Le Polar au Canada-francais en 2003

Le Roman policier en Amérique française

Parutions 2003

Voici un bref panorama bibliographique, aussi complet que possible, des romans policiers (incluant les thrillers, récits à suspense, d’espionnage et de politique-fiction) écrits par des auteurs canadiens de langue française et publiés au cours de l’année 2003, principalement au Québec mais aussi à l’étranger. Pour chaque référence, il y a une brève description de contenu, un bref aperçu critique de ceux que j’ai lus et, quand disponibles, quelques remarques critiques tirées de la presse nationale. Les textes de présentation entre guillemets reprennent les informations fournies par les éditeurs dans leur catalogue, sur les quatrièmes de couverture ou sur leur site web. Comme c’est souvent le cas, plusieurs titres, déjà introuvables en librairie, n’ont eu droit à aucune recension critique ou présentation d’aucune sorte ni dans la presse écrite, ni sur Internet, d’où l’absence de commentaires plus élaborés.

Les romans pour adultes

BILLON, Pierre, L’Enfant du cinquième nord

Montréal, Boréal, (Boréal Compact 147), 2003, 180 pages. Rééd. : 1981.

  • Fiche de lecture : « L’Enfant du cinquième nord : ou le procès de la science et de la société » (Aurélien Boivin), dans Québec français 132, hiver 2003, p. 92-95.

BRIEN, Sylvie (1959 – ), Gaïus

Montréal, Éditions du Cram, 2003, 259 pages.

Ce récit historique (Rome antique) mêle une histoire de réincarnation et une enquête policière qui se déroule au 20e siècle. Ce roman fait suite à Béryl publié en 2002.

  • Aucun écho critique.

BROUILLET, Chrystine (1958 – ), Indésirables

Montréal, La Courte Échelle, 2003, 379 pages.

Cinquième volet des enquêtes de Maude Graham, de plus en plus assistante sociale et de moins en moins flic. Ce nouvel épisode traite du phénomène du rejet et de l’intimidation entre les élèves dans les écoles. Selon Christine Fortier, ce livre est « un roman policier captivant, doublé d’une histoire sur la force de l’amitié et le pouvoir de l’amour », alors que François-Bernard Tremblay remarque que si le roman finit par plaire au lecteur, il n’est sûrement pas le « grand roman » auquel on était en droit de s’attendre de la part de notre reine du crime.

  • C. r. de Christine Fortier, « L’art de la manipulation », dans Voir (Montréal), du 31 juillet au 6 août 2003, p. 29.
  • Entrevue avec Sonia Sarfati, « Chrystine Brouillet et les monstres ordinaires », dans La Presse, mercredi 25 juin 2003, p. C1-C2.
  • Entrevue avec Sophie Pouliot, « La vie comme un roman », dans Le Devoir, 21-22 juin 2003, p. E10.
  • Entrevue avec Stanley Péan, « A la défense des enfants mal-aimés », dans Le Libraire 19, été 2003, p. 43.
  • C. r. de Steve Laflamme, dans Québec français, no 132, hiver 2004, p. 14-15.
  • C. r. de François-Bernard Tremblay, « La reine en fin de règne ? », dans Alibis, no 8, automne 2003, p. 137-139.
  • C. r. de Reginald Martel, « L’intensité sacrifiée à la longueur », dans La Presse, dimanche, le 20 juillet 2003, p. B10.
  • C. r. de Michèle Witta dans Les Crimes de l’année, Paris, no 13, 2004, p.24.

CANNICCIONI, François (1928 – ), Que ma blessure soit mortelle

Longueuil, La Veuve Noire, (Le Treize noir, 4), 2003, 266 pages.

Bon polar « régionaliste » dont l’intrigue plonge ses racines dans certains épisodes plus ou moins glorieux de la Deuxième Guerre mondiale. Avec des dialogues savoureux, des personnages bien typés et une action menée rondement. Une des bonnes surprises de l’année !

  • C. r. de Norbert Spehner, « C’est là que ça se corse… » dans « Encore dans la mire », supplément internet d’Alibis 9, hiver 2004.
  • C. r. de Laurent Laplante, dans Nuit Blanche, no 94, printemps 2004, p. 93-94.

CAVENNE, Alain (1952 – pseudo. d’Alain Gagnon), Cavoure tapi

Québec, L’Instant même, 2003, 321 pages.

Cette deuxième enquête de Cavoure est aussi fade, aussi peu intéressante que la première, publiée en 1994. À cause des nombreuses invraisemblances et des digressions intempestives, ça devient vite exaspérant.

  • C. r. de François-Bernard Tremblay, « Cavoure tapi… et restes-y ! », dans « Encore dans la mire », supplément internet d’Alibis 9, hiver 2004.
  • C. r. de Gilles Perron, dans Québec français, no 131, automne 2003, p. 27.

CHABIN, Laurent (1957 – ), L’Homme à la hache

Longueuil, La Veuve Noire, (Le Treize noir 1), 2003, 132 pages.

Premier roman de la nouvelle collection Le Treize noir, avec une intrigue assez prévisible. Un récit noir, un peu tordu, sur le thème de l’éternel triangle, de la jalousie et de ses conséquences meurtrières.

  • C. r. d’Éric Paquin dans Voir (Montréal), du 6 au 12 novembre 2003, p. 38
  • C. r. de François-bernard Tremblay, « Steak tartare », dans Alibis 9, automne 2004, p. 135-136
  • C. r. de Norbert Spehner, « Polars québécois : des hauts et des bas », dans La Presse, 30 novembre 2003, p. L3.

