Le Polar au Canada-francais en 2002

Le Roman policier en Amérique française

Parutions 2002

Voici un bref panorama bibliographique, aussi complet que possible, des romans policiers (incluant les thrillers, récits à suspense, d’espionnage et de politique-fiction) écrits par des auteurs canadiens de langue française et publiés au cours de l’année 2002, principalement au Québec mais aussi à l’étranger. Pour chaque référence, il y a une brève description de contenu et, quand disponibles, quelques remarques critiques tirées de la presse nationale. Les textes de présentation entre guillemets reprennent les informations fournies par les éditeurs dans leur catalogue, sur les quatrièmes de couverture ou sur leur site web. Comme c’est souvent le cas, malheureusement, plusieurs titres, déjà introuvables en librairie, n’ont eu droit à aucune recension critique ou présentation d’aucune sorte ni dans la presse écrite, ni sur Internet, d’où l’absence de commentaires plus élaborés.

Les romans pour adultes

BEAULNE, Monique (1944-), Meurtre au sanctuaire

Montréal, Carte Blanche, 2002, 224 pages.

BISSONNETTE, Jacques (1953-), Sanguine

Beauport, Alire (Romans no 050), 2002, 244 pages.

Réédition : Montréal, VLB, 1994.

  • Jacques Bissonnette a un site web : www.cybertechs.qc.ca/prv/jbissonnette/

BRIEN, Sylvie (1959-), Béryl: un roman

Montréal, Éditions du CRAM, 2002, 270 pages.

Polar (enquête) avec aspects fantastiques et historiques (empire ro main).

BRISEBOIS, Robert (1933-), Les Amants du pont Jacques Cartier

Montréal, Trait d’Union, 2002, 200 pages.

Inspiré d’une sordide histoire vraie, ce roman se présente comme un thriller psychologique dont le thème, bien à la mode cette année, est la vengeance. Stanley Péan (Alibis) remarque que « Brisebois se contente de reconduire les poncifs habituels de ces histoires où la vengeance est présentée comme juste et salutaire. Rien de bien neuf sous le soleil ».

  • C. r. de Stanley Péan, « Soif de vengeance », dans Alibis, no 5 (vol. 2, no 1), hiver 2003, p. 142-143.
  • Présentation du volume : http://www.traitdunion.net/produits/ produit.asp?productCode=102698

BOUCHARD, Camille (1955- ), Les Petits Soldats

Montréal, Tryptique, 2002, 410 pages.

Récit d’aventures plutôt que polar : une jeune Québécoise part en Afrique à la recherche de son amoureux disparu. Un périple plein d’embûches où elle découvrira le quotidien infernal des enfants soldats et les magouilles de ceux qui s’enrichissent aux dépens des victimes des grandes famines africaines.

CHAREST, Danielle (1957-), L’Entrave

Paris, Le Masque, 2002, 430 pages.

Pour ce quatrième volet des aventures du Groupe, Danielle Charest s’est surpassée et remporte, haut la main, sans aucune hésitation, la palme d’or du polar le plus ennuyeux de l’année. Aucun intérêt. Oh, un détail… Près de quinze pages sont racontées du point de vue… d’un écureuil… femelle, bien entendu ! Un truc à la noix, je vous le dis !

  • C. r. de Denis Lebrun, « Le gay polar », dans Le Libraire, printemps 2003, p. 43.

CLOUTIER, Pascal, Le Mystère Boojerooma

Chicoutimi, éditions JCL, 2003, 211 pages.

À Marrakech, à Berlin, à Montréal, des personnages mystérieux sont reliés par un étrange destin. Le fil conducteur: le mystère Boojerooma.

CÔTÉ BERNIER, Madeleine (1925-) & Denis LORD (1926-), Une histoire de clés

Outremont, Québécor, (Roman), 2002, 176 pages.

Deux retraités ont écrit cette histoire où il est question de clés donnant accès à un casier inconnu où dorment des millions de dollars. L’action se déplace de Longueuil à Rivière-du-Loup, avec escale à Kamouraska.

CÔTÉ, Jacques (1961-), Le Rouge idéal

Lévis, Alire (Romans no 063), 2002, 430 pages.

Ce deuxième polar de Jacques Côté est incontestablement l’un des meilleurs publiés au Québec en 2002. On y retrouve Daniel Duval et son acolyte Louis Harel, sur la piste d’un assassin qui cite Baudelaire. Excellent, bien mené, avec des irritants mineurs (dont l’inévitable comparaison avec Le Poète de Michael Connelly où le tueur cite Edgar Allan Poe !) Ce roman a remporté le Prix Arthur-Ellis 2003 de la meilleure œuvre francophone.

  • Présentation : http://www.alire.com/Romans/DuvalDaniel.html
  • C. r. de Marie-Claude Fortin, dans Voir (Montréal), du 19 au 25 décembre 2002, p. 34.
  • C. r. de Norbert Spehner, « Petits meurtres pour tuer le temps », dans La Presse, dimanche le 12 janvier 2003, p. F3.
  • C. r. de Denis Lebrun, dans Le Libraire, printemps 2003, p. 46.
  • C. r. de Christine Fortier, « Poésie meurtrière », dans Alibis, no 6, Printemps 2003, p. 133-134.
  • C. r. de Christian Desmeules, « En rouge et noir », dans Le Devoir, le 6 avril 2003, p. F4.
  • C. r. de Laurent Laplante, « Les nébuleuses de l’énigme et de l’angoisse », dans Nuit Blanche, no 90, printemps 2003, pp. 42-48

DA, Daniel, Les Aventures hallucinantes de Gusse Oualzerre. T. 3 : le poisson français

Montréal, L’Effet pourpre, 2002, 267 pages.

DION, Germain, Le Printemps des impatientes rouges

Ottawa, Éditions du Vermillon, (Rompol), 2002, 232 pages.

Au cours d’un voyage à Ottawa, Mathilde Carson et l’avocat Paul Bartley vont enquêter sur un cas présumé d’espionnage industriel à l’usine Minisi, alors que la police cherche le meurtrier du gardien de nuit assassiné au cours du cambriolage de l’usine.

DUBOIS, Robert, La Menace

Sainte-Agathe-des-Monts, Rebis, 2002, 256 pages.

(Roman financier) « Cet ouvrage serait-il prémonitoire ? L’auteur y démontre comment la monnaie européenne, l’Euro, supplantera le dollar US d’ici quelques années ».

DUFOUR, Annie (1969-), Cinq enlèvements, quatre cadavres, trois amours, deux bouledogues et une…

Montréal, Leméac, (Roman policier), 2002, 253 pages.

Stanley Péan (La Presse) parle de ce livre comme d’un « premier roman au style efficace et maîtrisé, au suspense réglé comme une horloge suisse ». Robert Chartrand (Le Devoir) est déjà plus nuancé, plus diplomate et évoque « un enchaînement de coïncidences qu’il faut bien se résigner à accepter » ou encore des « incohérences de détail » et qualifie le tout de « roman un peu garroché, entaché de nombreux anglicismes ». Pour ma part, j’ai trouvé ça confus, à la limite du vraisemblable et passablement insignifiant. Un vrai truc d’amateur ! Mais je reconnais volontiers que je suis parfois un vieux grincheux blasé et difficile !

  • C. r. de Stanley Péan, « Crimes et délices », dans La Presse, dimanche, 2 juin 2002, p. B3.
  • C. r. de Robert Chartrand, « Le monde est cruel, les gens sont gentils », dans Le Devoir, samedi 1er et dimanche 2 juin 2002, p. D4.
  • C. r. de Stanley Péan, « Comptines, comptes à régler, compte à rebours », dans Alibis, no 4 (vol. 1, no 4), automne 2002, p. 136-137.
  • C. r. de Laurent Laplante, « Les nébuleuses de l’énigme et de l’angoisse », dans Nuit Blanche, no 90, printemps 2003, pp. 42-48

ÉMOND, Bernard, 20h17, rue Darling

Montréal, Lux éditeur, 2002, 128 pages.

Roman noir, qualifié de « polar métaphysique » par Suzanne Giguère. qui ajoute que ce roman « confirme l’intérêt de ce créateur pour les gens humbles et anonymes des quartiers populaires ». Adapté au cinéma par Bernard Émond.

  • Cr. r. de Caroline Montpetit, « Bernard Émond : la vie à travers un fond de bouteille », dans Le Devoir , édition du samedi 22 et du dimanche 23 février 2003.
  • C. r. de Suzanne Giguère, « Polar métaphysique », dans La Presse , dimanche 23 février 2003. [Cahiers lectures]

HOUDE, Maxime (1973-), La Mort dans l’âme

Beauport, Alire (Romans no 052), 2002, 275 pages.

Série : Stan Coveleski. À Montréal, dans les années 40, Stan Coveleski reprend du service pour aider le chef De Vries à retracer l’auteur d’agressions sordides sur plusieurs femmes. Ce roman était finaliste pour le premier Prix du Roman Policier Saint-Pacôme. Selon Christophe Rodriguez (Ici) : « Voici un vrai roman policier, admirablement construit et structuré, qui n’a rien à envier aux pères fondateurs ». Stanley Péan (La Presse) souligne pour sa part « la reconstitution historique admirablement servie par une attention aux détails de couleur locale ». Incontestablement, un des meilleurs polars québécois de l’année.

  • C. r. de Stanley Péan, « Crimes et délices », dans La Presse, dimanche, 2 juin 2002, p. B3.
  • C. r. de Christophe Rodriguez, « Montréal, années 40 », dans Ici, 13 au 19 juin 2002, p. 45.
  • C. r. de Stanley Péan, « Montréal Noir », dans « Encore dans la mire », supplément Internet d‘Alibis, no 3, été 2002.
  • C. r. de Valérie Lessard, « Polar, quand tu nous tiens », dans Le Droit, le samedi 8 juin 2002.
  • C. r. de Francine Charrette : http://club-culture.com/ lecture/mhoud2.htm
  • C. r. de Louise Turgeon sur le site de Planète-Québec, vendredi 31 mai 2002. http://planete.qc.ca/loulou/ livre/livre-3152002-40638.html
  • Profil : www.alire.com/Auteurs/Houde.html

JOBIN, Bruno (1949-), Requiem pour Alicia

Montréal, Libre Expression, 2002, 328 pages.

Bruno Jobin s’inspire, paraît-il, de certains contes de fées pour écrire ses polars. Je les ai tous lus et n’ai jamais bien compris l’utilité ou même la mécanique de ce « gadget littéraire ». Ici, il s’inspire d’Alice aux Pays des merveilles. De ce récit, que j’ai trouvé bien quelconque, Marie-Josée Blais (Le Soleil) nous dit pourtant que c’est un « suspense tranchant et rythmé un peu à l’image des contes de notre enfance ». N’importe quoi… !

  • C. r. de Marie-Josée Blais, « Des femmes dans le feu de l’action », dans Le Soleil, dimanche 27 octobre 2002.
  • C. r. de Louise Turgeon sur le site de Planète-Québec, mercredi 16 octobre 2002. http://planete.qc.ca/loulou/livre/ livre-16102002-47748.html
  • Profil : http://www.litterature.org/ notice.asp?numero=640

LALANNE-CASSOU, Jean-Claude (1938-), Victoria Blues

Longueuil, Préfi, 2002, 141 pages.

Une intrigue policière dont l’action se déroule dans le quartier Côte-des-neiges, à Montréal.

  • C. R. de Jean-Bernard Tremblay sur le site de Mauvais Genres: http://www.mauvaisgenres.com/ jeanclaude_lalannecassou.htm

LANDRY, Roger D., Clara MARAIS & Lori MILLER, Le Sans tache

Montréal, Stanké, 2002, 216 pages.

Dire qu’ils se sont mis à trois pour écrire cette chose sans aucun intérêt… Les deux femmes ont eu la bonne idée de garder l’anonymat alors que le troisième compère met sa photo en couverture ! De l’édition de complaisance comme je pensais qu’il ne s’en faisait plus depuis les années 70. À fuir…

  • C. r. de Sonia Sarfati, « Roger D. Landry, romancier », dans La Presse, mardi le 7 mai 2002.

LESTER, Normand & Corinne DE VAILLY, Chimères

Montréal, Libre Expression, 2002, 302 pages.

Thriller mâtiné de science-fiction : le sergent détective Pierre Dumont du SPVM (Service de Police de la Ville de Montréal) enquête sur une série de meurtres horribles dont les victimes, des femmes, sont découvertes mutilées, sans leur utérus. J’ai trouvé que c’était un roman assez médiocre, passablement mal écrit, rocambolesque, invraisemblable et, finalement, sans grand intérêt, alors que Robert Chartrand, toujours poli, y va d’une formule lapidaire : « Disons que Chimères peut être une bonne lecture d’été, qui instillera un heureux mélange de suspense, de réflexion et de curiosité ». Personnellement, j’en doute…

  • C. r. de Louise Turgeon sur le site de Planète Québec, mercredi 15 mai 2002 http://planete.qc.ca/loulou/livre/ livre-1552002-40262.html
  • C. r. de Robert Chartrand, « Les apprentis sorciers ne meurent jamais », dans Le Devoir, samedi 15 et dimanche 16 juin 2002, p. D4
  • C. r. de Catherine Morel sur le site de Canoë : http://www2.canoe.com/ artsetculture/musiquelivres/ critiqueslivres/archives/ 2002/08/20020805-100724.html
  • Communiqué de La Presse Canadienne : http://www.cyberpresse.ca/reseau/ arts/0204/art_102040090868.html
  • C. r. de Jean Vigneault, « Une intrigue serrée, bien menée », dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe, le 24 avril 2002.

LYNZ, Karina (1967-), Délivrez-nous du mal

Chicoutimi, JCL, 2002, 388 pages.

Une histoire de passion amoureuse dont l’action se passe dans le monde des motards criminalisés : The Prophets of Doom. Marie-Josée Blais (Le Soleil) en parle comme d’un « premier roman très actuel et prenant, malgré un style fleur bleue qui détonne quelque peu dans l’univers des motards criminalisés ».

  • C. r. de Marie-Josée Blais, « Des Femmes dans le feu de l’action », dans Le Soleil, dimanche 27 octobre 2002.
  • Roman et note biographique : http://www.jcl.qc.ca/jcl.nouveaute.html

MALACCI, Robert (1942- pseudo. de Jean-Pierre Liccioni), Sac de nœuds

Beauport, Alire (Romans no 051), 2002, 214 pages.

Série : Robert Malacci. Cette cinquième aventure de Malacci se lit d’une traite, principalement à cause du style décontracté de l’auteur, mais ce n’est pas le meilleur de la série, loin de là, l’argument principal étant relativement faible. Selon Marie-Claire Fortin (Voir), « Robert Malacci poursuit une œuvre originale, impertinente et efficace, dans une langue qui mêle joyeusement joual, argot et anglicismes ».

  • C. r. de Marie-Claude Fortin, dans Voir (Montréal), du 6 au 12 juin 2002, p. 35.
  • C. r. de Laurent Laplante, « Les nébuleuses de l’énigme et de l’angoisse », dans Nuit Blanche, no 90, printemps 2003, pp. 42-48
  • C. r. de Louise Turgeon : http://planete.qc.ca/loulou/livre/ livre-1852002-40178.html
  • C. r. de Francine Charterre : http://club-culture.com/ lecture/noeuds.htm
  • Profil : www.alire.com/Romans/Malacci.html

MEUNIER, Sylvain (1949-), La Dernière Enquête de Julie Juillet

Hull, Vents d’Ouest, (Azimuts/Roman policier), 2002, 240 pages.

Après un départ fracassant, avec deux scènes horribles à la limite du supportable, on s’enlise lamentablement dans les « saintes pocheries » de ladite Julie Juillet. Bonne nouvelle : on ne la reverra pas !

  • C. r. de Louise Turgeon sur le site de Planète Québec, mercredi 30 octobre 2002 http://planete.qc.ca/loulou/livre/ livre-30102002-49118.html
  • C. r. de Marie-Claude Fillion, « Sylvain Meunier nous offre la dernière enquête de Julie Juillet », dans le Courrier du Sud, dimanche 17 novembre 2002, p. 59.
  • C. r. de Hélène Forgues, dans Québec Français, no 128, hiver 2003, p. 19.
  • C. r. de Laurent Laplante, « Les nébuleuses de l’énigme et de l’angoisse », dans Nuit Blanche, no 90, printemps 2003, pp. 42-48
  • Profil : http://www.litterature.org/ ile32000.asp?numero=777

RIBOTY, Philippe (1964-), Catharsis

Montréal, Barels, 2002, 354 pages. Réédité par Les Éditions du Club Québec Loisirs (Saint-Laurent), 2002, 353 pages.

Une histoire de tueur en série sans grand intérêt et à laquelle on ne croit pas une minute, malgré la documentation présentée en bibliographie. Les ficelles sont des câbles et les personnages sont des marionnettes sans consistance. Une perte de temps… Opinion qui n’est pas partagée par tout le monde si on en juge d’après les comptes rendus suivants:

  • C. r. de Sophie Gagnon, « L’attendu et l’inattendu », dans Le Collectif (Université de Sherbrooke), vol. 26, no 5, lundi 28 octobre 2002. « Quoiqu’il en soit, amateurs de romans policiers, celui-ci vous satisfera ! Avec ses bonnes idées et ses travers, Philippe Riboty parvient quand même à donner au lecteur tout ce à quoi il est en mesure de s’attendre avec un roman de ce genre entre les mains: un pur divertissement ». http://www.callisto.si.usherb.ca/ ~collecti/xxvi/sg_iv.htm
  • C.r. de Pierrette-Hélène Roy, « Un avant-goût de vacances » dans La Tribune, 30 novembre 2002, p. H2.

RICHER, Ghislain (1946- ), La Quatrième Station

Chicoutimi, JCL (Couche-tard), 2002, 261 pages.

Série : François Faggione, professeur en criminologie, et Lambert Fortin. Les deux enquêteurs s’évertuent à résoudre une série de meurtres reliée à une immense fraude. C’est le deuxième roman policier de Ghislain Richer, un avocat bien connu de Sherbrooke.

  • C. r. de Marc-André Boivin, dans Québec Français, no 129, printemps 2003, p. 25.
  • C. r. de Laurent Laplante, « Les nébuleuses de l’énigme et de l’angoisse », dans Nuit Blanche, no 90, printemps 2003, pp. 42-48
  • Profil : http://www.jcl.qc.ca/auteurs/bio.gr.html
  • Présentation du livre : http://www.jcl.qc.ca/livres/livre.276.html

RUIZ, Agnès (1968- ), L’Ombre d’une autre vie

Chicoutimi, JCL, 2002, 330 pages.

Une victime de viol décide de se venger de ses agresseurs – le thème de la vengeance est vraiment d’actualité dans le polar québécois –, mais meurt avant d’avoir pu châtier les coupables. Son fils prend la relève et découvre de lourds secrets. Pour Marie-Josée Blais (Le Soleil), il s’agit d’un « roman tordu et tout à fait désarçonnant dans son dénouement ».

  • C. r. de Marie-Josée Blais, « Des Femmes dans le feu de l’action », dans Le Soleil, dimanche 27 octobre 2002.
  • C. r. de Nathalie Bouchard, dans Québec Français, no 128, hiver 2003, p. 22.
  • Profil : http://www.jcl.qc.ca/jcl.nouveaute.html
  • Page personnelle : http://pages.infinit.net/vallaur/agnesruiz

SENÉCAL, Patrick (1967-), Les Sept jours du talion

Beauport, Alire (Romans no 058), 2002, 333 pages.

Selon moi, le meilleur polar (noir, très noir) de l’année 2002, toutes catégories confondues ! Senécal maîtrise avec brio un sujet délicat et controversé. Certaines scènes sont épouvantables mais, ça fonctionne, le suspense est terrible, je l’ai lu d’une traite… Un véritable tour de force. Pour une fois les critiques (y compris moi) sont unanimes : ce roman est une réussite exemplaire. Christine Fortier souligne (Voir) « une intrigue d’une rare intensité » et nous présente un Patrick Senécal « au sommet de sa forme » qui « maîtrise à la perfection l’art du suspense », tandis que Sonia Sarfati (La Presse) souligne que dans ce roman « le manichéisme n’est pas de la partie. Le noir et le blanc s’y fondent en un gris très dérangeant, qui culmine dans les deux dernières phrases du roman ».

  • C. r. de Christine Fortier, dans Voir, vol. 16, no 47, du 28 novembre au 4 décembre 2002.
  • C. r. de Sonia Sarfati, « Patrick Senécal en tête-à-tête avec les monstres humains » [entrevue], dans la Presse, dimanche, 20 octobre 2002, p. F3.
  • C. r. de Stanley Péan, « Douce, la vengeance ? » [Entrevue], dans Le Libraire, automne 2002, p. 29.
  • C. r. de Christine Fortier, « La vengeance sera terrible », dans Alibis, no 5, vol. 2, no 1, hiver 2003, p. 131-132.
  • Présentation du volume : www.alire.com/Romans/7Jourstalion.html
  • Profil : www.alire.com/Auteurs/Senecal.html
  • Autre profil : http://www.litterature.org/ile32000.asp?numero=956
  • Séance de clavardage, le vendredi 1er novembre 2002 : http://www.cyberpresse.ca/reseau/ clavardage/0211/cla_102110152942.html

SÉVIGNY, Hélène, Meurtre à la villa

Saint-Bruno, Sedes, 2002, 240 pages.

Huitième roman de l’avocate Hélène Sévigny. Dans une villa luxueuse située aux bords de la Méditerranée, Sibylle, une veuve récente, devient la cible de plusieurs tueurs, alors qu’un tueur en série est actif dans le coin. Selon Jean Vigneault (Le Courrier de Saint-Hyacinthe), l’auteur « massacre joyeusement et le bon sens et la langue française » Quant au roman « à ne lire sous aucun prétexte », c’est « un véritable gruyère. En calfeutrer les trous exigerait une réécriture complète et même une restructuration à partir du début ». Vous voilà prévenus… Ce roman a remporté le Grand Prix littéraire 2003 de la Montérégie.

  • C. r. de Louise Turgeon sur le site de Planète Québec, le vendredi 22 mars 2002. http://planete.qc.ca/loulou/livre/ livre-2232002-37535.html
  • C. r. de Carole Lemay, dans Le Courrier du Sud, 26 mai 2002, p. 32.
  • Profil : http://felix.cyberscol.qc.ca/LQ/ auteurS/sevigny/sevigny.html
  • C. r. de Jean Vigneault, « La grande coupable, l’auteure » dans le Courrier de Saint-Hyacinthe, 13 mars 2002.

TROTTIER, Yves, L’Euthanasiste ambulant

Chicoutimi, JCL, 2002, 298 pages.

  • C. r. de Laurent Laplante, « Les nébuleuses de l’énigme et de l’angoisse », dans Nuit Blanche, no 90, printemps 2003, pp. 42-48

VOLDENG, Évelyne (1943-2002), Le Violeur à la fleur d’artichaut

Vanier (Ont.), Interligne, (coll. Vertige), 2002, 132 pages.

Évelyne Voldeng écrivait surtout de la poésie, semble-t-il. Elle était très respectée dans son milieu. Fort bien… Mais son roman policier, deuxième aventure de Mona Legoff, est tout simplement inepte.

  • C. r. de Laurent Laplante, « Les nébuleuses de l’énigme et de l’angoisse », dans Nuit Blanche, no 90, printemps 2003, pp. 42-48
  • Profil : http://www.francoplanete.net/tricentenaire/ Auteurs/VoldengE/VoldengE.html

ZUNINO, Mario (1962-), Rose sang

Montréal, Zedem, 2002, 167 pages. [auto-édition]

L’auteur/éditeur nous promet du sang, du sexe et le menu suivant : « Des personnages truculents, des rebondissements à la pelle, des clins d’œil tant aux grands qu’aux plus salopards de ce monde, bref, une histoire prenante, décapante, décadente et… délirante ». On peut bien se demander alors pourquoi on n’en a jamais entendu parler !

  • Présentation : http://www.rosesang.com

Les romans jeunesse

BRIÈRE, Paule (1959- ), Pouah ! Du Poison !

Montréal, Boréal, (Boréal Maboul), 2002, 56 pages. Illustrations : Jean Morin.

[Les enquêtes de Joséphine La Fouine, no 5]

BROCHU, Isabelle, L’Odeur du diable

Saint-Laurent, Pierre Tisseyre, (Chacal), 2002, 200 pages.

  • C. r. de Laurine Spehner dans Lurelu, vol. 26, no 1, printemps-été 2003, p. 36.

CHABIN, Laurent (1957- ), L’Écrit qui tue

Montréal, Hurtubise HMH, (Atout/Policier, no 71), 2002, 153 pages.

  • C. r. de Michel E. Clément dans Lurelu, vol. 26, no 1, printemps-été 2003, p. 37.

CHABIN, Laurent (1957- ), La Conspiration du siècle

Montréal, Hurtubise HMH, (Atout/Policier), 2002, 178 pages.

  • C. r. de Simon Roy dans Lurelu, vol. 25, no 2, automne 2002, p. 37.

DAVIDTS, Jean-Pierre, Le Géant à moto avec des jumelles et un lance-flammes

Montréal, Boréal, (Boréal Junior), 2002, 118 pages. Illustrations de Luis Neves.

  • C. r. de Valérie Lessard dans Lurelu, vol. 26, no 1, printemps-été 2003, p. 40.

DELISLE, Paul-Claude, Alidou, l’orpailleur

Montréal, Hurtubise HMH, 2002, 158 pages.

  • C. r. de Andrée Poulin dans Lurelu, vol. 26, no 1, printemps-été 2003, p. 40.

DESSUREAULT, Guy, Les Caves de Burton Hills

Saint-Laurent, Pierre Tisseyre, (Conquêtes, no 88), 2002, 200 pages.

  • C. r. d’Éric Champagne, dans Lurelu, vol. 25, no 3, hiver 2003, p. 52.

FOURNIER, Anne-Marie (1986-), La Main dans le sac

Interligne (Cavales), 2002, 96 pages.

  • C. r. de Sylvie Rhéault, dans Lurelu, vol. 25, no 2, automne 2002, p. 40.

GAGNON, Hervé et KIRKMAN-GAGNON, Thomas

2 Heures du matin, rue de la commune (Une enquête de Philémon Dandrejean, détective privé), Sherbrooke, Éditions GGC, 2002, 266 pages.

  • C. r. de Gina Létourneau dans Lurelu, vol. 26, no 1, printemps-été 2003, p. 42.

GROSMAIRE, Jean-Louis (1944- ) Paris-New York,

Ottawa, Vermillon, 2002, 180 pages.

  • C. r. de Marie Fradette, dans Lurelu, vol. 25, no 3, hiver 2003, p. 61.

GROULX, Diane, La Visite nordique

Saint-Gabriel-de-Brandon, Éditions du soleil de minuit, (Roman jeunesse), 2002, 140 pages.

  • C. r. de Gina Létourneau dans Lurelu, vol. 26, no 1, printemps-été 2003, p. 43.

LAMONTAGNE, Ann, La Piste des Youfs II : La Cité des murailles)

Hull, Vents d’Ouest, (Girouette), 2002, 176 pages.

  • C. r. de Suzanne Teasdale, dans Lurelu, vol. 25, no 2, automne 2002, p. 42.
  • C. r. de Laurent Laplante dans Nuit Blanche, no 87, 2002, p. 72.

LEFRANÇOIS, Viateur, Dans la fosse du serpent à deux têtes

St Alphonse de Granby, De la Paix, 2002, 132 pages. Illustrations : Fil et Julie.

  • C. r. de Valérie Lessard, dans Lurelu, vol. 25, no 2, automne 2002, p. 44.

LEIMGRUBER, Patrick (1965- ), Regina !

Montréal, Québec-Amérique (Contes pour tous), 2002, 160 pages.

[Novellisation du film du même nom. Photos d’Anna Gisladottir et J. Demers]

  • C. r. de Gina Létourneau, dans Lurelu, vol. 25, no 3, hiver 2003, p. 62.

MAROIS, André (1959- ), Meurtre à l’écluse 50

Montréal, La Courte Échelle, (Roman jeunesse), 2002, 90 pages. Illustrations : Stéphane Lemardelé.

  • C. r. de Michel E. Clément, dans Lurelu, vol. 25, no 3, hiver 2003, p. 63.

OUIMET, Josée (1954-), Sur les traces des caméléons

Hull, Vents d’Ouest, (Girouette, no 6. Aventure), 2002, 119 pages. Illustrations : Paul Roux.

  • C. r. de Caroline Filion-Gagné, dans Lurelu, vol. 25, no 3, hiver 2003, p. 65.

PATENAUDE, Dominique, Les Moutons noirs enquêtent

Montréal, Michel Quintin, (Nature Jeunesse), 2002, 104 pages.

  • C. r. de Gina Létourneau dans Lurelu, vol. 26, no 1, printemps-été 2003, p. 46.

PRUD’HOMME, Anne (1980- ), La Cible humaine

Hull, Vents d’Ouest, (Roman Ado, no 43, Aventure), 2002, 143 pages.

  • C. r. de Laurine Spehner, dans Lurelu, vol. 25, no 3, hiver 2003, p. 66.

SOULIÈRES, Robert (1950-), Un cadavre stupéfiant

Saint-Lambert, Soulières, (Graffiti, no 11), 2002, 228 pages. Illustrations : Caroline Mérola.

  • C. r. de Simon Roy, dans Lurelu, vol. 25, no 2, automne 2002, p. 49.
  • C. r. anonyme dans le Courrier du Sud, dimanche le 24 mars 2002, p. 37.
  • Fiche de lecture de Martine Brunet, dans Québec Français, no 129, printemps 2003, p. 112.

VILLENEUVE, Mireille (1956-), Clovis et Mordicus

Montréal, Hurtubise HMH, (Caméléon), 2002, 96 pages.

  • C. r. de Sonia Fontaine, dans Lurelu, vol. 25, no 2, automne 2002, p. 50.

Les bandes dessinées

(Infos – et remerciements – à Michel Viau)

BEAULIEU, Jimmy, Viscérale (et archétypale)

Montréal, Colosse, 2002, 24 pages. [Album Fanzine]

DELISLE, Guy, Inspecteur Moroni 2 : Avec ou sans sucre

Paris, Dargaud, 2002, 48 pages.

NEVES, Quinquim-la-Flotte : Le chemin silencieux

Montréal, Zone convective, 2002, 56 pages.

Pour en savoir plus sur le sujet…

Articles – Références – Études diverses

BLANCHETTE, Josée, « C’est la vie : lire dans le noir. Lunettes fumées, cœur battant, sueurs froides, le roman noir sort du placard pour l’été »

Le Devoir, édition du vendredi 28 juin 2002.

[Les clichés du titre donnent un bon aperçu de la légèreté toute médiatique du contenu]

GAGNON, Maurice, « Profil d’un profileur : entretien avec Gérald Séguin »

Alibis, no 4 (vol. 1, no 4), automne 2002, p. 80-92.

GAGNON, Maurice, « L’Homme qui traquait les Hells : entretien avec le sergent à la retraite Guy Ouellette »

Alibis, no 5, (vol. 2, no 1), hiver 2003, p. 83-92.

GAGNON, Maurice (sources), « Laurent Laplante reçoit le Prix Saint-Pacôme 2002 du Roman Policier »

Alibis, no 5, (vol. 2, no 1), hiver 2003, p. 117-121.

OLIVIER, Nathalie, « Le Crime était presque parfait »

Alibis, no 2, (vol. 1, no 2), printemps 2002, p. 123-132

[Panorama critique de plusieurs polars destinés à la jeunesse]

PELLETIER, Jean-Jacques, « Un roman pour le 11 septembre » [Chronique : la réalité, c’est pire…]

Alibis, no 4, (vol. 1, no 4), automne 2002, p. 112-130.

Dossier établi par Norbert Spehner. Pour d’éventuels ajouts, commentaires ou corrections: nspehner(a)sympatico.ca

copyright © Janvier 2003.

Mise à jour: Janvier 2004

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *