais aussi à l’étranger et dans le reste du Canada. Les textes de présentation entre guillemets reprennent (dans une version parfois légèrement remaniée) les informations fournies par les éditeurs dans leur catalogue, sur les quatrièmes de couverture ou sur leur site internet. Comme c’est souvent le cas, plusieurs titres, déjà introuvables en librairie, n’ont eu droit à aucune recension critique ou présentation d’aucune sorte dans la presse écrite. Ont aussi été retenues les recensions 2017 de polars parus en 2016.

On retrouvera dans la rubrique « Marginalia » des œuvres qui flirtent avec le genre, notamment le roman noir, sans se réclamer ouvertement de lui.

Les polars publiés à compte d’auteurs ou auto-édités sont listés à part (sans commentaires).

 

La mention « Recommandé » que l’on trouve à la fin de certaines notices est une appréciation personnelle, très subjective, des romans que j’ai lus et bien aimés.

Elle n’engage que moi et cela ne signifie nullement que d’autres livres, que je n’ai pas lus, ne sont pas recommandables.

 

Norbert Spehner

 

Statistiques 2017 :

Polars adultes (excluant ceux auto-édités ou publiés à compte d’auteur) : 44

Recueil de nouvelles policières ou noires : 4

Polars adultes auto-édités ou à compte d’auteur : 45

Polars pour adultes « borderline » [Marginalia] : 10

Total des polars pour adultes : 101

Polars jeunesse : 18

 

Les romans et recueils pour adultes

 

 

BEAUDOUIN, Philippe

La dernière nuit de Judith, Laval, Guy-Saint-Jean, 2017, 352 pages.

 

Polar historique. « Printemps 1929. Un mois après la mort suspecte de la jeune Judith Larocque, Léo Déry, détective privé, se voit confier l’enquête par les parents de la victime puisque la police piétine. Avec ses méthodes peu conventionnelles, Léo découvre que la jeune femme de bonne famille avait une liaison amoureuse « douteuse », qu’elle était une habituée d’un bar jazz dans Griffintown et qu’elle était très impliquée dans les luttes féministes aux côtés de Thérèse Casgrain et des dames de la haute société montréalaise. » [Premier polar. Recommandé]

 

 

BOLDUC, Mario (1953 -)

Le Tsar de Peshawar, Montréal, Libre Expression, (Expression noire), 2017, 384 pages.

 

Thriller international. « Saint-Pétersbourg, novembre 2006. À l’hôtel Moskva, entouré d’exportateurs et d’autres représentants de l’industrie, Richard Rocheleau est honoré pour l’ensemble de sa carrière chez Oriental Rugs & Carpets. Sous les yeux de sa fille Nadia, qui l’a accompagné pour l’occasion, le « tsar de Peshawar » triomphe. Mais cette gloire tardive cache un passé trouble. » Recommandé.

 

BÉLAIR, Michel, « Se faire passer un… tapis », dans Le Devoir, samedi 4 mars 2017. « Mario Bolduc est l’un des rares auteurs québécois à surfer sur les vagues du « thriller international ». Tout comme dans ses précédents ouvrages tissés sur fond de conflits politiques et mettant en scène l’escroc international Max O’Brien, il le fait encore ici de façon brillante. Mais sans son héros controversé. »

BORNAIS, Marie-France, « Revisiter les racines d’al-Quaïda », dans Le Journal de Montréal, dimanche 21 mai 2017.

LAROCHELLE, Samuel, « Le Tsar de Peshawar : un polar géopolitique complexe, touffu et explosif », dans Huffington Post Québec, 16 mars 2017. [Entrevue avec Mario Bolduc]

SPEHNER, Norbert « Intrigues au Pakistan », dans La Presse +, dimanche, le 19 mars 2017.

VACHON, Christian, c. r. dans Les Libraires, n˚ 101, juin-juillet 2017, p. 62. « Un suspense réussi, effrayant de vraisemblance. »

 

 

BOUCHER, Claudette

Celui qui avance avec la mort dans sa poche, Ottawa, L’Interligne (Vertiges), 2017, 244 pages.

 

Enquête policière. « Celui qui avance avec la mort dans sa poche nous entraîne dans les méandres d’une enquête policière chargée de résoudre le mystère de l’assassinat de Sophie Plourde, agente d’artistes, venue au renommé Jardin du petit pont de bois à Stanstead avec son mari Pierre-Benoît Lemaire, réputé photographe ornithologique. »

 

 

BOUYOUCAS, Pan (1946 -)

Ce matin, sur le toit de l’arc-en-ciel, Montréal, Les Allusifs, 2017, 112 pages.

 

Polar. « Pourquoi Kim, policière débutante, a-t-elle tué son supérieur sur le toit de la maison de retraite l’Arc-en-Ciel ? Avec le sergent Josse, brillant flic tant admiré, et le sergent Bayle, collègue raté et xénophobe, elle y cherchait des indices sur la mort d’un caïd. Que s’est-il passé sur ce funeste échiquier à ciel ouvert ? Au fil de sa frémissante déposition, la toute jeune femme d’origine vietnamienne revit chaque coup joué par leur étrange trio… »

 

 

BRIEN, Sylvie (1959 -)

L’homme de Ki, T. 2, Amos, Maison d’édition Saint-Laurent, 2017.

 

Thriller ésotérique : 2e de la série Jon Britt. « Traqué par l’Ordre Mondial, Jon Britt découvrira-t-il le secret occulte de la fondation de Montréal et de sa dangereuse énergie, que gardent jalousement certains dirigeants de Saint-Sulpice et les organisations secrètes ? Mais est-ce bien du polar, ou des souterrains secrets existent-ils sous la métropole ? » Le tome 1 est paru en 2015 chez Perro Éditeur.

 

 

BROUILLET, Chrystine (1958 -)

À qui la faute ? Une enquête de Maud Graham, Montréal, Druide (Reliefs), 2017, 381 pages.

 

Procédure policière : 16e enquête de Maude Graham. « Ils se connaissent depuis longtemps. Leurs enfants font du sport ensemble. Toutefois, si la vie de famille les réunit, des liens pernicieux se sont tissés entre certains… qui les désuniront au fil d’événements tragiques ayant pour point de départ un incident à l’aréna. Mais est-ce bien ce moment qui a tout fait basculer ? » Recommandé.

 

BORNAIS, Marie-France, « Secrets, trahisons et hockey », dans Le Journal de Montréal, dimanche 11 juin 2017. « Chrystine Brouillet, experte dans l’art de raconter une histoire, de faire intervenir toute une galerie de personnages, mène de main de maître plusieurs intrigues parallèles dans ce roman. »

DUFOUR, Michel, c. r sur le blogue franco-québécois Sang d’Encre Polars, le 21 juillet 2017.

 

 

CARON, Pierre (1944 -)

Letendre et l’homme de rien, Montréal, Recto-Verso, 2017, 323 pages.

Réédition : Montréal, Fidès, 2008. [Série Paul Letendre, 1]

 

 

CARON, Pierre (1944 -)

Letendre et les âmes mortes, Montréal, Recto-Verso, 2017, 302 pages.

Réédition : Montréal, Fidès, 2010. [Série Paul Letendre, 2]

 

 

COLLECTIF

Montréal noir, Montréal, Numéro de série, 2017, 194 pages.

 

Recueil de nouvelles noires [réédition : Les 400 coups, 2003] dans un format de poche avec ajout de récits de Patrick Senécal et André Marois. Textes de François Barcelo, Marie-Claire Blais, Chrystine Brouillet, Gilles Pellerin et André Truand.

 

 

COOKE, Claire

Jurée n˚ 9, Saint-Bruno de Montarville, Goélette, 2017, 376 pages.

 

Procédure policière : 2e enquête d’Emma Clarke. « À peine remise de sa dernière enquête, Emma Clarke est aux prises avec un nouveau meurtre. Carmen Lopez, assistante à la galerie d’art On aura tout vu !, est retrouvée sans vie dans son salon. Très vite, l’affaire tourne au triangle amoureux impliquant un illustre avocat et son épouse. »

 

BÉLAIR, Michel, c. r. peu flatteur dans Le Devoir, 22 avril 2017. « Ce n’est toutefois pas le seul bout de fil blanc qui dépasse dans cette histoire mal ficelée et trop vite écrite ».

BORNAIS, Marie-France, «Amnésie et désir de vengeance », dans Le Journal de Montréal, dimanche 19 février 2017.

MARVIER, Morgane, bref c. r. dans Les Libraires, n˚ 100, mai-avril 2017.

 

 

CÔTÉ, Jacques

Où le soleil s’éteint, Lévis, Alire (GF 56), 2017, 366 pages.

 

5e enquête de l’équipe Daniel Duval et Louis Harel. « Quand le corps d’un homme sans papiers – et sans tête ! – est découvert sur la voie ferrée du tracel de Cap-Rouge, l’équipe du lieutenant Duval est chargée de l’enquête qui déterminera s’il s’agit d’un meurtre ou d’un suicide. Ajoutée à la découverte d’indices incriminants dans un bosquet sur le promontoire qui jouxte la vertigineuse structure métallique, la disparition dans le même secteur de deux jeunes filles fait cependant craindre le pire au lieutenant. » Finaliste du Prix Saint-Pacôme du roman policier 2017. Recommandé.

 

BÉLAIR, Michel, c. r. [vitrine du livre], dans Le Devoir, 1er juillet 2017.

DUFOUR, Michel, c. r. sur le blogue Sang d’Encre Polars, 2 avril 2017.

PICHER, Stéphane, « Le flic était presque parfait », dans Lettres québécoises, n˚ 167, automne 2017, p. 39. « En allant à l’inverse des grandes tendances commerciales du genre […] Jacques Côté et ses confrères ont fait entrer le genre dans son âge adulte ».

SPEHNER, Norbert, « Cavale meurtrière », dans Le Placoteux, mercredi 10 mai 2017.

SPEHNER, Norbert « Jeu de piste avec cadavres », dans La Presse +, dimanche le 28 mai 2017.

 

 

CÔTÉ, Jacques

Les Carnets noirs de l’aliéniste. Tome 1 : Dans le quartier des agités, Arles, Actes Sud (Babel noir), 2017, 461 pages.

Édition originale québécoise : Lévis, Alire, 2010.

 

 

DORION, Louis Charles Wilfrid (1856-1914)

Vengeance fatale, Montréal, La Cie d’imprimerie Desaulniers éditeurs, 1893, 184 pages. [Nouvelle édition revue et corrigée par « Pierre Hervart » c’est-à-dire par Carle Fix]. Réédité en 2017 par Petite Plume Édition.

 

 

DRAPER, Michael (1942 -)

Le 489, Montréal, Leméac, 2017, 240 pages.

 

Thriller. « Après une mission au Mexique qui a bien failli lui coûter la vie, Lara McCoy décide de mettre un frein à sa jeune carrière d’agente secrète à la solde de la CIA. C’est à Koh Chang, en Thaïlande, qu’elle trouve refuge. Mais son séjour prend une tournure tragique après l’assassinat d’une journaliste du Bangkok Post qui n’est autre que la sœur cadette de Yao, sa nouvelle amie, et de son futur associé. » Recommandé.

 

BÉLAIR, Michel, c. r. [vitrine du livre] dans Le Devoir, [vitrine du livre], 20 mai 2017. « Ce thriller international enlevant est livré sur un rythme effréné dans une écriture soutenue qui nous garde en haleine tout au long malgré le petit côté « Lara Croft invincible » du personnage. »

DUFOUR, Michel, c. r. sur le blogue franco-québécois Sang d’Encre Polars, 27 mars 2017.

 

 

FÉRANDON, Max (1964 -)

Hors Saison, Québec, Alto, 2017, 163 pages.

 

Polar fantaisiste. « Au Bonheur de Noël, on déniche tout l’arsenal festif nécessaire pour transformer votre demeure en havre à lutins… Décorations en tous genres, accessoires parfumés, gadgets scintillants… et un cadavre, ce qui refroidit passablement l’ambiance, surtout en octobre. Qui a bien pu en vouloir à ce point à Jacques Jodoin, préposé à l’entretien aussi discret que taciturne  ? » [Premier polar] [Recommandé]

 

BERNARD, Michèle, c. r. dans Nuit Blanche, n˚ 148, automne 2017, p. 26-27.

DESMEULES, Christian, « Mort d’homme et capharnaüm facétieux », dans Le Devoir, 8 avril 2017. « Il est difficile de s’empêcher de sourire à la lecture de Hors saison. »

DUPONT-BUIST, Thomas, c. r. dans Les Libraires, n˚ 103, octobre-novembre 2017.

 

 

FLEURY, Jean-Louis (1946 -)

L’Ombre des monastères, Lévis, Alire (GF 59), 2017, 331 pages.

 

Polar d’enquête : 6e dans la série Aglaé Boisjoli. « Des attentats contre des musulmans ont été perpétrés à quelques semaines d’intervalle à Tourcoing, en France, dans le domaine de Soignes, en Belgique… et à Rimouski, au Québec. La découverte, sur chacun des sites, d’une mise en scène commune particulièrement morbide fait craindre le pire aux autorités […] Devant l’urgence de la situation, la Sûreté du Québec sollicite les services de leur ex-enquêtrice Aglaé Boisjoli. » Recommandé.

 

BÉLAIR, Michel, « La mouvance fasciste aux portes du Québec », dans Le Devoir, 4 novembre 2017.

CAZELAIS, Normand, « Pulsions de mort », dans Lettres québécoises, n˚ 168, hiver 2017, p. 47.

SPEHNER, Norbert, « Alerte aux loups solitaires », dans La Presse +,  dimanche 19 novembre 2017.

 

 

FORBES, Éric

Amqui, Montréal, Héliotrope (Héliotrope noir), 2017, 290 pages.

 

Roman noir. « Étienne Chénier : libraire dans la mi-trentaine, né à Amqui, friand d’arts martiaux. a été condamné pour meurtre il y a quatre ans. Il vient d’être relâché, bien avant la fin de sa peine, à la suite de tractations douteuses. Il attend le moment propice pour exécuter un plan de vengeance longuement mijoté. » Lauréat du Prix Jacques Mayer du meilleur premier polar 2017. Recommandé.

 

CAZELAIS, Normand, « Les voies de la vengeance », dans Lettres québécoises, n˚ 167, automne 2017, p. 39. « Si Éric Forbes réfère explicitement à l’écrivain Dashiell Hammett, son personnage principal agit plutôt comme s’il sortait tout droit des romans de Chester Himes ».

DUFOUR, Michel, c. r. sur le blogue franco-québécois Sang d’Encre Polars, 3 avril 2017.

FONTAINE, Chantal, c. r. dans Les Libraires, n˚ 101, juin-juillet 2017, p. 62. « Forbes nous offre un premier roman sympathique et palpitant, à l’humour mordant ».

LAPORTE, David, c. r. dans Nuit Blanche, n˚ 147, été 2017, p. 27. « Pour le guider à travers ce labyrinthe d’intrigues, Forbes peut compter sur une solide connaissance des ficelles du genre. »

LANGLOIS, Mélanie, bref c. r. dans Les Libraires, n˚ 100, avril-mai 2017.

SPEHNER, Norbert. « Quatre nuances de noir », dans Les Libraires, n˚ 102, septembre 2017.

SPEHNER, Norbert, « Jeu de massacre dans la Matapédia », dans Le Placoteux, mercredi 15 mars 2017.

SPEHNER, Norbert, « Jeu de massacre dans la Matapédia », dans La Presse +, le 19 mars 2017.

 

 

GAGNÉ, Jean-Pierre (1969 -)

Piège de sang, Boisbriand, Pratiko (Un polar pour la nuit), 2017, 363 pages.

 

Thriller. « L’avocat criminaliste Sark écoute avec attention les aventures de son ami Jacques Poirier, un éminent chirurgien de Québec qui a dénoncé de façon fracassante l’achat de nouveaux appareils médicaux. Poirier, qui ne faisait que ce qui lui semblait être son devoir, passe subitement du statut de « sonneur d’alarme » à celui de cible. […] Sark devra user de tous ses trucs, incluant les plus scabreux, pour le tirer de là. » [Premier polar]

 

 

GAGNON, Hervé

Chemin de croix, Montréal, Libre Expression (Expression noire), 2017, 376 pages.

 

Roman noir. « Détective privé sans ambition, Patrick Kelly est satisfait de faire tourner sa modeste agence avec des maris volages, de petites fraudes banales, des pères mauvais payeurs… Tant qu’il a sa fille à « garde-partager », ses chansons de blues à écouter, ses guitares à maltraiter et ses whiskies à échantillonner, en gros, la vie est correcte. Tout bascule le jour où Claire Black, une religieuse dans la trentaine, lui confie l’étrange mission de récupérer un vieux crucifix volé ayant servi à invoquer le diable ». Recommandé.

 

BÉLAIR, Michel, « Hervé Gagnon fait face à un complot sataniste », dans Le Devoir, du 14 octobre 2017. « Patrick Kelly est un personnage plus complexe, moins unidimensionnel que Laflamme, et Gagnon – qui sait raconter des histoires impossibles – peut se permettre avec lui un regard beaucoup plus actuel et beaucoup plus critique sur le monde dans lequel son héros est impliqué. »

BORNAIS, Marie-France, « Rites noirs pour un premier polar contemporain », dans Le Journal de Montréal, samedi 30 septembre 2017. [compte-rendu et bref entretien avec l’auteur]

DUFOUR, Michel, c.r. sur le blogue de Sang d’Encre Polars, 2017.

SPEHNER, Norbert, « Montréal : scène de crimes entre fiacres et cônes orange », dans Les Librairies, n˚ 104, décembre 2017 – janvier 2018.

SPEHNER, Norbert, « Ça parle au diable ! », dans Le Placoteux, le 24 septembre 2017.

SPEHNER, Norbert, « Satan mène le bal », dans La Presse +, dimanche le 17 septembre 2017.

 

 

GAZAILLE, Anna Raymonde

Jours de haine, Montréal, Leméac, 2017, 256 pages.

 

Procédure policière : 3e dans la série Paul Morel. « L’inspecteur Paul Morel, du Service de police de la Ville de Montréal, est sur les dents. Ses patrons l’ont dans le collimateur, déplorant un trop grand nombre de crimes non résolus dans la métropole. Jean-Claude Caron, dit Coquel’œil, est soupçonné d’avoir commis une dizaine de meurtres, mais on arrive pas à en fournir la moindre, preuve. De plus, la femme du détective Losier a disparu. » Recommandé.

 

BÉLAIR, Michel, « Le polar de mœurs selon Anna Raymonde Gazaille : rencontre avec une auteure passée de la question de la culture à l’autopsie de la barbarie », [Entretien], dans Le Devoir, 1er avril 2017. «…l’écriture d’Anna Raymonde Gazaille est d’une efficacité rare. Précise, ciselée avec élégance, sans artifice. »

BOILEAU, Josée, c. r. dans Le Journal de Montréal, 20 mai 2017.

CAZELAIS, Normand, « Les voies de la vengeance », dans Lettres québécoises, n˚ 167, automne 2017, p. 39. «…y priment l’analyse des tréfonds de l’âme humaine et une écriture riche en circonvolutions. Le contexte plante le décor et contribue à étoffer le déroulement de l’action. »

DUFOUR, Michel, c.r. sur le blogue franco-québécois Sang d’Encre Polars, 13 mai 2017.

SPEHNER, Norbert, « Quand les chasseurs deviennent des proies », dans La Presse +, dimanche 23 avril 2017.

 

 

GILBERT-DUMAS, Mylène (1967 -)

La Mémoire du temps : une enquête de V. A. Constantineau, Montréal, VLB, 2017, 540 pages.

 

Thriller politico-religieux. « Virginie Constantineau mène une existence d’écrivaine solitaire au fin fond des Cantons-de-l’Est. Au hasard d’une transaction avec un bouquiniste, elle se voit confier un étrange papyrus. Elle découvre vite que ce texte ancien traîne la mort dans son sillage. » [Premier polar]

 

BORNAIS, Marie-France, « Mylène Gilbert-Dumas : premier thriller aux accents », dans Le Journal de Montréal, dimanche 28 mai 2017.

 

 

GLORIEUX, Karine (1974 -)

Tuer la poule, Montréal, Québec-Amérique (Tous continents), 2017, 291 pages.

 

Polar chick lit humoristique. « Après des années de travail, l’auteure Katia de Luca a enfin une vie aussi palpitante que celle des héroïnes de ses romans. Mais une série d’échecs et de scandales déboulonnent sa carrière et bouleversent son existence, la laissant seule, sans gloire et sans le sou. Elle décide de contre-attaquer. » [Premier polar]

 

 

GRAVEL, François (1951 -)

Idées noires, Montréal, Québec-Amérique, 2017, 144 pages.

 

Recueil de nouvelles noires.

 

 

HAUUY, Vincent (1975 -)

Le Tricycle rouge, Montréal, Hugo Québec, 2017, 496 pages.

 

Thriller. « Noah Wallace est un homme usé, l’ombre du brillant profileur qu’il était jusqu’à ce qu’un accident lui enlève à la fois sa femme et sa carrière. Mais une carte postale trouvée sur le lieu d’un crime atroce au Canada l’implique directement et le ramène à une série de meurtres commis cinq ans plus tôt. Dans le même temps, à New York, la journaliste-blogueuse Sophie Lavallée enquête sur un reporter disparu dans les années soixante-dix. Et si les deux affaires étaient liées par le même sombre secret ? » Prix Michel Bussi 2017 du meilleur thriller français. Recommandé.

 

BORNAIS, Marie-France, « Le Tricycle, de Vincent Hauuy : sombre secret mis à jour », dans Le Journal de Montréal, samedi 9 décembre 2017.

SPEHNER, Norbert, « Montréal, métropole du crime », dans Le Placoteux, mercredi 13 septembre 2017.

SPEHNER, Norbert, « Assassins sur mesure », dans La Presse +,  du Dimanche 17 septembre 2017.

 

 

HOUDE, Maxime (1973 -)

La Vie rêvée de Frank Bélair, Lévis, Alire (GF 58), 2017, 312 pages.

 

Roman noir. « Montréal, 1942… Marié avec Simone, son amour de jeunesse, Frank Bélair est depuis peu le papa d’un charmant petit garçon mais surtout, grâce à Alan Rourke, un malfrat qui l’a récompensé pour sa loyauté dans une vieille affaire, il est le propriétaire du Blue Dahlia, le cabaret à la mode à Montréal. […] Mais en ces années de guerre, le passé vous rattrape rapidement dans la métropole du vice et Frank comprend trop tard que les ficelles qui le lient à la famille Rourke tissent autour de lui une toile solide dont il doit à tout prix s’extirper… » Recommandé.

 

BÉLAIR, Michel, c. r. (vitrine du livre), dans Le Devoir, 28 octobre 2017.

SARFATI, Sonia, « Roman-Hommage au film noir », dans Les Libraires, n˚ 104, décembre 2017 – janvier 2018, p. 58-59.

SPEHNER, Norbert, « Montréal, métropole du crime », dans Le Placoteux, mercredi 13 septembre 2017.

SPEHNER, Norbert, « Montréal : scène de crimes entre fiacres et cônes orange », dans Les Librairies, n˚ 104, décembre 2017 – janvier 2018.

SPEHNER, Norbert, « Montréal, comme dans un film noir », dans La Presse +, dimanche, 17 septembre 2017.

 

 

KOUDERO, Mickaël

Des visages et des morts, Boucherville, Mortagne, 2017, 552 pages.

 

Polar de serial killer. « Les meurtres s’enchaînent, et tous portent la signature d’un tueur en série libéré un an plus tôt, le Borgne. L’homme aurait-il repris du service ? Difficile à croire vu son âge avancé et son état de santé. Non, la réalité est bien plus noire. Laura, Milan et Adami, des policiers venus de tout horizon, vont rapidement le comprendre. « Nous ne sommes pas face à un tueur en série, mais à une série de tueurs. » Et ceux-ci se sont réunis en force, décidés à marquer les mémoires de leurs crimes pour entrer dans la postérité. » [Premier polar] Recommandé.

 

 

KURTNESS, J. D. (1981 -)

De vengeance, Québec, L’Instant même, 2017, 136 pages.

 

Roman noir. « La narratrice, dont le mépris et la haine pour le genre humain n’ont d’égal que sa capacité à l’exprimer et son humour grinçant, découvre accidentellement à douze ans le plaisir de tuer ses semblables. Rien ne pourra plus l’arrêter. J. D. Kurtness ose mettre en scène une narratrice méchante, calculatrice et froide, tout en réussissant l’exploit de nous la rendre sympathique. » [Premier polar] Recommandé.

 

BÉLAIR, Michel, « La vengeance anonyme selon J. D. Kurtness », dans Le Devoir, samedi 23 septembre 2017. « Il est rare qu’un premier roman soit aussi réussi ».

MOREAU, Annabelle, c. r. dans Châtelaine, janvier-février 2018, p. 18.

 

 

LABERGE, Marie (1950 -)

Affaires privées, Montréal, Québec-Amérique, 2017.

 

Procédure policière : 3e dans la série Vicky Barbeau et Patrice Durand. « Quand Rémy Brisson, le directeur de l’escouade des crimes non résolus, affecte Vicky Barbeau à une enquête sur une mort fort peu suspecte, il le fait pour des raisons personnelles. »

 

BORNAIS, Marie-France, « Marie Laberge : un cas complexe à l’étude », dans Le Journal de Québec, dimanche, 22 octobre 2017.

DUMAIS, Manon, « Marie Laberge, ou l’art du polar doudou », dans Le Devoir, 28 octobre 2017.

LESSARD, Valérie, « Au cœur des tourments de l’adolescence », dans La Presse +, dimanche, 22 octobre 2017.

 

 

LAFLAMME, Steve (1974 -)

Le Chercheur d’âmes, Montréal, L’Homme, 462 pages.

Thriller. « On l’appelle « Le Chercheur d’âmes ». Chacune de ses victimes, retrouvée le visage ouvert, est porteuse d’un message qui semble narguer les policiers de l’Unité des crimes majeurs de la Sûreté du Québec. En présence d’un motif obscur, de références cryptiques et d’un mode opératoire aussi systématique qu’incompréhensible, le sergent-détective Xavier Martel ne ménage aucun effort pour mettre fin au cycle sanglant. » [Premier polar]. Recommandé.

 

BÉLAIR, Michel, « Steve Laflamme, le Québec, un tueur en série et le monde de la lutte », dans Le Devoir, 10 juin 2017. « Bref, il est rare de rencontrer une écriture aussi affirmée dans un premier roman, et cet exercice iconoclaste laisse présager de grandes choses ».

BORNAIS, Marie-France, « Le Chercheur d’âmes : polar dans le milieu de la lutte », dans Le Journal de Montréal, dimanche 9 juillet 2017.

HOUDE, Isabelle, « Steve Laflamme : plonger dans les mots », dans Le Soleil, Québec, 3 juin 2017.

ROBINSON, Billy, c. r. dans Les Libraires, n˚ 102, 2017.

 

 

LAROCHELLE, Marie-Hélène (1978 -)

Daniil et Vanya, Montréal, Québec-Amérique, 2017, 288 pages.

 

Thriller psychologique « Excessifs, fusionnels, perspicaces, les jumeaux exigent des soins singuliers. Mais leur arrivée est un rêve qui se réalise pour Emma et Gregory, et ils sont déterminés à ce que l’adoption réussisse. Daniil et Vanya seront leurs fils. Eux ne l’entendent pas ainsi. » [Premier polar]

 

 

LEBLANC, Jean-François (1980 -)

Le Labyrinthe des mirages (Tome 3 : épilogue), Abreschviller (France), La Valette (Haret noir), 2017, 276 pages.

 

Polar d’enquête. 3e de la série Jean Royer sergent-détective au Service de Police de la ville de Montréal. Meurtres en série. Titres précédents : La Sentence de juillet, 2012 (Prix Leopold 2013), et Le Sang des forêts (2015).

 

 

LEGENDRE, Claire (1979 -)

Making-Of, Québec, Hamac, 2017, 162 pages.

Paru en France en 1998 chez Hors Commerce (Paris), réédité par J’ai lu en 2000.

 

Roman noir. « Bastien Salamandre, jeune journaliste français, est envoyé à New York pour interviewer Caïn Shoeshine, un cinéaste indépendant aussi dangereux que fascinant. Lorsqu’il parvient à le rencontrer, c’est pour tomber dans une sorte de chaos, une tanière d’ogre remplie de femmes et d’alcool, mais surtout, imprégnée du mystère de la création, avec ses secrets et ses terreurs gravés sur pellicule. »

 

 

LESSARD, Daniel (1947 -)

La Louve aux abois, Montréal, Pierre Tisseyre, 2017, 270 pages.

 

Thriller politique. « Dans le petit village de Wakefield, en Outaouais, un cultivateur trouve le cadavre mutilé et à moitié nu d’une jeune femme assassinée. Chargée de l’enquête, la sergente-détective Sophie Comtois de la MRC des Collines établit rapidement que la victime a été agressée sexuellement avant de mourir et que son meurtre succède à un autre du même genre, un mois auparavant. »

 

BÉLAIR, Michel, « Le thriller politique un peu brouillon de Daniel Lessard », dans Le Devoir, 21 octobre 2017.

BORNAIS, Marie-France, « Enquête difficile à Wakefield », dimanche 19 novembre 2017.

 

 

LEMIEUX, Jean (1954 -)

Les Clefs du silence, Montréal, Québec-Amérique, 2017, 364 pages.

 

Procédure policière : 5e dans la série André Surprenant. « Alors que le Festival de jazz bat son plein et que Montréal ondoie sous la canicule, un médecin est poignardé et scalpé dans une clinique du centre-ville. La scène de crime livre quelques éléments déroutants : des blocs de bois évoquant un groupe terroriste, un ordinateur trafiqué, un dernier patient introuvable. Le sergent-détective André Surprenant fouille le passé de la victime ». Recommandé.

 

BÉLAIR, Michel, « SVPM, CUM et corruption, Jean Lemieux tisse un récit habile », dans Le Devoir, samedi, le 4 février 2017. « Encore une fois, Jean Lemieux manœuvre de main de maître tout au long de cette histoire touffue, riche de vrais personnages. »

CAZELAIS, Normand, « Les démons du passé », dans Lettres québécoises, n˚ 166, été 2017. « Ce polar confirme le talent de Jean Lemieux, talent qui s’est exprimé à plusieurs reprises dans ses romans antérieurs, entre autres par la qualité de ses trames, par leur densité psychologique. »

DUFOUR, Michel, c. r sur le blogue franco-québécois Sang d’Encre Polars, 8 juillet 2017.

FONTAINE, Chantal, bref c. r. dans Les Libraires, n˚ 100, mai-avril 2017.

LAPLANTE, Laurent, « Plusieurs séductions en une : les élégances de Jean Lemieux », dans Nuit Blanche, n˚ 145, hiver 207, p. 56-58.

RODRIGUEZ, Christophe, « Quand ça brasse au CHUM », dans Le Journal de Montréal, vendredi 20 janvier 2017.

SAIDI, Sarah & Marie-Ève MARTEL, « Sans terre : le livre de la semaine », dans Le Soleil, 19 juillet 2017.

SPEHNER, Norbert, « L’énigme du cadavre scalpé », dans La Presse +, dimanche, 29 janvier 2017.

 

 

LESTER, Normand (1945 -) & Corinne de VAILLY

Les Orchidées de Staline : thriller, Toulouse, Éditions du 38, 2017, 312 pages.

Réédition de Chimères, Libre Expression, 2002, 302 pages.

 

 

MALLET-PARENT, Jocelyne (1951 -)

Basculer dans l’enfer, Ottawa, David, 2017,

 

Thriller. « Qu’est-ce qui pousse des jeunes Occidentaux à aller faire une guerre qui n’est pas la leur ? Ce sont ces questions qui traversent l’esprit d’Ariane le jour où elle découvre que sa fille, Elise, est soupçonnée d’avoir participé à un attentat terroriste dans le métro. Plus l’enquête menée avec intelligence et délicatesse par l’inspecteur Alex Duval avance, plus elle est obsédée par le comment et le pourquoi. Tout comme Fatima et Oleya, deux autres mères dont les fils, Tariq et Jamil, se sont aussi radicalisés. »

 

 

MENEY, Florence (1964 -)

La Mort est ma maison, Montréal, Libre Expression (Expression noire), 2017, 200 pages.

 

Recueil de 11 nouvelles. « Derrière la façade lisse de leurs vies ordinaires, rurales ou citadines, les protagonistes de ce recueil de nouvelles cachent tous des blessures et surtout des secrets, souvent très sombres. » Recommandé.

 

BORNAIS, Marie-France, « Florence Meney : explorer le côté sombre de l’âme humaine », dans Le Journal de Montréal, lundi 17 juillet 2017.

MAROIS, Daniel, c. r. dans Huffington Post Québec, 30 avril 2017.

RODRIGUEZ, Christophe, « De craquantes petites nouvelles », dans Le Journal de Montréal, vendredi 14 avril 2017.

 

 

MIGNEAULT, Richard (dir.)

Crimes au musée, Montréal, Druide, 2017, 341 pages.

Édition française : Paris, Belfond, juin 2017, 416 pages.

 

Anthologie thématique. Recueil de 18 nouvelles écrites par 9 auteurs du Québec et de 9 autres d’ailleurs dans la Francophonie. Avec la participation de Barbara Abel, Claire Cooke, Ingrid Desjours, Marie-Chantale Gariépy, Ariane Gélinas, Karine Giebel, Nathalie Hug, Catherine Lafrance, Claudia Larochelle, Martine Latulippe, Geneviève Lefebvre, Stéphanie de Mecquenem, Florence Meney, Andrée A. Michaud, Elena Piacentini, Dominique Sylvain, Danielle Thiéry, Marie Vindy. Recommandé.

 

BOILEAU, Josée, « Le plaisir du crime imposé », dans Le Journal de Montréal, samedi 9 septembre 2017.

RODRIGUEZ, Christophe, « Quand le crime est une affaire de femmes », dans le Journal de Montréal, samedi 2 septembre 2017.

SPEHNER, Norbert, « On tue dans les musées ! », dans Le Placoteux, mercredi, le 30 août 2017.

SPEHNER, Norbert, « Crimes au musée », dans La Presse +, dimanche 27 août 2017.

 

 

MORIN, Maxime (1981 -)

Veux-tu dîner avec moi ce soir ?, Boucherville, Mortagne, 2017, 400 pages.

 

Polar. « Maxence Verlomme a récemment vu sa vie s’effondrer. Il y a trois mois, sa carrière de flic s’est brisée avec l’annonce du cancer de sa femme. Pour vivre ses derniers instants avec elle, il a dû abandonner sa traque du Marchand de sable, un tueur en série activement recherché. Ayant enterré Marion le matin même, l’homme se réveille, quelques heures plus tard, prisonnier d’un autobus fuyant la capitale. » [Premier polar]

 

 

MORIS, Kris C.

Représailles, Boisbriand, Pratiko (Un polar pour la nuit), 2017, 350 pages.

 

Procédure policière. Série Eve Saint-Jean et Tony Palomino. « Dans un vieil entrepôt désaffecté d’une petite ville en bordure du Saint-Laurent, trois cadavres affreusement mutilés sont découverts. Trois membres du groupe de motards le plus puissant et le plus craint au pays ont été brutalement torturés et tués. Leurs chefs veulent savoir ce qui est arrivé. Ils ne sont pas les seuls. »

 

 

MORIS, Kris C.

Quelqu’un doit mourir, Boisbriand, Pratiko (Un polar pour la nuit), 2017, 400 pages.

 

Procédure policière. Série Eve Saint-Jean et Tony Palomino. Alité dans une salle d’opération temporaire située dans un taudis de Nampula, il ne verra jamais le scalpel s’approcher, mais il souffrira, parce qu’un riche américain a besoin d’un organe. […] Tony Palomino et Ève Saint-Jean mènent une enquête qui les conduit des ruelles de Montréal jusqu’au Mozambique, en passant par la Turquie et les USA, et qui met en cause à la fois la pègre, le ministère des Affaires étrangères et le Service national de renseignement. Une vie doit être prélevée pour en sauver une autre, car quelqu’un doit mourir !

 

 

MORRISSETTE, Guillaume (1975 -)

Des fleurs pour ta première fois, Laval, Guy Saint-Jean, 2017, 460 pages.

 

Procédure policière : 3e enquête de l’inspecteur Héroux et de son équipe. « L’inspecteur Jean-Sébastien Héroux et son équipe de la police de Trois-Rivières sont sur un pied d’alerte : un prédateur s’en prend à des jeunes femmes dans ce qui ressemble à un rituel chorégraphié et savamment planifié. Malgré les témoignages des victimes et les preuves matérielles recueillies sur les scènes de crime, les fausses pistes s’accumulent. La tension monte ! » Recommandé.

 

BÉLAIR, Michel, c.r. mitigé dans Le Devoir, 22 avril 2017.

BORNAIS, Marie-France, « Dans la tête d’un criminel tordu », dans Le Journal de Montréal, dimanche 7 mai 2017.

DUFOUR, Michel, c. r. sur le blogue Sang d’Encre Polars, 30 juin 2017.

 

 

PELLETIER, Jean-Jacques (1947 -)

Bain de sang, Montréal, Hurtubise, 2016, 488 pages.

Déjà répertorié dans 2016.

 

BERNIER, André, bref c. r. dans Les Libraires, n˚ 100, mai-avril 2017.

 

 

PELLETIER, Jean-Jacques (1947 -)

Deux balles un sourire, Montréal, Hurtubise, 2017, 578 pages.

 

Procédure policière : 2e dans la série de l’inspecteur Henri Dufaux. « Normalement, les cadavres ne sourient pas. Et ils n’ont pas l’air aussi heureux. Pas après avoir reçu deux balles dans la tête. D’où la perplexité de l’inspecteur-chef Dufaux… Sans parler des écoterroristes de Vert Demain, en guerre contre les producteurs d’or, qu’ils veulent éliminer de la surface de la planète. » Recommandé.

 

SPEHNER, Norbert, « Souriez, vous êtes morts ! », dans La Presse +, dimanche 19 novembre 2017.

 

 

PICARD, Gaetan

Poussière d’Éden, Montréal, NUM, 2017, 246 pages.

 

[Thriller] « Une nano molécule qui régénère le cerveau et freine le vieillissement suscite la convoitise des géants pharmaceutiques. La situation s’envenime lorsque Eva Minalova, ancienne élève du réputé microbiologiste Hans Friedman, est kidnappée sur une voie rapide en périphérie de Caracas. Des miliciens au service d’une mystérieuse secte sont aussitôt pointés du doigt. Au mauvais endroit au bon moment, l’inspecteur Dumoulin se met en tête de retrouver la jeune femme à l’insu des autorités, qu’il considère aussi incompétentes que corrompues. »

 

 

ROUY, Maryse (1951 -)

La Mort en bleu pastel : les chroniques de Gervais D’Anceny, Montréal, Druide (Reliefs), 2017, 304 pages.

 

Polar historique : 4e et dernier récit dans la série Gervais d’Anceny. « La mort en bleu pastel est rythmé par une double intrigue : le vol d’un précieux manuscrit dans le monastère normand où Gervais d’Anceny rédige ses souvenirs et l’assassinat de jeunes toulousaines alors qu’adolescent il accomplissait sa formation de marchand chez un drapier languedocien. » Recommandé.

 

SPEHNER, Norbert, « Gervais d’Anceny et l’étrangleur de Toulouse », dans La Presse +, dimanche 17 décembre 2017.

 

 

SAINT-OURS

Du Ketchup dans le caviar, Boisbriand, Pratiko (Un polar pour la nuit), 2017, 311 pages.

 

Roman d’espionnage. « C’est l’apéro dans le Quartier Latin, paradis bon enfant et nostalgique pour les vieux freaks qui calment leur cirrhose à coups de Perrier-citron. Soudain, rue Saint-Denis, un type gâche la quiétude en vidant le chargeur de son arme sur trois dîneurs. Les flics des Homicides réalisent que les trois macchabées sont des étrangers et l’un d’entre eux a de surcroît un statut diplomatique. L’information est transmise au patron de Max Saint-Ours qui lui demande d’aller jeter un coup d’œil. »

 

 

SAUR, Marie (1978 -)

Les Tricoteuses, Montréal, Héliotrope (Héliotrope noir), 2017, 236 pages.

 

« Pour avoir galamment raccompagné Patricia Fortin Rousseau dans son manoir de Cap-Rouge après une beuverie, l’ex-prisonnier Daniel Hurteloup se voit offrir un boulot de gardien de nuit chez TV6, qu’elle dirige. Comme réhabilitation, il ne pouvait rêver mieux. Mais peu après ce coup de chance, le malheur frappe : Patricia est retrouvée pendue dans le studio B. Pour la police comme pour la famille de la victime, de riches industriels à la tête de Fortin Médiacom, Daniel fait un suspect tout désigné. » [Premier polar]

 

BÉLAIR, Michel, c. r. dans Vitrine du livre, Le Devoir, 11 novembre 2017.

DUFOUR, Michel, c. r. sur le blogue Sang d’Encre Polars, 9 octobre 2017.

 

 

SENÉCAL, Patrick (1967 -)

L’Autre Reflet, Lévis, Alire (GF 52), 2016, 431 pages.

 

Répertorié dans 2016. Lauréat du Prix Saint-Pacôme du roman policier 2017 et du Prix Coup de cœur 2017.

 

DUFOUR, Michel, c. r. sur le blogue franco-québécois Sang d’Encre Polars, 18 octobre 2017.

PELLETIER, Mélissa, « Patrick Senécal : l’exception qui confirme la règle », dans Baron, 21 juillet 2017. [baronmag.]

 

 

SENÉCAL, Patrick (1967 -)

Il y aura des morts, Lévis, Alire (GF 60), 2017, 554 pages.

 

Thriller. « À huit heures vingt-quatre, ce vendredi 12 août 2016, Carl Mongeau émerge du sommeil sans se douter qu’aujourd’hui, sa vie basculera dans un cauchemar paranoïaque. Même si, comme tout le monde, il connaît son lot de petits problèmes et d’irritations diverses, il mène une existence somme toute frappée par les sceaux de la quiétude et de la sérénité, mais dans moins de neuf heures, ceux-ci disparaîtront, et ce, de façon définitive. »

 

BORNAIS, Marie-France, « Suspense intense à Drummondville », dans Journal de Montréal, dimanche, 12 novembre 2017.

 

 

SÉVIGNY, André

Les Renégats de Ville-Marie, Québec, GID, 2017, 486 pages.

 

Polar historique, 2e dans la série du sergent Sébastien Dieulefit. « Montréal, automne 1703. Décidément, les mystères, les complots et les morts tragiques guident les pas du sergent Dieulefit. À peine arrivé à Montréal en provenance de Québec, il renifle la piste de drames en devenir. Au moment où la plus belle et la plus énigmatique fille de la ville l’appelle à son aide et lui tend les bras, Dieulefit trébuche sur une bien étrange fourmilière où grouille une bande composite d’individus aux dents longues. » Fait suite à Dieulefit – La Nouvelle-France en sursis, Marcel Broquet, 2013.

 

 

SÉVIGNY, Marie-Ève (1973 -)

Sans terre, Montréal, Héliotrope (Héliotrope noir), 2016, 266 pages.

 

Répertorié en 2016.

 

SAIDI, Sarah & Marie-Ève MARTEL, « Sans terre : le livre de la semaine », dans Le Soleil, 14 juin 2017.

VOYER-LÉGER, Catherine, c. r. dans Nuit Blanche, n˚ 146, printemps 2017, p. 27-28.

 

 

ST-PIERRE, Christiane (1949 -)

L’Assassin avait toujours faim, Moncton, Perce-Neige, 2016, 378 pages.

 

Répertorié en 2016.

 

DUFOUR, Michel, c.r. sur le blogue franco-québécois Sang d’Encre Polars, 30 juillet 2017.

 

 

TÉTRAULT, Bernard

Johnny Aspiro : détective très privé : histoires d’infidélités, Varennes, AdA, 2017, 239 pages.

 

« Johnny Aspirot, ou « Aspiro » sans le t comme dans les films de gangsters, ancien boxeur au surnom de Babyface, est un privé du très privé : un détective spécialisé dans les histoires de cocus — pas des histoires simples et gentilles, mais celles dont les médias aimeraient s’emparer ! » [Premier polar]

 

 

TÉTRAULT, Bernard

Bye, bye la police, Varennes, Ada, 2017, 312 pages.

Sous-titre : Bernie Matte enquête

 

Série Bernie Matte. Bye, bye la police est l’histoire de Bernie Matte, le jeune privé qui rencontre Johnny Aspiro (Détective très privé Histoires d’infidélité, Éditions Ada, 2017) lors d’une de ses premières enquêtes, ils deviennent amis et vivent ensemble le suicide du curé qui tue sa maîtresse.

 

 

TÉTRAULT, Bernard

Meurtre chez les anges, Varennes, AdA, 2017, 300 pages.

Sous-titre : Bernie Matte enquête.

 

Série Bernie Matte 2. « Meurtre chez les anges, c’est un assassinat hors de l’ordinaire survenu dans la salle d’urgence d’un hôpital de la Rive-Sud de Montréal. La victime est un chirurgien en esthétique maniaque des casinos, marié à une ex-prostituée. L’enquête, menée par le jeune privé Bernie Matte, va le conduire jusqu’à Cancún au Mexique. »

 

 

TREMBLAY, Mélanie (1977 -)

Tuer la mort, Laval, Guy Saint-Jean, 2017, 408 pages

 

Enquête : 2e de la série Lily-Rose L’Espérance. « Qui est cette « Savante folle » qui pratique des expériences sur des cobayes humains au mépris de toutes les règles éthiques et des protocoles de recherches en vigueur ? Pour sa deuxième enquête à l’heure du journalisme 2.0, Lily-Rose L’Espérance doit donc remonter la piste d’un génie qui cherche par tous les moyens à repousser les limites du corps humain grâce aux nouvelles technologies. »

 

 

VINCENT, Diane (1952 -)

Le Protocole expérimental, Montréal, Tryptique, 2016, 186 pages.

Répertorié en 2016.

 

LAPLANTE, Laurent, c. r. dans Nuit Blanche, n˚ 145, hiver 2017, p. 47. « Même s’il souffre de quelques invraisemblances, ce roman de Diane Vincent plaira par l’originalité de sa démarche et par sa conclusion ouvrant sur l’éthique. »

 

 

VINCENT, Pauline (1943 -)

La Femme de Berlin, Lévis, Alire (Romans 182), 2017, 309 pages.

Réédition : Libre Expression, 2004.

 

Roman d’espionnage. Lydia, qui a fui l’Allemagne nazie avec sa mère en 1939, accepte de suivre l’entraînement d’agent secret du Camp X pour devenir Émeraude, espionne au service de la Couronne britannique. Mais elle est loin de se douter des terribles événements qui l’attendent !

Recommandé.

 

CRÉPEAU, Jean-François, c. r. dans Le Canada Français Week-End, 22 juin 2017.

GIGUÈRE, Daniel, c. r. dans Accès : le journal des Pays-d’en-Haut, le 9 mai 2017.

LE GUEN, François, c. r. dans Le Mirabel, le 6 mai 2017.

 

 

 

 

MARGINALIA

Polar ou pas polar ? Telle est la question…

Où nicher ces œuvres « borderline » et/ou hybrides qui ont tendance à se multiplier année après année ? L’élément « criminel » est présent mais ces romans ne sont pas publiés sous l’étiquette « polar », encore moins dans les collections spécialisées. A chaque lecteur de se faire une idée…

 

 

BELLEVAL, Éric de

Libre-échange, Montréal, Le Sémaphore, 2017, 184 pages.

 

« Bras droit jusqu’à présent incontesté du numéro un, Alan Schwartz perd bien malgré lui la mainmise sur les rouages de la Beta Gold Corporation à l’arrivée du nouveau président et de sa suite, au moment même où la multinationale canadienne tente de s’arroger les droits exclusifs sur l’exploitation de mines au Venezuela. La table est mise pour un bras de fer auquel seul Schwartz semble convié. »

 

 

BLAIS, François

Les Rivières suivi de Les Montagnes, L’Instant Même, 2017, 192 pages.

 

Nouvelles. « Au centre commercial Les Rivières, deux jours avant l’Halloween, Clémentine Lacombe, élève de deuxième année de la classe de madame Marie-France, est kidnappée. Invisible, le narrateur hante les pensées des témoins, parents, clients et employés, inaptes à empêcher cet enlèvement. Caché dans l’angle mort de l’histoire, le prédateur sexuel semble insaisissable. » [Hybride polar & fantastique]

 

 

BLAIS, Marie-Claire (1939 -)

Des chants pour Angel, Montréal, Boréal, 2017, 240 pages & Paris, Seuil (Cadre rouge), 235 pages.

 

« Pendant que l’on célèbre les funérailles, au bord de la mer, d’Angel, l’enfant sidéen des Jardins des Acacias, un meurtrier fou, à peine sorti de l’adolescence, sans nom, désigné comme le Jeune Homme, a attaqué l’église où officie la pasteure Anna pour une communauté noire. »

 

MARTEL, Marie-Ève & Valérie LESSARD, « Le livre de la semaine », dans le Soleil, mardi 31 octobre 2017.

TARDIF, Dominic, « Marie-Claire Blais s’invite dans la tête d’un suprémaciste blanc », dans Le Devoir, 4 mars 2017.

 

 

BRISEBOIS, Claude

Sous couverture, Montréal, Druide (Écarts), 2017, 512 pages.

 

« Sous couverture est à la fois un roman d’enquête et une réflexion historique sur la littérature. Le jour où Germain Mercier franchit la porte de la brocante de Jérémie Martin, ce dernier est loin de se douter que sa vie va basculer, non seulement sur le plan professionnel, mais également sur le plan sentimental. De ce client inattendu l’antiquaire-brocanteur acquerra un vieux meuble issu d’un héritage familial qui cache un étonnant secret : les preuves de l’existence d’une maison d’édition clandestine ayant publié une collection de livres aujourd’hui disparue. »

 

 

HÉBERT, Louis-Philippe (1946 -)

Un homme discret, Montréal, Lévesque, 2017, 156 pages.

 

« Se refaire une personnalité quand on est adolescent, passe encore, mais à cinquante ans… Hanté par le grand vide intérieur de son personnage comme par celui de la civilisation dans laquelle il vit, libre mais à la dérive, seul et confronté à la foule, le détective de Québec Julien Loiselle part à la recherche de sa nouvelle identité, en errant dans le Mile End de Montréal. Cette filature d’une nature inattendue le mènera à une fin surprenante. »

 

 

LESSARD, Patrice

Cinéma Royal, Montréal, Héliotrope, 2017, 125 pages.

 

« Prisonnier d’un quotidien sans relief, Jeff attend un miracle… qui fait son entrée au Windsor par un beau soir d’hiver : une belle Espagnole prénommée Luz, femme de l’avocat de la pègre locale et amatrice de grands vins, s’installe au bar. Comme dans les films, Jeff en tombe instantanément amoureux. Comme dans les films, elle succombe à ses avances. D’aucuns diraient que tout cela est trop beau pour être vrai… »

 

 

LÉVESQUE, François

En ces bois profonds, Montréal, Tête première, 2017, 187 pages.

 

« Une jeune femme née dans d’étranges circonstances doit se rendre avec sa mère sur les lieux de sa conception. Suite au décès de la grand-mère, les seules « survivantes » d’une secte qui a beaucoup fait parler d’elle à Rivière-aux-Hiboux et dont la plupart des membres sont morts plusieurs années auparavant dans un suicide collectif sont les héritiers de la maison où tout a commencé. »

 

Sévigny, Marie-Ève, « Aimer et mourir au pays qui te ressemble », dans Lettres québécoises, n˚ 167, automne 2017, p. 36.

 

 

MARCOTTE, Véronique (1976 -)

De la confiture aux cochons, Montréal, Québec-Amérique (Latitudes), 2017, 190 pages.

 

« Madeleine se retrouve au milieu d’une route déserte, passé les lignes américaines, les mains tachées de sang. Elle ne se souvient de rien. Élyse rentre travailler à la taverne et s’inquiète de n’avoir aucune nouvelle de son amie Simone, partie quatre jours auparavant à New York avec le besoin de faire le deuil de sa mère. Les deux disparues découvriront bientôt à quel point leurs destins sont liés. »

 

BUISSON, Pierre-Alexandre, » c. r. dans Bible urbaine, le 24 avril 2017.

 

 

MICHAUD, Andrée A.

Routes secondaires, Montréal, Québec Amérique, 2017, 248 pages.

 

« Qui est Heather Thorne, cette jeune femme frappée d’amnésie qui ne sait plus si elle existe réellement ou si elle n’est que le double d’une inconnue croisée par un jour d’octobre ? Et qui est Andrée A. Michaud, cette écrivaine qui se demande si elle n’a pas usurpé la place d’une morte et si son véritable nom n’est pas Heather, Heather Thorne ? »

 

BOILEAU, Josée, « La vie dédoublée d’une écrivaine », dans Le Journal de Montréal, samedi le 30 septembre 2017.

COLLARD, Nathalie, « Andrée A. Michaud : je est une autre », dans La Presse, le 27 septembre 2017.

DEGLISE, Fabien, « La première phrase de Routes secondaires, d’Andrée A. Michaud », dans Le Devoir, 18 novembre 2017.

LANIEL, Jérémie, « Transcender les genres », dans Voir, le 14 novembre 2017.

LESSARD, Valérie, « Je est une autre, mais pas celle qu’on croit », dans Le Droit, le 8 septembre 2017.

PROVENCHER, Normand (Le Soleil) & Karine TREMBLAY (La Tribune), « Le livre de la semaine », dans Le Soleil, le 20 septembre 2017.

SÉVIGNY, Marie-Ève, « Élégie en sol majeur », dans Lettres québécoises, n˚ 168, hiver 2017, p. 46.

 

 

POLIQUIN, Daniel (1953 -)

Cherche rouquine, coupe garçonne, Montréal, Boréal, 2017, 284 pages.

 

« À partir d’un fait divers qui a secoué le Québec des années soixante, l’affaire Coffin, Daniel Poliquin compose un roman qui est un chef-d’œuvre de roublardise narrative. »

 

BORNAIS, Marie-France, « Intrigue dans le Québec des années 1960 », dans Le Journal de Montréal, samedi 1er juillet 2017.

 

 

 

 

COMPTES D’AUTEUR ET AUTO-ÉDITION

[avec quelques titres omis dans la recension de 2016]

 

 

ALIN, Robert (1974 -) & Marie-Sol ST-ONGE (1977 -)

RoboSol et la Cité invisible, Trois-Rivières, Les Illusarts, 2016, 307 pages.

[roman d’espionnage et de science-fiction]

 

ANCTIL, Charles

Le Fils de l’autre, Québec, Charles Anctil, 2017, 344 pages.

 

AUBRY, Richard (1949 -)

Menaces à Gap, Gatineau, Richard Aubry, 2017, 177 pages.

 

BACON, Anick

Kate, le fruit défendu, Lanoraie, L’Apothéose, 2017, 404 pages.

 

BELLEMARE, Alain (1955 -)

Le Contrat : nom de code « The Big Event », Rigaud, Alain Bellemare, 2017, 249 pages.

[thriller – assassinat de Kennedy]

 

BRUNEAU, André (1943 -)

Le Syndrome du crépuscule, Lanoraie, L’Apothéose, 2017, 210 pages.

 

CANUEL, Stéphane (1970 -)

Lwendigo, Lanoraie, Essor-Livres, 2017, 253 pages.

[hybride fantastique/polar]

 

CARDINAL, Arthur (1951 -)

Mappa mundi : un meurtre à la bibliothèque du Congrès, Gatineau, Philéas, 2017.

 

CHAPUT, Martin (1969 -)

La Quête : Journal de guerre d’un soldat de fortune, Montréal, La Plume d’or, 2017, 294 pages.

[tueur à gages]

 

CHENARD, Jean-Paul

Hôtel Paraiso, Laval, Véritas, 2016, 198 pages.

[suspense]

 

COURCHESNE, Jean-Louis (1953 -)

Tout n’est pas toujours blanc, Jonquière, Publications Saguenay, 2017, 131 pages.

 

COURNOYER, Luc

Côtés obscurs, Lanoraie, L’Apothéose, 2017, 415 pages.

 

DAMIEN, Dominique (1958 -)

Roméo et ses Juliette, Sainte-Martine, Dominique Damien, 2016, 399 pages.

[enquête, meurtres en série]

 

DÉCARIE, Andrée (1960 -)

Danger Clinique, Saint-Anicet, Révolte (Furtive), 2017, 366 pages.

[Thriller]

 

DE GAGNÉ, Sylvain (1964 -)

Des genres de fou, Saint-Léonard-de-Portneuf, Sylvain De Gagné, 2016-2017, 3 volumes : Les Cracheurs du mal (T. 1) – La Tête dépossédée (T.2) – La Tueuse et l’infligée (T.3).

 

DuBOIS, Pierre

Vents de travers, Montréal, La Plume d’or, 2017, 224 pages.

 

DUMONT, Jérôme

Just married, Sainte-Famille, Jérôme Dupont, 2017, 282 pages.

 

FORGET, Jonathan (1982 -)

Alerte au pénitencier de Reagan, Mont-Tremblant, Jonathan Forget, 2017, 141 pages.

[hybride polar/horreur]

 

FORTIN, Clément (1935 -)

Guy Turcotte : ruse ou folie, Saint-Sauveur, Clément Fortin, 2017, 500 pages.

[docu-roman/roman judiciaire]

 

GAUMOND, Jessy (1985 -)

Recherché jusqu’en enfer, Duparquet, Capteuse de rêves, 2016, 334 pages.

[enquête criminelle]

 

GIGNAC, Benoît (1955 -)

Deux enquêtes trépidantes du sergent-détective Le blanc, Saint Bruno-de-Montarville, Coup d’œil, 2017, 395 pages.

Contient : Assassinat à l’aréna + Leblanc chez les ancêtres.

 

GILBERT, Françoise

Piège de bronze, Montréal, Le Génois, 2017.

[suspense]

 

HAMEL, Patrick (1963 -)

Le Murmure d’un cri, Montréal, La Plume d’or, 2017.

2e dans la série des enquêtes de Gus et Jerry [Gustave Côté & Jerry Simard]

 

HOUCHARD, Jacques

L’Héritier de la Louisiane, Montréal, Jacques Houchard, 2017, 121 pages.

[polar d’enquête historique]

 

JEAN, Maurice

Portefeuilles en série, Boucherville, Hemgi, 2017, 314 pages.

 

LAROCHE, Claude (1969 -)

Une simple ligne, Roberval, AlexAne, 2017, 151 pages.

[thriller – tueur en série]

 

LISSOUBA, Binéka Danièle

Le Ciel est trop haut, Longueuil, Zénith, 2017, 2 volumes.

Contient : Gamma + Fils-des-nuages [seul le premier semble apparenté au genre policier/espionnage].

 

LORD, Serge (1950 -)

La Dernière Photo, Lachute, Serge Lord, 2017, 125 pages.

 

MALLETTE, Yves Roch (1948 -)

La Saga de Blaze, le chien de guerre québécois, Berthierville, Mine d’art, 2016.

[enquête criminelle]

 

MARTIN, J. M. R.

La Théorie de l’horloger, Lanoraie, L’Apothéose, 2017, 495 pages.

 

MERCIER, Roland (1954 -)

Sarah Belle et les femmes enfermées, Saint-Georges, Productions L.T.R., 2017, 204 pages.

[Les étranges enquêtes de Sarah Belle, vol. 1]

 

MICHALK, Suzanne

Juphilaurium 3 : Verdict, Montréal, Carte blanche, 2017.

[signalé sous réserve]

 

MINOGUE, Yves (1959-)

Sous la loupe de Lambert : sang merci, Laval, Véritas, (Polar), 2017, 287 pages.

[enquête policière]

 

MOISAN, Isabelle (1972 -)

Le Biscuit chinois, Saint-Lambert-de-Lauzon, An-Mois, 2016, 295 pages.

[enquête policière]

 

MORIN, Steve (1987 -) & Karolane ULRICH (1989 -)

Inspecteur Morin contre le triangle diabolique, Wotton, CLG, 2017, 150 pages.

 

PAGÉ, Joël (1965 -)

L’Ultime trésor, Rouyn-Noranda, L’ABC de l’édition, 2017, 371 pages.

[thriller mystico-scientifique]

 

PAULIN, Rachel (1950 -)

Legs Sanglants : les enquêtes d’Astride Sanschagrin, Lanoraie, L’Apothéose, 2017, 317 pages.

 

PELLETIER, Suzie (1954 -)

La Vengeance d’Amélie, Kirkland, Le Défi, 2017, 141 pages.

[suspense]

 

PELLETIER, Suzie (1954 -)

La Fuite d’Emma, Kirkland, Le Défi, 2017, 151 pages.

[suspense]

 

PELLETIER, Suzie (1954 -)

Le Destin de Nancy, Kirkland, Le Défi, 2017, 149 pages.

[suspense]

 

PLANTE, Daniel (1958 -)

Mort Rochon : l’affaire Arborinovitch, Saint-Bruno-de-Montarville, Daniel Plante, 2017, 259 pages.

 

POIRIER, Claude André (1949 -)

La Face cachée, Montréal, Claude André Poirier, 2016, 340 pages.

 

POIRIER, Claude André (1949 -)

Abus de confiance, Montréal, Claude André Poirier, 2017, 338 pages.

[enquête policière]

 

QUESNEL, Éric

Le Maître des énigmes, Independently Publisher, 2017, 440 pages.

 

ROTH, Nathalie (1973 -)

L’Affaire Jessica Redon, Montréal, Nathalie Roth, 2017, viii, 249 pages.

 

SAULNIER, Jean-Claude

Le Triangle des barmaids, Mascouche, Québec, D’un passé lointain, 2016, 236 pages.

[Polar humoristique]

 

SCOTT, Marc (1952 -)

Imbroglio à Tokyo : une aventure de Jack Delorme, Plantagenet (ONT), Le Chardon bleu/ Du MAS, (Vipère, 5), 2016, 321 pages.

 

TRÉPANIER, Bernard (1948 -)

La Fracture : les hurlements de l’âme, Montréal, Publibook, 2016, 162 pages.

[enquête policière]

 

VERRET, Denis (1965 -)

Un silence dangereux, Lanoraie, Éditions de l’Apothéose, 2017, 528 pages.

 

YRIL, Léa d’

Payé pour se taire… au nom de Dieu, Montréal, Léa d’Yril, 2017, 190 pages.

[enquête criminelle]

 

ZUNINO, Mario (1962 -)

Je tue… moi non plus, Montréal, Zedem, 2017,178 pages.

 

 

 

 

POLARS JEUNESSE

(Romans policiers et d’aventures pour jeunes lecteurs et ados)

 

AUGER, Caroline

Les Hyènes courent toujours, Saint-Lambert, Soulières (Graffiti), 2017, 142 pages.

 

MICHAUD, Sophie, c. r. dans Lurelu, vol. 40, n˚ 1, printemps-été 2017, p. 41.

 

 

BÉLANGER, Pierre-Luc (1983 -)

Disparue chez les Mayas, Ottawa, David (14/18), 2017, 256 pages.

 

BRAULT, Mélanie, c. r. dans Lurelu, vol. 40, n˚ 2, automne 2017, p. 46.

 

 

BOUCHARD, Camille (1955 -)

La Puanteur des morts, Montréal, Québec-Amérique (Magellan), 2017, 408 pages.

 

 

BOUCHARD, Camille (1955 -)

Le Cavalier de l’abeille, Montréal, Québec-Amérique (Magellan), 2017, 416 pages.

 

DUMAIS, Manon, « Un palpitant fait divers raconté par Camille Bouchard », dans Le Devoir, 2 décembre 2017.

 

 

CHABIN, Laurent (1957 -)

La Maison du silence, Montréal, Hurtubise (Atout), 2016, 130 pages

Répertorié en 2016. Lauréat du Prix Saint-Pacôme du meilleur polar pour la jeunesse 2017.

 

 

CHABIN, Laurent (1957 -)

L’Hôtel de la dernière heure, Montréal, Hurtubise (Atout), 2017, 182 pages.

 

TARDIF, Stéphane, c. r. dans Lurelu, vol. 40, n˚ 2, automne 2017, p. 48.

 

 

CHARTRAND, Lili (1963 -)

Le Mystère de la souris 7, Montréal, La Courte échelle, 2017, 55 pages.

 

 

CLOUTIER, Florence (2003 -)

La Demeure de l’ombre, Saint-Lambert-de-Lauzon, La Roupille, 2017, 72, 21, 96 pages dont 10 non numérotées.

 

COUILLARD, Alain, « Un premier roman pour Florence Cloutier », dans Le Peuple (Lotbinière), 3 juin 2017.

 

 

CÔTÉ-FOURNIER, Alexandre

L’Étrange Cas de Madame Toupette, Montréal, La Courte Échelle (Noire), 2017, 158 pages. Série : L’Agence Mysterium.

 

GIRARD, Alexandra, c. r. dans Lurelu, vol. 40, n˚ 2, automne 2017, p. 50.

 

 

DAIGNAULT, Claire (1950 -)

Pour Élise, Saint-Laurent, Pierre Tisseyre (Papillon), 2016, 150 pages.

 

PROULX, Marie-Hélène, c. r. dans Lurelu, vol. 40, n˚ 1, printemps-été 2017, p. 46.

 

 

GAGNON, Cécile (1936 -)

La Saison des voleurs, Gatineau, Vent d’ouest (Tatoulu), 2017, 118 pages.

 

CHARTRAND, Sébastien, c. r. dans Lurelu, vol. 40, n˚ 2, automne 2007, p. 52.

 

 

GERVAIS, Stéphanie

L’Empreinte mystérieuse, Saint-Lambert, Dominique et Cie (Grand roman noir), 2017, 112 pages.

 

 

HAVENDEAN, Cynthia (1987 -)

Les Somber Jann Série 2, Candiac, ÉdiLigne, 2017, 412 pages.

 

 

HAVENDEAN, Cynthia (1987 -)

Les Somber Jann Série 1, Candiac, Édiligne, 2017, 362 pages

[romans pour ados 16 ans + ]

 

 

LAMBERT, Karine

L’Élixir du Baron Von Rezine, Saint-Laurent, Pierre Tisseyre (Papillon), 2017, 252 pages.

 

BERTIN, Raymond, c. r. dans Lurelu, vol. 40, n˚ 1, printemps-été 2017, p. 52.

 

 

LAMBERT, Karine

Une étrange affaire de sapin rôti, Saint-Laurent, Pierre Tisseyre (Papillon), 2017, 140 pages. Série : Les enquêtes de Gaston Dupont, 3.

 

MICHAUD, Sophie, c. r. dans Lurelu, printemps-été 2017, p. 52.

 

 

LYMBURNER, Louis

Hunter Jones : Le Trésor des seigneurs de Méliakin, Saint-Ignace-de-Loyola, L’Écrivain de l’Est, 2016.

 

 

LYMBURNER, Louis

Hunter Jones 2 : Mystère au Camp 13, Saint-Ignace-de-Loyola, L’Écrivain de l’Est, 2017.

 

 

MAROIS, André (1959 -)

La Cavale, Montréal, Bayard Canada (Crypto), 2017, 212 pages.

 

GIRARD, Alexandra, c. r. dans Lurelu, vol. 40, n˚ 1, printemps-été 2017, p. 54.

 

 

MARTIN, Christian (1962 -)

La Chute des grands-mères, Gatineau, Vents d’Ouest (Girouette), 2017, 260 pages.

 

MICHAUD, Sophie, c. r. dans Lurelu, vol. 40, n˚ 2, automne 2017, p. 56.

 

 

ROY, Isabelle (1984 -)

Hackers (T.2), Montréal, Hurtubise, 2017, 228 pages.

 

VIGNEAULT, Marie-Ève, c. r. dans Lurelu, vol. 40, n˚ 2, automne 2017, p. 58.

 

 

SARFATI, Sonia (1960 -) & Lou Victor KARNAS (ill.)

Quatre contre les loups, Montréal, L’Homme, 2017, 272 pages.

[roman-bédé]

 

 

 

 

BANDES DESSINÉES

 

GODBOUT, Réal (1951 -) & Pierre FOURNIER

Red Ketchup (T9) : Elixir X, Montréal, La Pastèque, 2017, 48 pages.

 

« Dire que Ketchup pète les plombs, c’est la routine, mais quand on parle en fait de Sally, la grande sœur de Red, il y a de quoi s’inquiéter. Pire encore, quand Sally s’approprie les habitudes excessives de son petit frère, c’est le temps de faire vos prières ! Pendant ce temps, le sinistre Dr Künt, vieux croûton de son état et savant fou de son métier, invente l’Élixir X – véritable fontaine de jouvence – et retrouve l’amour de sa vie. Occupé ailleurs, Red Ketchup, lui, explore son côté féminin… Et c’est pas beau à voir ! À votre tour maintenant d’entrer dans l’aventure la plus dingue de Red Ketchup ! »

 

 

LAMONTAGNE, Jacques

Shelton et Felter (1) : La Mort noire, Loverval, Kennes, 2017, 48 pages.

 

« Shelton, ancien boxeur devenu journaliste, et Felter, petit libraire hypocondriaque, s’associent afin de faire la lumière sur une série de meurtres insolites. »

 

SIAG, Jean, « Une nouvelle série policière fantastique québécoise ! », dans La Presse, samedi 9 septembre 2017, p. 8 Arts.

 

 

SARFATI, Sonia (1960 -) & Lou Victor KARNAS (ill.)

Quatre contre les loups, Montréal, L’Homme, 2017, 272 pages.

[roman-bédé]

 

«Eastwood, une ville comme les autres ? Non. La nuit venue, trois garçons et une fille masqués patrouillent ses rues. Leur mission : chasser le terrifiant gang du Wolfpack et sauver la maison hantée du vieux parc d’attractions, menacée de démolition. Sans pouvoirs surhumains, mais soutenus par un mystérieux mentor, les Quatre se préparent à affronter la meute. »

 

DUMONT, Isabelle, c. r. dans Lurelu, vol. 40, n˚ 2, automne 2017, p. 58.

FRADETTE, Marie, « La force d’un clan au service d’un quatuor de justiciers », dans Le Devoir, 15 avril 2017.

 

 

 

 

ESSAIS – ARTICLES – ENTREVUE – ÉTUDES

 

Articles & Entrevues

 

BÉLAIR, Michel, « Le polar de mœurs selon Anna Raymonde Gazaille », dans Le Devoir, 1er avril 2017. [Rencontre avec une auteure passée de la gestion de la culture à l’autopsie de la barbarie]

 

DUMAIS, Éric, « Dans la peau de… Norbert Spehner, spécialiste des littératures de genre. La passion du polar », dans Bible urbaine, 17 novembre 2017. [Entrevue]

«Dans la peau de…» Norbert Spehner, spécialiste des littératures de genre

 

DUMAIS, Manon, « Pas de retraite pour Maud Graham », dans Le Devoir, le 17 juin 2017. [Dans un nouveau roman, Chrystine Brouillet célèbre trente ans d’amitié avec l’attachante enquêteuse]

 

FRIBERG, Patrick de, « Norbert Spehner, le détectionnaire et les tailleurs de mots » sur le blogue Boojum : l’animal littéraire, le 26 octobre 2017. [entrevue]

Norbert Spehner le détectionnaire et les tailleurs de mots

 

GAGNON, Maurice, « L’engouement pour le roman policier », dans Reflets, vol. 33, n˚ 4, juin 2017, p. 24-25.

 

KERACHIAN, Matt, « Retour à Requiem : entrevues avec Norbert Spehner et Richard Leclerc », dans Horizons imaginaires, 21 avril 2017.

Retour à Requiem : entrevues avec Norbert Spehner et Richard Leclerc

 

LAPLANTE, Laurent, « Parcours et retour de Coveleski », dans Nuit Blanche, n˚ 147, été 2017, p. 31-33. [autour de l’œuvre de Maxime Houde]

 

LAROCHELLE, Samuel, « Le Tsar de Peshawar : un polar géopolitique complexe, touffu et explosif », dans Le Huffington Post Québec, le 16 mars 2017. [Entretien avec Mario Bolduc]

 

 

 

 

THRILLERS, FILMS NOIRS ET POLICIERS – SÉRIES TÉLÉVISÉES

 

 

FILMS

 

MISÉRICORDE

Suspense policier (2016)

Réalisation : Fulvio Bernasconi

Scénario : Antoine Jaccoud, Fulvio Bernasconi (sur une idée de Pierre-Pascal Rossi)

Distribution : Jonathan Zaccaï, Evelyne Brochu, Daniel Gadouas, Charlie Arcouette, Marco Collin, Marie Hélène Bélanger, Isabella Caillat.

 

« Un jeune Amérindien de 13 ans a péri sous les roues d’un camion, victime d’un délit de fuite. Sa famille ne veut pas refermer le cercueil tant que la personne fautive n’a pas été appréhendée et qu’elle ne leur a pas exprimé ses excuses. Devant l’incapacité des forces de l’ordre, un Européen au passé trouble qui est de passage au Québec décide de le retrouver. »

 

 

BOOST

Thriller (2016)

Scénarisation & Réalisation : Darren Curtis

Distribution : Nabil Rajo, Jahmill French, Ntare Guma Mbaho Mwine

 

Mélange de film d’action et de drame social, Boost de Darren Curtis relate les mésaventures de deux jeunes voleurs de voitures dans un quartier populaire de Montréal.

 

 

MAUDITE POUTINE

Thriller/Drame psychologique

Réalisation : Karl Lemieux

Scénario : Karl Lemieux & Marie-Douce St-Jacques

Distribution : Alexa-Jane Dubé, Francis La Haye, Jean-Simon Leduc, Marie Brassard, Martin Dubrueil et Robin Aubert.

Fratrie solidaire, vengeance inassouvie, adultes désemparés. Maudite poutine s’appuie sur des thématiques chères au cinéma québécois pour proposer un genre de western post-apocalyptique avant-gardiste filmé dans un noir et blanc poisseux.

 

 

DE PÈRE EN FLIC, 2

Comédie policière

Réalisation : Émile Gaudreault

Scénario : Émile Gaudreaut, Éric K. Boulianne, Sébastien Ravary

Distribution : Alexandre Landry, Diane Lavallée, Hélène Bourgeois-Leclerc, Julie Le Breton, Karine Vanasse, Louis-José Houde, Martin Dubreuil, Mathieu Quesnel, Michel Côté, Patrice Robitaille, Sonia Vachon, Sylvain Marcel, Yves Jacques.

 

Cette comédie remet en selle la relation père-fils, un thème récurrent de notre cinématographie, dans une intrigue policière destinée à faire tomber un ponte de la mafia locale incarné par Patrice Robitaille.

 

 

BON COP, BAD COP, 2

Comédie policière

Réalisation : Alain DesRochers

Scénario : Patrick Huard

Distribution : Andreas Apergis, Catherine St-Laurent, Colm Feore, Lucie Laurier, Marc Beaupré, Patrick Huard, Sarah Jeanne-Labrosse.

 

Dix ans après l’original, Patrick Huard et Colm Feore refont de nouveau équipe à la tête de la comédie policière Bon Cop Bad Cop 2, réalisée cette fois par Alain Desrochers.

 

 

LE CYCLOTRON

Suspense

Scénarisation & Réalisation : Oliver Asselin

Distribution : Lucille Fluet, Mark Anthony Krupa, Paul Ahmarani

 

Le cyclotron est un suspense historique écrit et réalisé par Olivier Asselin qui nous transporte en pleine seconde Guerre mondiale dans un train filant à toute allure vers sa tragique destinée avec à son bord un secret de la plus haute importance.

 

 

 

SÉRIES TÉLÉVISÉES

 

 

L’ÉCHAPPÉE (2016)

Téléroman/drame

Réalisation : Myriam Bouchard et François Bégin

Scénario : Michelle Allen

Distribution : Julie Perreault, Jade Francoeur, Xavier Étienne, David Lelièvre Martine Lindsay, et al.

 

 

BLUE MOON (2016)

Série policière et d’espionnage

Réalisation : Yves Christian Fournier

Scénario : Luc Dionne

Distribution : Karine Vanasse, Luc Picard, Eric Bruneau, Patrice Godin, Caroline Dhavernas.

 

 

FATALE-STATION

Drame/thriller

Réalisation : Rafaël Ouellet

Scénario : Stéphane Bourguignon

Distribution : Macha Limonchick, Claude Legault, Micheline Lanctot et Denis Bernard.

 

 

FAITS DIVERS

Série policière

Réalisation : Stéphane Lapointe

Scénario : Joanne Arseneau

Distribution : Isabelle Blais, Fabien Cloutier, Guy Nadon, Patrick Hivon, Émile Proulx-Cloutier, Mylène Mackay et David Boutin.

 

 

VICTOR LESSARD

Série policière

Réalisation : Patrice Sauvé

Scénario : Martin Michaud, Frédéric Ouellet, Michelle Allen

Distribution : Patrice Robitaille, Julie Le Breton, Nadja Fernandez

D’après le roman Je me souviens, de Martin Michaud.

 

 

HYPNO

Thriller policier

Réalisation : Julien Hurteau

Scénario : Marie-Lise Chouinard

Distribution : Simon Lacroix, André Robitaille, Élodie Grenier

 

 

MÉMOIRES VIVES

Série dramatique

Réalisation : Brigitte Couture et Pierre Théôret

Scénario : Chantal Cadieux

Distribution : Marie-Thérèse Fortin, Gilles Renaud, Véronique Le Flaguais, Patrick Drolet, Frédéric De Grand Pré, et al.

 

 

 

 

Prix littéraires, festivals et autres activités criminelles

 

 

Prix Arthur Ellis

 

Le Prix Arthur Ellis 2017 a été décerné à Marie-Ève Bourassa pour son polar Red Light : Adieu mignonne (VLB éditeur).

 

Les finalistes étaient Chrystine Brouillet, Vrai ou Faux ? (Druide), Guillaume Morrissette, Terreur domestique (Guy Saint-Jean), Johanne Seymour, Rinzen et l’homme perdu (Libre Expression), et Richard Sainte-Marie, Le Blues des sacrifiés (Alire).

 

 

SAINT-PACÔME 2017

 

En plus du gala annuel (qui s’est tenu le samedi 7 octobre 2017), les amateurs de polars ont pu profiter d’un Salon du polar qui a débuté le vendredi soir avec une conférence très courue du chroniqueur judiciaire Claude Poirier, invité d’honneur du Gala. Toute la journée du samedi, il y a eu des présentations par Marie-Ève Bourassa, Laurent Chabin, Jacques Côté (introduits par Norbert Spehner), Réjean Joseph (policier à la retraite), Renée Roussel (Coroner) et Réjean Joncas (policier retraité).

 

Prix Saint-Pacôme du roman policier

Le Prix Saint-Pacôme 2017 du meilleur roman policier québécois a été remporté par Patrick Senécal, L’Autre Reflet (Alire).

Les deux autres finalistes étaient Jacques Côté, Là où le soleil s’éteint (Alire) et Marie-Ève Bourassa, Red Light : Frères d’infortune (VLB).

Membres du jury : Daniel Marois, Lise Audet-Lapointe et Robert Laplante.

 

Prix Jacques Mayer du meilleur premier roman policier

Le Prix a été remporté par Éric Forbes avec Amqui (Héliotrope).

 

Prix jeunesse du meilleur roman policier

Le Prix a été remporté par Laurent Chabin, avec La Maison du silence (Hurtubise).

 

Prix Coup de cœur

Décerné par le grand public (vote sur internet) ce prix a été attribué à Patrick Senécal pour L’Autre Reflet (Alire).

 

Prix international du roman policier

Décerné conjointement avec les Librairies indépendantes du Québec, ce prix est allé à Don Winslow pour Cartel (Seuil).

Les deux autres finalistes étaient Fred Vargas, Quand sort la recluse (Flammarion), et Michael Connelly, Jusqu’à l’impensable (Calmann-Lévy).

 

Prix de la Rivière Ouelle (nouvelle policière)

Dans la catégorie Senior, le premier prix est allé à Sonia Galopin, avec un texte intitulé « Loup solitaire ». Le deuxième prix est allé à Chantal Lecours pour son texte « Lola ».

 

 

Prix Ténébris

Ce prix n’existe plus depuis la disparition des Printemps meurtriers de Knowlton. Désormais, il ne reste plus que le gala du roman policier de Saint-Pacôme (jumelé cette année avec un Salon) pour les amateurs de polars québécois.

 

 

Les auteurs de polars québécois franchissent la barrière linguistique

 

Année faste pour Andrée A. Michaud dont le roman Bondrée (Prix du Gouverneur général et lauréat du Prix Arthur Ellis) a été publié chez Rivages et a remporté Le Prix des lecteurs au Quai des polars, à Lyon. Il a été traduit en anglais sous le titre Boundary : The Last Summer, chez Biblioasis à Windsor (Biblioasis international translation series) ainsi que chez No Exit Press à Londres. Le roman est finaliste au Prix Giller. L’auteure fait aussi partie des invitées d’honneurs du Salon du Livre de Montréal de 2017 (40e édition).

 

Les éditions Dundurn ont publié en traduction le thriller de Mario Bolduc Tziganes sous le titre The Roman plot, deuxième volet des aventures de l’escroc international Max O’brien.

 

 

Nos auteurs continuent à traverser l’Atlantique

 

Après Hell.com et Le Vide, Aliss de Patrick Senécal a été publié au Fleuve Noir.

Pour sa part Guillaume Morrissette voit son deuxième roman (et premier polar) L’Affaire Mélodie Cormier publié chez City, en France.

 

Les Cahiers noirs de l’aliéniste, de Jacques Côté, sont publiés par Actes Sud, la célèbre maison d’édition située à Arles, dans la collection Babel noir (n˚ 187).

 

 

Site internet consacré au polar québécois

 

Un nouveau site internet consacré au polar québécois, animé par Michel Roberge est disponible à l’adresse suivante :

https ://www.polars.quebec

Exception faite du vilain néologisme « espiolars » qui m’agace autant que le non moins vilain « rompol » de Fred Vargas, ce site est particulièrement intéressant et recense toutes les nouveautés publiées dans la Belle Province, et plus si nécessaire.

 

 

La médaille d’horreur pour Patrick Senécal ?

 

MONTRÉAL, le 24 nov. 2017. Le député de Gouin et porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a remis une médaille de l’Assemblée nationale à l’auteur Patrick Senécal pour son apport considérable à la culture québécoise et pour souligner la vente de son millionième livre. La cérémonie a eu lieu le dimanche 26 novembre, à 17 heures, à la Librairie Paulines (2653 rue Masson, Montréal).