COUËT, Bernard (1938 – ), L’Étrange Histoire de Monsieur Paul

Chicoutimi, JCL, 2003, 274 pages.

Florence, la fille de Paul Lacroix, a été sauvagement assassinée. La police n’a encore procédé à aucune arrestation. Paul le sait bien : il ne retrouvera le sommeil que le jour où on aura mis la main au collet de l’assassin. Selon la quatrième de couverture : « un polar fantastique aux méandres imprévisibles ».

  • C. r. de Clément Martel, dans Québec français, no 133, printemps 2004, p. 16

DESLAURIERS, Monique (1957- ), Il était une fleur

Montréal, Le Septentrion, 2003, 268 pages.

« Dans une ville comme bien d’autres, des hommes sont assassinés. Un criminologue, spécialiste de la psychologie des tueurs compulsifs, est appelé à la rescousse » (4e de couverture). Selon Julie Sergent, l’histoire n’est pas emballante et il s’agit d’un « non-polar où les victimes ne sont pas décrites, où le portrait du criminel n’est pas élaboré »

  • C. r. de Julie Sergent, « Ancrer le suspens », dans Lettres québécoises , no 113, printemps 2004, p. 24-25.
  • C. r. de François-Bernard Tremblay, « Faisons-lui une fleur », dans Alibis, no 10, printemps 2004, supplément Internet « Encore dans la mire« .

DUTRIZAC, Benoît (1961 – ), Meurs, mon amour, meurs

Outremont, Libre Expression, 2003, 244 pages.

La déception de l’année. Dans La Presse, j’ai écrit ceci : « Un roman vulgaire, racoleur et terriblement déplaisant… un humour de taverne, des clichés en série, et un érotisme bas de gamme envahissant ».

  • C. r. de Yves Bergeras, « Tireur franc » dans Le Droit (Ottawa), 8 novembre 2003.
  • C. r. (bref) de Éric Paquin, dans Voir), du 13 au 19 novembre 2003, p. 40.
  • C. r. de Yohann Saint-Amours, « Les tueurs à gage ont la vie dure », dans Voo.ca (Le média de la relève culturelle).
  • Entrevue avec Stanley Péan, « L’amour, la mort », dans le Libraire 21, hiver 2003, p. 33.
  • C. r. de Stanley Péan, « L’amour est une sale affaire », dans Alibis 9, hiver 2004, p. 134-135.

GODIN, Marcel (1932 -), Un après-midi de sang

Outremont, Lanctôt, (Petite collection Lanctôt, 26), 2003, 239 pages.

Réédition de Les Anges, Paris, Robert Laffont, 1988.

HARVEY, Michel (1966 – ), L’Étau

Brossard, Les Éditions pour tous, (Anticipation pour tous), 2003. 162 pages.

Peu de renseignements sur ce roman de politique-fiction publié de manière très discrète. Voici ce qu’en dit Diane Gagnon : « L’auteur nous fait donc assister au quotidien d’une petite famille dont les personnages attachants réalisent petit à petit que la liberté leur échappe et que l’étau se resserre sous une dictature qu’ils n’ont pas vu venir. » Intervient alors une organisation secrète : la Tulipe blanche.

  • C. r. de Diane Gagnon, dans le Courrier du Sud, samedi 9 août 2003, p. 33.

HOUDE, Maxime (1974 – ), Le Salaire de la honte

Beauport, Alire (Romans 071), 2003, 288 pages.

Troisième volet de la série des enquêtes de Stan Coveleski mêlé, bien malgré lui, aux agissements de deux bandes criminelles rivales dans le Montréal des années 40. Coveleski en profite pour mettre un peu d’ordre dans sa vie sentimentale. Le meilleur des trois romans avec une finale particulièrement réussie.

  • C. r. (bref) de Christine Fortier, dans Voir, du 13 au 19 novembre 2003, p. 40.
  • C. r. de Norbert Spehner, « Polars québécois : des hauts et des bas », dans La Presse, 30 novembre 2003, p. L3.
  • C. r. de François-Bernard Tremblay, « Du chantage et autres conspirations », dans Alibis, no 10, printemps 2004, p. 137.

JASMIN, Claude (1930 -), Alice vous fait dire bonsoir

Saint-Laurent, BQ, 2003. Éd. or. : Leméac (Roman québécois), 1986.

Réédition en format de poche d’un polar de la série mettant en vedette Charles Asselin. Malheureusement, ce n’est pas le meilleur polar de cet auteur…

LEIMGRUBER, Patrick (dir.) (1965 – ), Montréal noir

Montréal, Les 400 coups, 2003, 152 pages.

Recueil de nouvelles : « Blanc comme neige » (François Barcelo), « Xuan : une solitude » (Marie-Claire Blais), « Petite Âme » (André Truand), « Un petit service » (Chrystine Brouillet) et « Le Chant de pierres », Gilles Pellerin. Avec des photos d’Arnold Blanchet.

  • C. r. de Flore Saget, « La mort vous va si bien », dans Voir (Montréal), du 13 au 19 novembre 2003, p. 38.
  • C. r. de Caroline Monpetit, « Drames urbains », dans Le Devoir, 8 et 9 novembre 2003, p. F10.
  • C. r. de Yvon Paré dans Lettres québécoises, no 114, été 2004, p. 29.

LEMIEUX, Jean (1954 -), On finit toujours par payer

Montréal, la Courte Échelle, 2003, 252 pages.

Un des meilleurs polars de l’année 2003. Roman de procédure policière se déroulant à Cap-aux-meules, aux Îles de la Madeleine. Le sergent André Surprenant enquête sur le meurtre de Rosalie Richard, la fille du maire. Un mystère, du style, de la couleur locale, des personnages intéressants, que vouloir de plus ?

  • C. r. de Catherine Morency, « Un péril dans grands remous », dans Le Devoir, 26 et 27 juillet 2003, p. E5. [Anecdote : le livre est attribué à André Lavoie et non à Jean Lemieux]
  • C. r. de Aurélien Boivin, dans Québec français 132, hiver 2004, p. 17.
  • C. r. (bref) de Stanley Péan, dans Le Libraire 20, automne 2003, p. 48.
  • C. r. de Norbert Spehner, « Polars québécois : des hauts et des bas », dans La Presse, 30 novembre 2003, p. L3.
  • C. r. de Frédéric Martin, « La vie dans ses états limites », dans Lettres québécoises , no 113, printemps 2004, p. 28-29.
  • Entrevue avec Christine Fortier, « L’auteur qui soignait ses personnages », dans Alibi 8, automne 2003, p. 79-92.
  • Ce roman a remporté le prix Arthur Ellis (volet francophone) 2004, ainsi que le prix Philippe-Rossillon de l’Association France-Québec.

MAROIS, André (1959 – ) Les Effets sont secondaires

Montréal, La Courte Échelle, 2003, 224 pages.

En général, j’aime bien ce qu’écrit André Marois, mais cette histoire de vols d’embryons congelés et de cobayes humains m’a laissé froid. Je n’ai aimé ni le ton, un peu trop rigolard pour un sujet aussi sérieux, ni le style, pas toujours exempt de vulgarités gratuites. Par contre, Sophie Pouliot trouve que c’est « un roman noir très réussi » avec « une intrigue très bien ficelée » alors que Christine Fortier souligne les « gros traits d’humour grinçants » et les « phrases coup de poing » de cette « pilule facile à avaler ». Alors…

  • Finaliste du Prix Saint-Pacôme du roman policier 2003.
  • C. r. de Sophie Pouliot, « Cobayes humains recherchés », dans Le Devoir, 8 juin 2003, p. F3.
  • C. r. de Christine Fortier, « Vol d’embryons », dans Voir (Montréal), du 24 au 30 juillet 2003, p. 32.
  • C. r. de Christine Fortier, « Pilule facile à avaler », dans Alibis 8, automne 2003, p. 132-133.
  • C. r. de Mamie Catellier, dans Ici, du 7 au 13 août 2003, p. 32.
  • C. r. (bref) de Stanley Péan, dans Le Libraire 20, automne 2003, p. 40.

MESSIER, Claude (1966 – 2004), Les Suppliciés

Montréal, Les Six Brumes, (Papillon d’errata), 2003, 229 pages.

Une brève visite sur le site web de l’éditeur et la lecture de quelques lignes de la chose vous enlèveront probablement toute envie de continuer le supplice… À fuir !

  • Parent, Julie, « Claude Messier, militant et provocateur », dans Ici (Montréal), du 22 au 28 janvier 2004, p. 4. [notice nécrologique]

NÉRON, Carol (1949 -), Rebecca

Chicoutimi, JCL, 2003, 472 pages.

Une belle fille nommée Rebecca, son frère Abel, un colosse au regard inquiétant, un incendie criminel, des morts suspectes…tels sont les ingrédients de ce roman qui ressuscite, quatorze ans plus tard, les personnages du premier thriller de l’auteur, Rosalie. Dans l’ensemble, ça se lit plutôt bien, mais il y a beaucoup de longueurs, de digressions inutiles et quelques invraisemblances. On a déjà lu pire…

  • C. r. de Clément Martel, dans Québec français, no 133, printemps 2004, p. 20-21
  • C.r. de Julie Sergent, « Nenduca…Nootka…Rebecca… », dans Lettres québécoises , no 114, été 2004, p. 23.

NOËL, Jean-Guy (1945 – ), Merci de ne pas m’avoir tuée

Outremont, Libre Expression, 2003, 224 pages.

Ce roman très noir a été inspiré par des faits réels : les viols et le meurtre commis par un couple de désaxés. Selon Sophie Pouliot, ce roman « ne réinvente pas la roue, possède son lot de scènes explicites, de stéréotypes, de lieux communs, de digressions…mais il a tout de même le mérite d’être critique ». Stanley Péan trouve que c’est « un roman ambitieux et réussi, un roman résolument noir dont on déconseillera toutefois la lecture aux âmes délicates ».

  • Entrevue avec Stanley Péan, « Victimes et bourreaux », dans Le Libraire (Québec), printemps 2003, p. 13.
  • C. r. de Stanley Péan, « Au tableau d’horreur », dans Alibis 7, été 2003, p. 124-125.
  • C. r. de Sophie Pouliot, « La voix du crime qui surprend », dans Le Devoir, 5-6 avril 2003, p. F3.

NOREAU, Michel A. (1940 – ), Le Docteur L’Indienne : roman historique

Cap-Saint-Ignace, La Plume d’oie, 2003, 159 pages.

Pour en savoir plus : « Un meurtre crapuleux a inspiré l’auteur du premier roman québécois : Docteur L’Indienne », par Maurice Gagnon, dans Alibis 6, septembre 2003, p. 95-103.

OUIMET (Gilles) & PONS (Anne-Marie), Jalousie

Montréal, Guérin (Psy noir), 2003, 544 pages.

Soyons réalistes : pour des auteurs de romans à suspense, passer des éditions Laffont à Guérin n’est pas exactement une promotion. Et dans les faits, ce gros pavé qui se présente comme un thriller psychologique est plutôt long, ennuyeux et terriblement bavard.

  • C. r. de Tristan Malavoy-Racine, « Mourir d’aimer », dans Voir (Montréal), du 13 au 19 novembre 2003, p. 34.

PAQUET, Jean-N. (1920 -), Si Montmagny m’était conté, suivi de Un meurtre à Montmagny [roman historique]

Cap-Saint-Ignace, La Plume d’oie, 2003, 170 pages.

PELLETIER, Jean-Jacques ( 1947 – ), Le Bien des autres, (Les Gestionnaires de l’Apocalypse 3), volume 1.

Beauport, Alire (Romans 072), 2003, 807 pages.

Je ne m’aventurerai pas dans un résumé de cette brique de plus de 800 pages. Si vous avez apprécié les premiers volets de cette saga à la fois policière et de politique-fiction, vous ne serez pas déçus. Comme d’habitude, c’est mené à train d’enfer et machiavélique à souhait.

  • Entrevue avec Marie-Claude Fortin, « Planète rebelle », dans La Presse, 9 novembre 2003, p. L1 et L2
  • C. r. de Christine Fortier, « Les manipulateurs sont parmi nous », dans Voir (Montréal), du 13 au 19 décembre 2003, p. 32.
  • C. r. de Norbert Spehner, « Pelletier, Ludlum et Wilson : des disciples de Machiavel », dans La Presse, le 4 janvier 2004, p. L4.
  • Ce roman a remporté le prix St-Pacôme du roman policier 2004.

ROUY, Maryse ( 1951 – ), Au nom de Compostelle

Montréal, Québec-Amérique (Tous Continents), 2003, 276 pages.

Roman historique dont l’action se déroule en 1240. La trame policière est plutôt mince, même si les cadavres s’accumulent sur le chemin de la caravane de pèlerins. Hélène Simard qualifie le livre de « manière de polar socio-religieux, d’agréable lecture, même si une narration plus introspective lui aurait fait gagner en intensité dramatique ».

  • Lauréate du Prix Saint-Pacôme du roman policier 2003.
  • C. r. (bref) de Hélène Simard, dans Le Libraire 19, été 2003, p. 10.
  • Entrevue avec Hélène Simard, « Procession de foi », dans Le Libraire 21, hiver 2003, p. 32.
  • Entrevue avec Stanley Péan, « Longue et sanglante est la route », dans Alibis 9, hiver 2004, 81-88.

RUIZ, Agnès (1968 – ), La Main étrangère

Chicoutimi, JCL, 2003, 254 pages.

Une bonne idée de départ : une femme atteinte du syndrome de la main étrangère (une dysfonction neurologique qui fait que l’on perd le contrôle de sa main) est morte étranglée. La détective chargée de l’enquête ne croit pas que quelqu’un puisse s’étrangler de sa propre main. Malheureusement, l’écriture minimaliste, les dialogues envahissants et les personnages mal esquissés viennent gâcher le plaisir de la lecture.

SAINT-LAURENT, Justine, (1948 – pseudo. de Anne Gardon), Chantage no 5

Montréal, Flammarion-Québec, 2003, 320 pages.

Premier polar…(j’ose espérer que ce sera aussi le dernier !) Érotisme de pacotille, enfilade de clichés primaires, tout est médiocre dans ce roman sans intérêt. C’est le cas de le dire : la pâte ne lève pas, la recette ne fonctionne pas, ce qui est un comble pour cette (bonne) spécialiste de la cuisine !

  • C. r. (bref) de Lina Lessard, dans Le Libraire 19, été 2003, p. 44.
  • C. r. de Marc-André Boivin, dans Québec français 132, hiver 2004, p. 20-21
  • C. r. de Suzanne Desjardins, dans Nuit Blanche, no 94, printemps 2004, p. 11.

SENÉCAL, Patrick (1967 – ), Le Passager

Beauport, Alire (Romans 066), 2003, 214 pages. Éd. or., Guy Saint-Jean (Noir), 1995.

  • C. r. (bref) de Stanley Péan dans Le Libraire (Québec), no 19, été 2003, p. 44.

SENÉCAL, Patrick (1967 – ), Sur le seuil

Beauport, Alire, 2003, 429 pages. Nouvelle édition grand format. Éd. or. : Alire, 1998.

  • C. r. de Chantal Guy, « Celui par qui le mal…arrive au cinéma », dans La Presse, dimanche 5 octobre 2003, page F1-F2.
  • C. r. de Julie Sergent, « Ancrer le suspens », dans Lettres québécoises , no 113, printemps 2004, p. 24-25.
  • Pour en savoir plus : « On tourne ! », un reportage de Joël Champetier, dans Solaris 147, automne 2003, p. 7-18.
  • « Du papier à la pellicule : une entrevue avec Éric Tessier » (Jean Pettigrew), dans Solaris 147, automne 2003, p. 18-26.

TESSIER, Robert (1951 – ), La Chevauchée des hippocampes

Mont-Saint-Hilaire, Point de fuite (Point de suspense), 2003, 164 pages.

Une intrigue policière (et d’anticipation) dans laquelle il est question de dons d’organes, de greffes et de sujets d’actualité comme le clonage, le monde des travestis et les transsexuels. Ce roman a été totalement ignoré par la critique.

Pour en savoir plus :

TREMBLAY, Alain Ulysse (1954 – ), La Langue de Stanley dans le vinaigre

Montréal, La Courte Échelle, 2003, 186 pages.

À Montréal, dans le quartier Hochela-Maisonneuve, Stanley Cockburn, portier au Star, a été assassiné. Deux travailleurs de la rue disparaissent. Kumiko Fugimori, psychiatre, attachée à l’escouade antigang, a l’intime conviction que les deux affaires sont liées. Selon Louis-Maude Rioux Soucy « l’histoire est prenante, la plume terriblement efficace ».

  • C. r. de Louise-Maude Rioux Soucy, « La vraie vie », dans Le Devoir, 28-29 juin 2003, p. E5.
  • C. r. d’Aurélien Boivin, dans Québec français 131, automne 2003, p. 31.
  • C. r. d’Élyse Laberge, « Sous les feux de la rue », dans Lettres québécoises , no 113, printemps 2004, p. 31.

TREMBLAY, Allan (1970 – ) Casino

Montréal, L’Homme, 2003, 480 pages.

L’action de ce roman se passe dans le milieu des joueurs compulsifs d’un casino. Au menu : vengeance et règlements de comptes, passion amoureuse et de nombreux rebondissements. [D’après un scénario de Réjean Tremblay]

  • C. r. de Pierre Desjardins, « Casino : dans l’enfer du jeu », dans La Presse, le 2 novembre 2003, p. 4.
  • C. r. anonyme dans Point Sud (Longueuil), vol. 3, no 5, 16 décembre 2003, p. 11.

TURGEON, Paule, Au coin de Guy et de René-Lévesque

Montréal, Triptyque (L’Épaulard), 2003, 214 pages.

Premier polar. L’intrusion (non justifiée) du surnaturel dans cette histoire policière lui enlève une partie de son intérêt. Par ailleurs, le roman est assez bien écrit, avec quelques passages bien réussis. Sans plus…Et je m’inscris en faux contre le titre téméraire, voire outrancier du compte rendu de Sophie Pouliot selon laquelle Paule Turgeon aurait « revampé le roman policier ». N’importe quoi…

  • C. r. de François Lemay, « Polar, etc. », dans Ici (Montréal), du 16 au 22 octobre 2003, p. 33.
  • C. r. de Stéphane Despatie, « C’est arrivé près de chez vous », dans Voir (Montréal), du 13 au 19 novembre 2003, p. 35.
  • C. r. de Sophie Pouliot, « Paule Turgeon ou le roman policier revampé », dans Le Devoir, 8-9 novembre 2003, p. F6.
  • C. r. (bref) de Stanley Péan, dans le Libraire 21, hiver 2003, p. 42.
  • C. r. de Norbert Spehner, « Les pièges du premier polar », dans Alibis 9, hiver 2004, p. 136-137.
  • C. r. de Julie Sergent, « Ancrer le suspens (sic)», dans Lettres québécoises , no 113, printemps 2004, p. 24-25.

Polars pour la jeunesse

BERGERON, Diane (1964 – ), Le Chien du docteur Chenevert

Saint-Laurent, Pierre Tisseyre (Biocrimes), 2003, 256 pages.

  • C. r. de Éric Champagne, dans Lurelu, vol. 26, no 2, automne 2003, p. 36

BOISVERT, Jocelyn (1974 – ), La Mauvaise Fortune du brigadier

Hull, Vents d’Ouest (Girouette 10), 2003, 188 pages.

BOUCHARD, Camille (1955 – ), La Caravane des 102 lunes

Montréal, Boréal, (Boréal Inter 37), 2003, 204 pages.

CARRIÈRE, Alexandre, Alias agent 008

Montréal, Hurtubise HMH (Caméléon), 2003, 111 pages.

CAVEZZALI, Lucia, L’Énigme du sommet noir

Montréal, Hurtubise HMH, 2003, 134 pages.

CHABIN, Laurent (1957 -), Secrets de famille

Montréal, Hurtubise HMH (Atout/policier), 176 pages.

  • C. r. de Andrée Poulin, dans Lurelu, vol. 26, no 2, automne 2003, p. 39-40.

CHARTRAND, Lili, Le Fou du rouge

Montréal, Hurtubise HMH (Caméléon), 2003, 123 pages.

  • C.r. de Agathe Richard, dans Lurelu, vol. 26, no 2, automne 2003, p. 40.
  • C. r. (bref) de Nathalie Ferraris, « Voir rouge », dans Ici (Montréal), du 22 au 28 janvier 2004, p. 26.

GILBERT DUMAS, Mylène, Mystique

Montréal, La Courte Échelle (Mon Roman), 2003, 192 pages.

[polar + fantastique]

LAMONTAGNE, Ann, La Piste des Youfs III : L’Adieu aux Chevaliers

Hull, Vents d’Ouest (Girouette), 2003, 176 pages.

  • C. r. de Pierrette Giroux, dans Lurelu, vol. 26, no 2, automne 2003, p. 47.

MAROIS, André (1959 – ), Avis de recherche

Montréal, La Courte Échelle (Roman jeunesse 125), 2003, 64 pages.

Illustrations : Stéphane Lemardelé.

MEROLA, Caroline (1962 – ), La Trahison de Laurent Lareau

Montréal, La Courte Échelle, 2003, 64 pages.

MILLET, Pascal (1960 – ), Pas de poisson pour le réveillon, suivi de Pour les yeux d’Agathe

Montréal, Boréal (Boréal Junior 82), 2003, 108 pages.

Illustrations : Daniel Sylvestre.

QUINTIN, Michel (1953 -), Nardeau et le voleur masqué

Waterloo, Michel Quintin (Saute-mouton 26), 2003, 44 pages

SOMAIN, Jean-François (1943 – pseudo de Jean-François Somcynsky), Retrouver Jade

Saint-Lambert, Soulières (Graffiti), 2003, 200 pages.

  • C. r. de Michel-Ernest Clément, dans Lurelu, vol. 26, no 2, automne 2003, p. 64.

SAURIOL, Louise-Michelle (1938 – ), le Parfum de la dame aux colliers

Hull, Vents d’Ouest (Ado 52), 2003, 181 pages.

THIBAULT, Sylviane, Ma rencontre avec Twister

Saint-Laurent, Pierre Tisseyre (Papillon 98), 2003, 170 pages.

Illustrations : Claude Thivierge

TREMBLAY, Carole (1959 – ), L’Affaire Borduas

Saint-Lambert, Soulières (Graffiti 19), 2003, 397 pages.

Bandes Dessinées

JALBERT, Luca (1987 -), Les Aventures de Fonck et Ponck : Les inspecteurs

Lévis, Cabro Productions, 2003, 48 pages.

MEROLA, Caroline (1962 – ), L’Amateur

Montréal, Kami-Case, 2003, 112 pages.

THIB (pseudo de Luc Thibault), Section des homicides : Piège mortel au château

Charlesbourg, Éditions Luc Thibault, 2003, 48 pages.

[En collaboration avec Jocelyn Houde]

THÉRIAULT, Éric et David GALLAHER, Moonstone noir : Johnny Dollar,

New York, Moonstone Books, 2003, 48 pages.

Le personnage de Johnny Dollar, un enquêteur pour compagnie d’assurance, a été créé aux États-Unis par Jack Johnstone pour la radio. La série a duré de 1944-1962

Articles, études & essais

BAILLARGEON, Stéphane, « Barcelo, Barcelo, Barcelo et Barcelo », dans Le Devoir, cahier « Salon du Livre de Montréal », 8-9 novembre 2003, p. F6. [Entrevue avec François Barcelo]

BOULIANNE, Simon, « Les stratégies narratives des auteurs policiers pour la jeunesse », dans Québec français 132, hiver 2004, p. 40-44. [Chrystine Brouillet, Laurent Chabin, Robert Soulières]

COTÉ, Jacques, Wilfrid Derome, expert en homicides

Montréal, Boréal, 2003, 448 pages.

[Auteur de deux polars remarqués, Jacques Côté propose une biographie du plus célèbre médecin légiste québécois racontée à travers les grandes affaires criminelles de la Belle-Époque]. Ce livre s’est mérité Le Grand Prix de la Biographie : La Presse, 2003.

  • C. r. de Stanley Péan, « Exhumation d’une légende » dans « Encore dans la mire », supplément internet d’Alibis no 9, hiver 2004.
  • C. r. d’Aurélien Boivin, dans Québec français, no 133, printemps 2004, p. 6
  • C. r. de Laurent Laplante, dans Nuit Blanche, no 94, printemps 2004, p. 60-61.

DESROCHES, Gisèle, « La Veuve noire tisse sa toile », dans Le Devoir, cahier « Salon du Livre de Montréal », 8-9 novembre 2003, p. F14.

[Présentation de la nouvelle maison d’édition La Veuve noire qui publie, entre autres, des polars en format de poche destinés aux 15 ans et plus]

DOSSIER : « Oeuvres au noir », dans Le Libraire 21, hiver 2003, p. 27-43.

À l’occasion du Salon du Livre de Montréal, un dossier sur le polar en général et le polar québécois en particulier : entrevues avec Maryse Rouy, Benoit Dutrizac, Jacques Côté, présentation des éditions Alire, avec la collaboration de Stanley Péan, Antoine Tanguay, Hélène Simard.

DOSSIER : « Salon du livre de Montréal », dans Livre d’ici, vol. 29, no 3, novembre 2003, p. 5-12.

Au sommaire : « Le marché du polar au Québec » (Catherine Morency), p. 5-6, « Le polar et sa mondialisation » (Sylvain Houde), p. 7-8.

DOSSIER : « Élémentaire, mon cher ! », cahier spécial de La Presse, « Le polar en vedette au salon du livre », samedi le 8 novembre 2003, 75 pages.

Cahier réalisé en collaboration avec Norbert Spehner, « Au commencement était le crime », « 30 chefs d’oeuvre du roman policier », « 10 limiers populaires», « Questions sur la littérature policière », « Petit lexique du policier », Chantal Guy, Robert Laplante « Les 10 meilleures bandes dessinées noires », « Les 10 meilleurs films tirés d’un polar », Pascale Millot « Simenon le précurseur », Marie-Claude Fortin « L’âge de raison d’Alire », « Jacques Côté sur les traces de Wilfrid Derome », « L’esprit du polar au Salon », « Une présidente d’honneur honorée ! » + des questions aux « experts » du polar : Sylvie Lussier et Pierre Poirier, Jean-Jacques Pelletier, François Barcelo, Maryse Rouy, Benoit Dutrizac, Willy Deweert, Kathy Reichs.

DOSSIER : « Monique Larue », dans Voix et Images. Littérature québécois 83, hiver 2003.

Dans ce dossier qui s’intéresse à l’ensemble de l’oeuvre de Monique Larue, on retiendra surtout les articles suivants : « Entretien avec Monique Larue » (Jean-François Chassay & Katherine Roberts – « L’Instinct du réel : fuites et retours dans les Faux fuyants, Copies conformes et La Démarche du crabe » (Robert Dion) – « Clés du mensonge, copies de la vérité dans Copies conformes » (Véra Lucia dos Reis) – « Bibliographie de Monique Larue » (Richard Raymond).

DUBOIS, Richard, Hubert Aquin Blues

Montréal, Boréal, 2003, 176 pages.

[Essai sur l’oeuvre d’Hubert Aquin]

  • C. r. de Michel Vézina, « Blues d’Aquin », dans Ici, du 2 au 8 octobre 2003, p. 32.
  • C. r. de Michel Biron, « Hubert Aquin Blues », dans Le Devoir, samedi 1er et dimanche 2 novemnre 2003.
  • C. r. de Jean-Claude Dussault, dans Nuit Blanche, no 94, printemps 2004, p. 56.
  • C. r. de Michel Gaulin,  » Nouveaux regards sur Hubert Aquin « , dans Lettres québécoises , no 115, automne 2004, p. 40.

DUCHATEL, Annick, « Méchant thriller », dans Vous, Montréal, vol. 1, no 3, 2003, p. 20-25.

Sur l’essor du polar et du thriller en général et au Québec en particulier

GAGNON, Maurice, « Le polar québécois à l’honneur », dans Alibis 9, hiver 2004, p. 68-73.

Reportage sur un mini-symposium tenu à Saint-Pacôme, à l’occasion de la remise du Prix Saint-Pacôme du roman policier 2003]

LAPLANTE, Laurent, « Les nébuleuses de l’énigme et de l’angoisse », dans Nuit Blanche 90, printemps 2003, p. 42-47.

Panorama critique qui traite, entre autres, de nombreux auteurs québécois : Luc Bertrand, Évelyne Voldeng, Jacques Côté, Robert Malacci, Ghislain Richer, Annie Dufour, Sylvain Meunier, Yves Trottier et la revue Alibis

LECLERC, Nicole, « French Québec Crime Fiction », dans The Mystery Reader (Janet A. Rudolp, ed.), numéro intitulé « Cool Canadian Crime », vol. 19, no 4, Winter 2003-2004.

Article remarquable, très bien informé, qui fait une présentation générale du polar québécois, de ses auteurs et des intervenants du milieu.

MILLOT, Pascale, « Les pros de la peur », dans L’Actualité, vol. 28, no 15, 1er octobre 2003, p. 74-80.

L’article est sous-titré ainsi « Histoires d‘horreur et de meurtres, romans fantastiques et de science-fiction : une nouvelle génération d’auteurs québécois se fait un nom dans le domaine du frisson. Même le cinéma leur fait de l’oeil ! »

MESPLÈDE, Claude (dir.), Dictionnaire des littératures policières

Nantes, Joseph K, 2003, 2 volumes (A-I, J-Z), 1800 pages.

Le dictionnaire comprend les entrées québécoises suivantes : Allard, Yvon (Norbert Spehner, p. 58) – Barcelo, François (C.M. et Michèle Witta, p. 130) – Bleton, Paul (C.M., p. 205) – Brouillet, Chrystine (Henri-Yvon Mermet, p. 259) – Canada (Norbert Spehner, p. 296-299) – Norbert Spehner, (Claude Mesplède, p. 702).

MONTPETIT, Caroline, « Tableau noir », dans Le Devoir, Cahier « Salon du livre de Montréal », 8 & 9 novembre 2003, p. F17.

Sur le polar en général, le polar québécois en particulier, et sur les éditions Alire.

MORENCY, Catherine, « Aux frontières de la fiction : un modèle éditorial québécois », dans Livre d’ici, vol. 28, no 10, juin-juillet-août 2003, p. 8-9.

Article sous-titré : « L’éditeur Jean Pettigrew, la libraire Claire Taillon et l’auteur Jean-Jacques Pelletier discutent de la paralittérature »

NOËL-GAUDREAULT, Monique, « Comment Stanley Péan a écrit certains de ses livres », dans Québec français 130, été 2003, p. 110-112.

PÉAN, Stanley, « Un certain éclairage sur les roueries de la bêtise humaine », dans Alibis 9, hiver 2004, p. 73-80.

Un entretien avec Laurent Laplante, premier lauréat (2002) du Prix St-Pacôme du roman policier.

PÉAN, Stanley, « Longue et sanglante est la route », dans Alibi 9, hiver 2004, p. 81-88.

Entretien avec Maryse Rouy, deuxième lauréate (2003), du Prix St-Pacôme du roman policier.

POUPART, Jean-Marie, J’écris tout le temps, par besoin, par plaisir, par passion

Montréal, Leméac (L’écritoire), 2003, 160 pages.

Jean-Marie Poupart, auteur (entre autres) de plusieurs polars et d’un essai sur le genre, critique de romans policiers, parle de son métier d’écrivain.

  • C. r. de Réginald Martel, « Confessions d’un écrivain, un vrai », dans La Presse, 19 octobre 2003, p. L2.

ROCHEFORT, Sophie, « Le pari d’enseigner Hubert Aquin au collégial », dans Québec français 131, automne 2003, p. 93.

SHEPPARD, Gordon, Ha ! : A Self-Murder Mystery

Toronto & Montréal, McGill-Queens University Press, 2003, 870 pages.

Roman/essai : une lecture de la vie et de l’oeuvre de Hubert Aquin.

  • C. r. de Michel Lapierre, « Aquin, fruit défendu », dans Ici, du 2 au 8 octobre 2003, p. 32.
  • C. r. de Luc Perreault, « Aquin est-il un écrivain universel ? », dans La Presse, 19 octobre 2003, p. L3.
  • C. r. de Robert Lévesque, « Aquin équarri », dans Ici, du 6 au 12 novembre 2003, p. 35.
  • C. r. de Nicholas Dinka, dans Quill & Quire, october 2003, p. 34.
  • Article de Nicholas Dinka, « The Mysterious Hubert Aquin », dans Quill & Quire, September 2003, p. 9.

SPEHNER, Norbert, « Polars québécois : des hauts et des bas », dans La Presse, dimanche 30 novembre 2003, p. L3.

Critique de romans de Jean Lemieux, Maxime Houde, Laurent Chabin, Alain Cavenne, Pons & Ouimet, Benoit Dutrizac.

SPEHNER, Norbert, « Canada », dans Dictionnaire des littératures policières, Nantes, Joseph K, 2003, volume 1, p. 296-299.

Présentation et historique du polar canadien dont le polar québécois.

THERRIEN, Richard, « Luc Dionne : l’auteur adapte pour la télé une série inspirée des polars de Jean-Jacques Pelletier », dans Le Soleil, 1er novembre 2003, pages C1 et C2.

TREMBLAY, François-Bernard, « Recherché : auteur québécois de crimes impossibles », dans Alibis 7, été 2003, p. 71-80.

Quelques activités criminelles marquantes de 2003

Le Salon du livre et du crime

Le roman policier était le thème du 26e Salon du livre de Montréal qui s’est tenu du 13 au 17 novembre 2003, à la Place Bonaventure. Son slogan : « Élémentaire, mon cher ! ». Chrystine Brouillet en était la présidente d’honneur.

La Veuve noire tisse sa toile

Édith Madore a fondé une nouvelle maison d’édition, La Veuve noire, qui publie des livres en format de poche, destinés autant aux adultes qu’aux jeunes adultes (à partir de 15 ans). En 2003, deux romans policiers sont parus dans la collection Le Treize noir.

Pierre Daigneault (1925-2003)

Né à Montréal, Pierre Daigneault a écrit plus de 2000 récits policiers et d’espionnage en fascicules sous divers pseudonymes, dont Pierre Saurel. Il est le créateur d’un personnage mythique de la littérature populaire québécoise : l’agent secret canadien-français Ixe-13. Dans les années 80, il a publié 46 aventures du Manchot.

Prix Saint-Pacôme du roman policier

Le 4 octobre 2003, avait lieu la remise du deuxième prix Saint-Pacôme du roman policier. La bourse de $5000 dollars a été remportée par Maryse Rouy pour son roman historique, avec trame policière, Au nom de Compostelle. André Marois et Jean Lemieux étaient les deux autres finalistes. Le jury de cette année était composé de Stanley Péan (président), de Laurent Laplante (Lauréat en 2002) et de Robert Laplante.

Cinéma et livres grand format

À l’occasion de la sortie du thriller fantastique Sur le seuil, réalisé par Éric Tessier et adapté du roman de Patrick Senécal, les éditions Alire ont réédité le roman en grand format dans une nouvelle collection destinée aux romans adaptés en films.

Jack Carter

La société Radio-Canada a diffusé 8 épisodes d’une nouvelle série policière, Les Aventures tumultueuses de Jack Carter, série conçue par Pierre Poirier et Sylvie Lussier et réalisée par Louis Choquette. Le détective Jack Carter est interprété par Jean-Nicolas Verreault. Malgré un certain succès populaire, cette série ne connaîtra pas de suite en 2004 pour des raisons strictement budgétaires.

Un dernier chapitre

La Société Radio-Canada a présenté au début de 2003 la série Le Dernier chapitre : la vengeance, suite de Le Dernier chapitre, présentée en 2002. Écrite par Luc Dionne et réalisée par Richard Roy, cette série mettant en vedette Roy Dupuis se passe dans le monde des motards.

True Crime

Dans le domaine de la criminologie, outre le livre de Jacques Côté sur Wilfrid Derome, on peut signaler la parution des deux ouvrages suivants :

PIGEON, Marc, William Fyfe, tueur en série : autopsie d’une enquête policière

Outremont, Lanctôt, 2003, 259 pages.

SHER, Julian, La Route des Hells : comment les motards ont bâti leur empire

Montréal, L’Homme, 2003, 466 pages.

Cinéma

20h17, rue Darling, réalisé par Bernard Émond. Avec Luc Picard et Guylaine Tremblay. Adaptation du roman noir d’Émond paru en 2002 aux éditions Lux.

Norbert Spehner

© janvier 2004.

Mise à jour: Septembre 2004

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *